1 vote, average: 5, 00 out of 51 vote, average: 5, 00 out of 51 vote, average: 5, 00 out of 51 vote, average: 5, 00 out of 51 vote, average: 5, 00 out of 5 (1 votes)
Vous devez être enregistré pour noter cet article.

[01/02/2014] Sylla, Casanova, Löwenherz

Notre deuxième journée thématique annuelle porte sur les Grands Noms, c’est-à-dire sur les jeux dont le titre est précisément le nom d’un personnage célèbre, en aucun cas les jeux qui intégreraient, en leur déroulement, des personnages célèbres. Exit donc les Mare Nostrum et autres Macao. Bonjour, donc, entre autres, aux jeux pratiqués aujourd’hui :
- Sylla, pour démarrer, un jeu Ystari sorti en 2008 et que je n’avais pas encore essayé, malgré la magnifique dédicace de l’auteur, Dominique Ehrhard, à l’intérieur, et le set de pièces en métal dans une bourse nouée. Franchement, une belle découverte.
- Casanova, pour poursuivre, un petit jeu de paris sans aucune prétention, sorti en 2004 chez le défunt éditeur Kidult Games, un jeu qui ne fera pas date mais sur lequel nous passâmes un bon moment.
- Löwenherz, pour se finir en beauté, en majesté devrais-je dire, surtout que Caroline insistait carrément pour y jouer. Du coup, forcément, je me laisse faire… Forcément ! Et, ne boudons pas notre plaisir, cela permet aussi à mon fils de découvrir ce jeu que je classe sans hésiter au panthéon ludique. Même si je sais que tout ce qui sera négo, et il y en a un paquet, risque d’être assez délicat pour lui…

SYLLA

Le jeu démarre à Rome, à partir de 78 av. JC. et se déroule sur plusieurs siècles, lors desquels nous allons construire 6 grands projets, dont l'Iglesia, symbole de la chrétienté naissante. 5 tours de jeu, donc, le dernier grand projet correspondant plutôt à un décompte final, récompensant les joueurs possédant des chrétiens dans ses rangs et des esclaves qu'ils affranchissent moyennant finance...

Le jeu démarre à Rome, à partir de 78 av. JC. et se déroule sur plusieurs siècles, lors desquels nous allons construire 6 grands projets, dont l’Iglesia, symbole de la chrétienté naissante. 5 tours de jeu, donc, le dernier grand projet correspondant plutôt à un décompte final, récompensant les joueurs possédant des chrétiens dans ses rangs et des esclaves qu’ils affranchissent moyennant finance…

Lors de ce premier tour, j'opte pour l'achat de ce bâtiment à usage unique, lequel me rapporte deux jetons Res Publica de mon choix : je choisis un exemplaire de civisme (rose) et un autre de santé (bleu). Ces jetons, à mon avis, au feeling, seront vraiment très importants en cours de partie (pour éviter les effets dévastateurs des révoltes) et en fin de partie (pour le décompte final), donc autant s'y prendre tôt...

Lors de ce premier tour, j’opte pour l’achat de ce bâtiment à usage unique, lequel me rapporte deux jetons Res Publica de mon choix : je choisis un exemplaire de civisme (rose) et un autre de santé (bleu). Ces jetons, à mon avis, au feeling, seront vraiment très importants en cours de partie (pour éviter les effets dévastateurs des révoltes) et en fin de partie (pour le décompte final), donc autant s’y prendre tôt…

Il faut un peu de place pour jouer à Sylla, oui c'est clair ! Le plateau, au final, ne sert à rien ou presque : c'est une subtile aide de jeu qui évite de retourner dans la règle et ça, c'est bien ! On prend un très grand plaisir à pratiquer ce jeu et je peux vous affirmer que nous sommes plus que surpris que celui-ci n'ait pas aussi bien trouvé son public qu'il aurait dû. Franchement, j'ai peine à croire que depuis 2008 il dormait sur mes étagères...

Il faut un peu de place pour jouer à Sylla, oui c’est clair ! Le plateau, au final, ne sert à rien ou presque : c’est une subtile aide de jeu qui évite de retourner dans la règle et ça, c’est bien ! On prend un très grand plaisir à pratiquer ce jeu et je peux vous affirmer que nous sommes plus que surpris que celui-ci n’ait pas aussi bien trouvé son public qu’il aurait dû. Franchement, j’ai peine à croire que depuis 2008 il dormait sur mes étagères…

Le jeu est assez exigeant et semble offrir pas mal de possibilités. On peut miser sur les jetons, comme Tristan et dans une moindre mesure moi-même. On peut miser sur l'argent pour être fort aux enchères et dans l'achat de jetons via les bâtiments qui vont bien, comme Olivier. On peut essayer d'amasser chrétiens et esclaves pour scorer à la fin. On peut. On peut. On peut...

Le jeu est assez exigeant et semble offrir pas mal de possibilités. On peut miser sur les jetons, comme Tristan et dans une moindre mesure moi-même. On peut miser sur l’argent pour être fort aux enchères et dans l’achat de jetons via les bâtiments qui vont bien, comme Olivier. On peut essayer d’amasser chrétiens et esclaves pour scorer à la fin. On peut. On peut. On peut…

Fin de troisième tour et le jeu est toujours aussi agréable, tendu et couinant. J'adore cette imbrication de mécanismes, même si les parties doivent pas mal être tributaires des joueurs attablés et de leur manière d'accepter le pourrissage ou pas. A noter que nous avons vécu notre première révolte liée au manque de loisirs et, à ce petit jeu, Olivier voit Tristan s'échapper : -3PV pour lui car il en avait le moins, +3PV pour Tristan car il en avait le plus...

Fin de troisième tour et le jeu est toujours aussi agréable, tendu et couinant. J’adore cette imbrication de mécanismes, même si les parties doivent pas mal être tributaires des joueurs attablés et de leur manière d’accepter le pourrissage ou pas. A noter que nous avons vécu notre première révolte liée au manque de loisirs et, à ce petit jeu, Olivier voit Tristan s’échapper : -3PV pour lui car il en avait le moins, +3PV pour Tristan car il en avait le plus…

Fin de quatrième tour et je crois qu'on peut dire que Tristan s'envole : il profite du fait qu'Olivier et moi sommes derniers ex-aequo avec 4 unités sur le nombre de jetons de loisirs lors de cette seconde révolte. Et dire qu'il n'en a qu'un de plus...

Fin de quatrième tour et je crois qu’on peut dire que Tristan s’envole : il profite du fait qu’Olivier et moi sommes derniers ex-aequo avec 4 unités sur le nombre de jetons de loisirs lors de cette seconde révolte. Et dire qu’il n’en a qu’un de plus…

Aïe, aïe; aïe, l'avance de Tristan n'a pas faibli et je suis maintenant à 14 points de lui. Même si j'estime que j'ai bien joué de recruter pas mal de chrétiens et d'esclaves que je m'en vais affranchir, même si je possède plein de jetons roses et que chacun rapportera 2PV (suite à la montée progressive du marqueur que je réalise sur l'échelle), je commence à douter que cela me permette de revenir sur mes deux partenaires...

Aïe, aïe; aïe, l’avance de Tristan n’a pas faibli et je suis maintenant à 14 points de lui. Même si j’estime que j’ai bien joué de recruter pas mal de chrétiens et d’esclaves que je m’en vais affranchir, même si je possède plein de jetons roses et que chacun rapportera 2PV (suite à la montée progressive du marqueur que je réalise sur l’échelle), je commence à douter que cela me permette de revenir sur mes deux partenaires…

Au départ, chaque joueur sélectionne un ensemble de 6 personnages à 3 joueurs (4 seulement à 4 joueurs). Ces personnages ont deux manières d'être utilisés : pour construire des bâtiments (avec les symboles du haut) ou pour leur pouvoir spécifique lié à leur type : l'esclave n'en a pas, le légionnaire (et la vestale non choisie par moi en début de partie) permettent de lutter contre les événements qui affectent tous les joueurs, le marchand rapporte 1 denier en phase de revenu et enfin le sénateur permet d'avoir une voix lors des votes des phases 1 et 6...

Au départ, chaque joueur sélectionne un ensemble de 6 personnages à 3 joueurs (4 seulement à 4 joueurs). Ces personnages ont deux manières d’être utilisés : pour construire des bâtiments (avec les symboles du haut) ou pour leur pouvoir spécifique lié à leur type : l’esclave n’en a pas, le légionnaire (et la vestale non choisie par moi en début de partie) permettent de lutter contre les événements qui affectent tous les joueurs, le marchand rapporte 1 denier en phase de revenu et enfin le sénateur permet d’avoir une voix lors des votes des phases 1 et 6…

Nous jouons à 3 joueurs, Tristan avec le marqueur blanc (en tête donc au score en fin de premier tour sur les cinq que comporte le jeu), Olivier avec le rouge et moi-même avec le bleu (donc bien en retard). Sur la droite, vous pouvez voir que les événements qui nous assaillent sont assez costauds et je peux vous dire que cette lutte commune contre le jeu est assez jouissive, sans parler la carte décadence du bas (non censurée qui plus est...) ;-)

Nous jouons à 3 joueurs, Tristan avec le marqueur blanc (en tête donc au score en fin de premier tour sur les cinq que comporte le jeu), Olivier avec le rouge et moi-même avec le bleu (donc bien en retard). Sur la droite, vous pouvez voir que les événements qui nous assaillent sont assez costauds et je peux vous dire que cette lutte commune contre le jeu est assez jouissive, sans parler la carte décadence du bas (non censurée qui plus est…) ;-)

Fin du deuxième tour et je n'arrive pas à refaire mon retard, en dépit de stratégies que je ne trouve pas si mauvaises... En fait, je pêche beaucoup d'être dernier joueur du tour, mais je ne m'en rends pas compte pendant la partie, croyant, probablement à tort, que cela ne me servirait que peu de miser pour devenir 1er consul. En fait, le truc vicieux, c'est que si on dépense ses deniers et si on engage ses sénateurs pour ça, on n'a plus bien grand chose pour les phases suivantes, donc on évite...

Fin du deuxième tour et je n’arrive pas à refaire mon retard, en dépit de stratégies que je ne trouve pas si mauvaises… En fait, je pêche beaucoup d’être dernier joueur du tour, mais je ne m’en rends pas compte pendant la partie, croyant, probablement à tort, que cela ne me servirait que peu de miser pour devenir 1er consul. En fait, le truc vicieux, c’est que si on dépense ses deniers et si on engage ses sénateurs pour ça, on n’a plus bien grand chose pour les phases suivantes, donc on évite…

Le système de lutte contre les événements est assez superbe : on prend autant de cubes à sa couleur que de vestales et légionnaires non encore engagés puis, à tour de rôle, on les pose un à un sur les événements à venir. Ensuite, carte par carte, on récompense le joueur qui est majoritaire (un jeton santé, civisme ou loisirs) puis deux événements ne se dérouleront pas : ceux qui ont le plus de cubes dessus. En outre, celui qui totalise le plus de cubes est définitivement défaussé. Ensuite, les deux autres s'appliquent : effet indiqué en bas de la carte. C'est bien tendu et cela met en exergue les intérêts de chacun pour coopérer ou non. Mmmhhh....

Le système de lutte contre les événements est assez superbe : on prend autant de cubes à sa couleur que de vestales et légionnaires non encore engagés puis, à tour de rôle, on les pose un à un sur les événements à venir. Ensuite, carte par carte, on récompense le joueur qui est majoritaire (un jeton santé, civisme ou loisirs) puis deux événements ne se dérouleront pas : ceux qui ont le plus de cubes dessus. En outre, celui qui totalise le plus de cubes est définitivement défaussé. Ensuite, les deux autres s’appliquent : effet indiqué en bas de la carte. C’est bien tendu et cela met en exergue les intérêts de chacun pour coopérer ou non. Mmmhhh….

Il ne nous reste plus que deux tours et on ne voit pas le temps passer !

Il ne nous reste plus que deux tours et on ne voit pas le temps passer !

Autre mécanisme sympa du jeu et assez thématique : on mise, à poing fermé orienté vers le haut ou vers le bas, en fonction de si on veut participer ou non à l'édification d'un grand projet. Ici, par exemple, Tristan et Olivier collabore alors que je préfère donner mes deniers à la plebe de Rome (1PV pour 2 deniers donc 5PV sur ce tour pour moi). Ce qui ne m'arrange pas, c'est que mes deux acolytes totalisent le même nombre de voix et prennent donc aussi 5PV chacun (valeur de la 1ère place pour le grand projet)... :-(

Autre mécanisme sympa du jeu et assez thématique : on mise, à poing fermé orienté vers le haut ou vers le bas, en fonction de si on veut participer ou non à l’édification d’un grand projet. Ici, par exemple, Tristan et Olivier collabore alors que je préfère donner mes deniers à la plebe de Rome (1PV pour 2 deniers donc 5PV sur ce tour pour moi). Ce qui ne m’arrange pas, c’est que mes deux acolytes totalisent le même nombre de voix et prennent donc aussi 5PV chacun (valeur de la 1ère place pour le grand projet)… :-(

Il ne nous reste donc plus qu'à comptabiliser 2PV par chrétien et 3PV par esclave affranchi. Il est amusant de remarquer que nous n'avons pas trop subi les imbrications des cartes événements : certaines auraient pu nous laisser face cachée certaines cartes et nous aurions alors moins scoré sur les chrétiens et les esclaves. Mais là, non, elles sont sorties en décalage, donc nous avons évité de trop nous prendre la tête. Mais ça aussi, ça fait plaisir : j'imagine que les parties doivent être assez différentes de l'une à l'autre...

Il ne nous reste donc plus qu’à comptabiliser 2PV par chrétien et 3PV par esclave affranchi. Il est amusant de remarquer que nous n’avons pas trop subi les imbrications des cartes événements : certaines auraient pu nous laisser face cachée certaines cartes et nous aurions alors moins scoré sur les chrétiens et les esclaves. Mais là, non, elles sont sorties en décalage, donc nous avons évité de trop nous prendre la tête. Mais ça aussi, ça fait plaisir : j’imagine que les parties doivent être assez différentes de l’une à l’autre…

Durée de la partie : 1 heure 45 minutes – Note de cette partie : 18 / 20

Scores :

Piste Chrétiens Esclaves Santé Civisme Loisirs Total
Tristan (blanc) 35 6 0 8 6 18 73
Olivier (rouge) 31 10 9 4 2 15 71
Ludo le gars (bleu) 21 8 12 2 12 12 67

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
- Le jeu éminemment politique et violemment interactif !
- La double-utilisation possible des personnages et le faible nombre de cartes différentes,
- Les votes pour les grands projets,
- Les alliances de circonstances qui se créent et le fait que le joueur en tête parvienne quand même à gagner : j’aime les jeux où les effets de surprise ne sont pas légions !
- Les diverses stratégies développables avec, par exemple, le fait que Tristan parvienne à gagner sans aucun esclave !

- Les pièces en métal dans cette version limitée,
- Le meilleur Ystari selon moi :-)

On a moins aimé
- Le look général des composants, tant leurs couleurs que leurs graphismes, mais bon, ça n’empêche pas que le jeu soit excellent !

————————————————————————————————————
CASANOVA

Casanova aimait les femmes et... les jeux d'argent ! Ah bon ? En tout cas, on s'apprête à rejouer à ce jeu, près de 10 ans après l'avoir oublié sur une étagère. J'aime bien les journées thématiques, rien que pour ça : faire ressortir des jeux que l'on a pu aimer dans le passé.

Casanova aimait les femmes et… les jeux d’argent ! Ah bon ? En tout cas, on s’apprête à rejouer à ce jeu, près de 10 ans après l’avoir oublié sur une étagère. J’aime bien les journées thématiques, rien que pour ça : faire ressortir des jeux que l’on a pu aimer dans le passé.

Alors, évidemment, si vous recherchez un jeu plein de stratégie, passez immédiatement votre chemin ! Ici, Tristan, Caroline et votre serviteur ne se chamaillent qu'à coup de bluff, de pari et autre prise de risque...

Alors, évidemment, si vous recherchez un jeu plein de stratégie, passez immédiatement votre chemin ! Ici, Tristan, Caroline et votre serviteur ne se chamaillent qu’à coup de bluff, de pari et autre prise de risque…

Le principe est ultra-basique : à chacun des 12 tours, le premier joueur choisit le nombre de dés qui seront lancés (1, 2 ou 3) puis chaque joueur choisit une de ses 13 cartes (valeur 1 à 13) parmi celles qui lui restent en main, accompagnée d'un jeton. Ensuite, le ou les dés sont lancés par le premier joueur. Celui-ci décide ensuite si on révèle les cartes tout de suite, ce qui permettra au joueur ayant joué la carte la plus haute, mais en-dessous du résultat des dés, de récupérer les jetons. S'il préfère, il peut dire "double" et ajouter un jeton, ce qui contraint les autres à faire de même ou à abandonner. S'il est seul en course, il remporte les jetons misés, quelle que soit la valeur de sa carte... Ci-dessus, un exemple de résolution qui me permet d'empocher les 9 jetons grâce à ma carte 9, la plus haute en -dessous du 10 lancé.

Le principe est ultra-basique : à chacun des 12 tours, le premier joueur choisit le nombre de dés qui seront lancés (1, 2 ou 3) puis chaque joueur choisit une de ses 13 cartes (valeur 1 à 13) parmi celles qui lui restent en main, accompagnée d’un jeton. Ensuite, le ou les dés sont lancés par le premier joueur. Celui-ci décide ensuite si on révèle les cartes tout de suite, ce qui permettra au joueur ayant joué la carte la plus haute, mais en-dessous du résultat des dés, de récupérer les jetons. S’il préfère, il peut dire « double » et ajouter un jeton, ce qui contraint les autres à faire de même ou à abandonner. S’il est seul en course, il remporte les jetons misés, quelle que soit la valeur de sa carte… Ci-dessus, un exemple de résolution qui me permet d’empocher les 9 jetons grâce à ma carte 9, la plus haute en -dessous du 10 lancé.

L'ultime résolution m'est encore favorable, il faut dire qu'après avoir empoché une multitude de jetons, on ne voit pas trop comment les autres pourraient revenir... C'est soit une sorte de bug du jeu (du style : le plus riche peut toujours doubler, quelle que soit sa carte, quand il est premier joueur) soit que nous ne savons pas trop bien jouer et que certaines (allô Caroline...) se sont peut-être enflammées trop tôt...

L’ultime résolution m’est encore favorable, il faut dire qu’après avoir empoché une multitude de jetons, on ne voit pas trop comment les autres pourraient revenir… C’est soit une sorte de bug du jeu (du style : le plus riche peut toujours doubler, quelle que soit sa carte, quand il est premier joueur) soit que nous ne savons pas trop bien jouer et que certaines (allô Caroline…) se sont peut-être enflammées trop tôt…

Durée de la partie : 15 minutes – Note de cette partie : 12 / 20

Scores :

Jetons
Tristan 4
Caroline 2
Ludo le gars 30

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
- La simplicité de la règle du jeu, offrant un jeu fun, pas prise de tête et bien agréable,
- Les possibles finesses tactiques si on ne s’emballe pas trop vite à miser comme des fous en dehors de son tour de lanceur de dés,
- L’observation des cartes déjà jouées afin d’affiner sa stratégie : nombre de dés + choix de sa carte.

On a moins aimé
- Le manque de précisions de la règle : le premier joueur peut-il, comme on l’a fait, doubler plusieurs fois d’affilée ? doit-on jouer jetons visibles ou cachés ?
- L’impression, à confirmer, que le jeu est buggé ou, plus prosaïquement dit, qu’il est un peu automatique…

————————————————————————————————————
LÖWENHERZ

Löwenherz est vraiment un jeu mythique pour moi, mais ça vous le savez déjà. Cependant, cette partie va permettre à mon gone d'y goûter, j'espère qu'il appréciera et qu'il réussira à ne pas trop tomber dans les pièges de la négociation, âpre et guère veloutée, à laquelle nous allons le soumettre...

Löwenherz est vraiment un jeu mythique pour moi, mais ça vous le savez déjà. Cependant, cette partie va permettre à mon gone d’y goûter, j’espère qu’il appréciera et qu’il réussira à ne pas trop tomber dans les pièges de la négociation, âpre et guère veloutée, à laquelle nous allons le soumettre…

A la vue de cette photo, forcément, vous vous dites que ça négocie déjà à mort. Et vous avez raison... ;-)

A la vue de cette photo, forcément, vous vous dites que ça négocie déjà à mort. Et vous avez raison… ;-)

Oui, Löwenherz est un jeu qui fait réfléchir. Surtout qu'avec cet ultra vicieux système de 3 actions pour 4 joueur, on doit toujours mesurer si on peut accepter de n'empocher que de l'argent en lieu et place de l'action visée... De mon côté, j'ai fait le choix de prendre une carte politique. Vous savez laquelle ?

Oui, Löwenherz est un jeu qui fait réfléchir. Surtout qu’avec cet ultra vicieux système de 3 actions pour 4 joueur, on doit toujours mesurer si on peut accepter de n’empocher que de l’argent en lieu et place de l’action visée… De mon côté, j’ai fait le choix de prendre une carte politique. Vous savez laquelle ?

Fin du 8ème tour de jeu, avec à présent 3 royaumes sur le plateau. Seule Caroline n'a pas réussi à s'en bâtir un. Mais bon, dans le même temps, elle s'est renforcée à bloc avec des chevaliers... Quant à Tristan, il assure bien, ne se fait pas gruger à tout bout de champ et il dit adorer le jeu ! Super :-)

Fin du 8ème tour de jeu, avec à présent 3 royaumes sur le plateau. Seule Caroline n’a pas réussi à s’en bâtir un. Mais bon, dans le même temps, elle s’est renforcée à bloc avec des chevaliers… Quant à Tristan, il assure bien, ne se fait pas gruger à tout bout de champ et il dit adorer le jeu ! Super :-)

Fin du 16ème tour de jeu, avec la grande zone centrale qui reste à se partager. A noter que Pierre, grâce à ses deux royaumes très allongés à gauche, a pris la tête au score. Il est le seul à avoir d'ores et déjà ses 3 royaumes fermés...

Fin du 16ème tour de jeu, avec la grande zone centrale qui reste à se partager. A noter que Pierre, grâce à ses deux royaumes très allongés à gauche, a pris la tête au score. Il est le seul à avoir d’ores et déjà ses 3 royaumes fermés…

Ah, je ne suis pas mécontent de voir surgir la première carte Renégat de la partie, Pierre s'en servant au dépens de Caroline, ce qui me va bien ;-)

Ah, je ne suis pas mécontent de voir surgir la première carte Renégat de la partie, Pierre s’en servant au dépens de Caroline, ce qui me va bien ;-)

Avec l'action double chevalier que j'acquiers au tour suivant, je vais réaliser un coup fumant... D'abord, j'ajoute un chevalier dans mon royaume de gauche en haut, pour en totaliser 4. Puis...

Avec l’action double chevalier que j’acquiers au tour suivant, je vais réaliser un coup fumant… D’abord, j’ajoute un chevalier dans mon royaume de gauche en haut, pour en totaliser 4. Puis…

Sans surprise, Caroline réagit en sortant une carte Renégat au tour suivant, assez logiquement pour convertir un de mes chevaliers en un des siens. Normal.

Sans surprise, Caroline réagit en sortant une carte Renégat au tour suivant, assez logiquement pour convertir un de mes chevaliers en un des siens. Normal.

A ce moment, Tristan commence à être énormément distancé au score et je pense qu'on peut dire qu'il commence à avoir du mal à supporter la pression du jeu. Pas celle orale des joueurs, non, non, on est plutôt sympas, mais sur le plateau il ne parvient plus à s'en sortir pour faire monter son score...

A ce moment, Tristan commence à être énormément distancé au score et je pense qu’on peut dire qu’il commence à avoir du mal à supporter la pression du jeu. Pas celle orale des joueurs, non, non, on est plutôt sympas, mais sur le plateau il ne parvient plus à s’en sortir pour faire monter son score…

Convaincu que je devais faire attention, j'utilise ma carte Renégat pour me protéger (voir photo suivante). J'en avais besoin...

Convaincu que je devais faire attention, j’utilise ma carte Renégat pour me protéger (voir photo suivante). J’en avais besoin…

Ca négocie encore mais je commence à trouver que la plaisanterie dure trop et que la partie devrait s'arrêter... En fait, c'est le début du couinement pour moi...

Ca négocie encore mais je commence à trouver que la plaisanterie dure trop et que la partie devrait s’arrêter… En fait, c’est le début du couinement pour moi…

Petite finesse non prévue dans les règles : avec la formation de ce royaume neutre au centre, qui appartenait avant à Caroline, qu'advient-il de l'alliance qui se trouvait entre les deux ? Nous décidons de la laisser en place, faute de mieux...

Petite finesse non prévue dans les règles : avec la formation de ce royaume neutre au centre, qui appartenait avant à Caroline, qu’advient-il de l’alliance qui se trouvait entre les deux ? Nous décidons de la laisser en place, faute de mieux…

Ah, quand même, on n'y croyait plus !!! C'est la dernière carte, hein...

Ah, quand même, on n’y croyait plus !!! C’est la dernière carte, hein…

Nous optons pour la mise en place normale, pas celle préfabriquée de la règle :-) Ici, en fin de premier tour, on voit que Pierre, en rouge, a placé deux frontières entre l'un de ses châteaux et un des miens, tandis que j'ai ajouté un chevalier en haut. A noter que cette zone du haut sera hyper disputée, avec des positions extrêmement proches les unes des autres...

Nous optons pour la mise en place normale, pas celle préfabriquée de la règle :-) Ici, en fin de premier tour, on voit que Pierre, en rouge, a placé deux frontières entre l’un de ses châteaux et un des miens, tandis que j’ai ajouté un chevalier en haut. A noter que cette zone du haut sera hyper disputée, avec des positions extrêmement proches les unes des autres…

Après 4 tours pleins de jeu (je viens de jouer premier joueur), voici la situation sur le plateau, avec notamment le premier royaume en haut, que je viens de réussir. Je possède donc 8PV mais tout le monde sait très bien que ça ne présage de rien...

Après 4 tours pleins de jeu (je viens de jouer premier joueur), voici la situation sur le plateau, avec notamment le premier royaume en haut, que je viens de réussir. Je possède donc 8PV mais tout le monde sait très bien que ça ne présage de rien…

Oui, oui, je ne change pas une stratégie que j'affectionne : je prends une carte de Renégat et, voyant que le paquet choisi en contient une autre, je me demande même, si j'y reviens avant les autres, si je ne vais pas prendre la deuxième sur trois. Comme ça, ils auront du mal, mes adversaires, à m'attaquer directement... Au final, je laisserai la deuxième, préférant prendre le parchemin de 5PV...

Oui, oui, je ne change pas une stratégie que j’affectionne : je prends une carte de Renégat et, voyant que le paquet choisi en contient une autre, je me demande même, si j’y reviens avant les autres, si je ne vais pas prendre la deuxième sur trois. Comme ça, ils auront du mal, mes adversaires, à m’attaquer directement… Au final, je laisserai la deuxième, préférant prendre le parchemin de 5PV…

Fin du 12ème tour, avec le terrain qui se fractionne de plus en plus et les frictions qui se révèlent davantage en haut du plateau. Ca ne va pas tarder à saigner...

Fin du 12ème tour, avec le terrain qui se fractionne de plus en plus et les frictions qui se révèlent davantage en haut du plateau. Ca ne va pas tarder à saigner…

Et il se renforce le bougre... Il va falloir aller le chercher... Bon, en même temps, je suis assez zen car j'ai mis dans ma main une autre carte de parchemin, ce qui portera mon total à 8PV supplémentaires en fin de partie. De quoi surprendre, non ?

Et il se renforce le bougre… Il va falloir aller le chercher… Bon, en même temps, je suis assez zen car j’ai mis dans ma main une autre carte de parchemin, ce qui portera mon total à 8PV supplémentaires en fin de partie. De quoi surprendre, non ?

Alors là ! Chapeau !!! Lors d'une mise cachée réalisée à 3 joueurs pour le gain d'une action comportant 2 boucliers, je mise 16, me disant que ça devrait le faire... Mais non de non ! Caroline étale crânement pas moins de 9 cartes de 3, soit 27 en valeur !!! Tristan, avec ses 11 est très très loin...

Alors là ! Chapeau !!! Lors d’une mise cachée réalisée à 3 joueurs pour le gain d’une action comportant 2 boucliers, je mise 16, me disant que ça devrait le faire… Mais non de non ! Caroline étale crânement pas moins de 9 cartes de 3, soit 27 en valeur !!! Tristan, avec ses 11 est très très loin…

J'investis le royaume jaune, le traverse et pénètre dans le royaume violet pour lui chiper sa ville ! Il y a comme un blanc dans l'assistance, surtout avec la perte de PV qui s'ensuit pour certains...

J’investis le royaume jaune, le traverse et pénètre dans le royaume violet pour lui chiper sa ville ! Il y a comme un blanc dans l’assistance, surtout avec la perte de PV qui s’ensuit pour certains…

Fin du 20ème tour de jeu, avec des luttes sans merci qui se déroulent à présent à chaque tour. et on aborde seulement les cartes portant un D au dos...

Fin du 20ème tour de jeu, avec des luttes sans merci qui se déroulent à présent à chaque tour. et on aborde seulement les cartes portant un D au dos…

Fin du 24ème tour de jeu, la partie arrive à son terme dans peu de temps. Au score, je viens de dépasser Pierre d'une unité (en lui prenant une ville et une à Caroline en bas, dans le même tour)... J'espère que le roi va vite trépasser, histoire que même si je recule un peu d'ici là, mes 8PV de parchemin me suffisent...

Fin du 24ème tour de jeu, la partie arrive à son terme dans peu de temps. Au score, je viens de dépasser Pierre d’une unité (en lui prenant une ville et une à Caroline en bas, dans le même tour)… J’espère que le roi va vite trépasser, histoire que même si je recule un peu d’ici là, mes 8PV de parchemin me suffisent…

Voici où j'ai converti l'un des chevaliers de Caroline en haut à droite, sinon elle m'aurait grignoté mon territoire...

Voici où j’ai converti l’un des chevaliers de Caroline en haut à droite, sinon elle m’aurait grignoté mon territoire…

Pierre se gausse en empochant encore des sous, ce qui porte son total à 51 d'argent qu'il soutire à mon fils en 3 tours (18+15+18), juste pour que celui-ci aille prendre, on ne sait pas pourquoi, des cartes de politique. Petit coquin... Et moi je couine tellement que je finis par me saborder tout seul en oubliant de jouer ma carte d'Alliance lors de mon tour d'action, ce qui m'aurait évité de me faire attaquer en haut par Caroline !!! Ca me fait surcouiner d'avoir tout bonnement oublié de la mettre avec ma carte... C'est trop bête de finir la partie ainsi...

Pierre se gausse en empochant encore des sous, ce qui porte son total à 51 d’argent qu’il soutire à mon fils en 3 tours (18+15+18), juste pour que celui-ci aille prendre, on ne sait pas pourquoi, des cartes de politique. Petit coquin… Et moi je couine tellement que je finis par me saborder tout seul en oubliant de jouer ma carte d’Alliance lors de mon tour d’action, ce qui m’aurait évité de me faire attaquer en haut par Caroline !!! Ca me fait surcouiner d’avoir tout bonnement oublié de la mettre avec ma carte… C’est trop bête de finir la partie ainsi…

Je suis trop dégoûté !!! Je joue finalement ma carte d'Alliance au dernier tour, pour que Tristan ne m'agresse pas. Je vais perdre cette partie que je devais gagner si je n'avais pas oublié de jouer cette carte deux tours avant... Et que dire du roi qui ne veut pas mourir ?

Je suis trop dégoûté !!! Je joue finalement ma carte d’Alliance au dernier tour, pour que Tristan ne m’agresse pas. Je vais perdre cette partie que je devais gagner si je n’avais pas oublié de jouer cette carte deux tours avant… Et que dire du roi qui ne veut pas mourir ?

Voici la configuration finale du plateau, après une partie fantastique, comme toujours, même si son final me laisse plus qu'un goût amère dans la bouche. C'est plutôt un trop plein de dégoût quoi... :-( :-( :-( Mais, reconnaissons-le, on s'est bien régalés quand même ;-)

Voici la configuration finale du plateau, après une partie fantastique, comme toujours, même si son final me laisse plus qu’un goût amère dans la bouche. C’est plutôt un trop plein de dégoût quoi… :-( :-( :-( Mais, reconnaissons-le, on s’est bien régalés quand même ;-)

Durée de la partie : 3 heures 15 minutes – Note de cette partie : 19 / 20

Scores :

Piste Mines finales Parchemins Total
Tristan (jaune) 15 0 4 19
Caroline (violet) 42 7 0 49
Pierre (rouge) 58 8 0 66
Ludo le gars (gris) 47 7 5+3 62

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
- L’originalité jamais démentie de ce jeu, particulièrement en raison de ses frontières qui servent à tous et de ses 3 actions pour 4 joueurs,
- La tension permanente, qui monte, qui monte, qui monte…

On a moins aimé
- La difficulté, lors des derniers tours, pour les plus jeunes, de savoir mesurer ce qu’ils doivent vraiment faire, mais ce n’est pas la faute du jeu…

————————————————————————————————————

7 commentaires à propos de “[01/02/2014] Sylla, Casanova, Löwenherz

  1. Merci pour l’article sur Sylla : c’est un excellent jeu et suis toujours surpris de constater qu’il soit un peu passé aux oubliettes…
    Enchères, placements, et du vice ! : j’aime assez le fait de pouvoir faire reculer les marqueurs civilisation pour ensuite déclencher les révoltes et creuser l’écart avec ses adversaires…

  2. Ça fait plaisir de revoir Sylla, un jeu méconnu de chez Ystari mais que j’affectionne particulièrement pour ses mécanismes!

    En sortant la même année que le rouleau compresseur Dominion il est tombé trop vite aux oubliettes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit + 1 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>