0 votes, average: 0, 00 out of 50 votes, average: 0, 00 out of 50 votes, average: 0, 00 out of 50 votes, average: 0, 00 out of 50 votes, average: 0, 00 out of 5 (0 votes)
Vous devez être enregistré pour noter cet article.

[06/10/2002] WildLife

Participants
– Gaël, bien dans son élément en ours des cavernes ;-)
- Elisa, qui n’a pourtant rien d’un mammouth laineux,
- Julie, qui a l’aigle fin,
- Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Disons le tout de suite : la veille, j’ai bien arrosé l’ouverture du Bastringue à Lyon (rue Laurencin) et une partie de découverte de Wildlife le lendemain, c’est pas vraiment fait pour reposer la tête.
Ouh la la que j’ai mal, rien que d’y penser..
.

Les règles ne sont pas simples, le matériel
est abondant et imposant, le nombre de paramètres semblent importants,
bref la partie s’annonce ardue !
Mais il en faudrait plus pour décourager cette sympathique assemblée,
composée de :
- Gaël, dans le rôle de l’ours des cavernes,
- Elisa, dans celui du mammouth,
- Julie, dans le rôle de l’aigle,
- Ludo le gars dans celui de l’homme (et oui c’est comme cela, on n’y peut rien…).

Julie étant l’espèce la plus ancienne (ouarf, ouarf, ouarf), elle peut commencer la partie, équipée de
ses cartes Wild Life.

Les premiers tours sont fluides, contrairement à
ce que la règle aurait pu laisser prévoir, et Elisa choisit
judicieusement de prendre une carte de capacité de Don de nourriture, lui conférant 2 points de victoire automatique par tour ! Julie fera de même peu de temps après, tandis que je retiens plutôt l’option d’Intelligence, convaincu que la capacité de jouer 4 cartes au lieu de 3 peut être déterminant.


La mise en place des éléments de
jeu restera mémorable par l’ampleur de la tâche !
Au fond, une ou deux boîtes de jeux…

La partie a débuté depuis peu, aucun
marqueur de territoire n’a encore été déplacé,
l’ambiance est à la croissance des espèces, en attendant mieux…


Suite au premier décompte général, on constate
l’échappée au score de Gaël et Elisa, tandis que Julie
reste en embuscade et que je suis déjà à plusieurs
kilomètres…

Pour être parfaitement clair, je ne le suis pas : toujours en retard, jamais capable de compléter une région, presque décimé à l’issue de la première phase (4
pions sur le plateau), je ne tire mon épingle du jeu que sur les mutations de mon espèce.
En effet, je parviens à collecter de nombreux jetons d’adaptation, ce qui m’autorise à me rendre dans le désert notamment et à m’y reproduire et combattre sans retenue. Ils sont fous ces hommes !

Petit à petit, Gaël s’impose comme un fin gestionnaire,
en ayant réussi à placer un monopole quasi inattaquable
sur les forêts : guère de possibilités vu nos espèces
et belle défense des cases d’accès. Remarquable.

Elisa marque des points en complétant des régions et,
lors des décomptes, en étant souvent classée deuxième, donc moins en vue que celui qui est majoritaire. Ce qui est amusant, c’est de constater que, hormis son avance importante, elle ne paraît pas très bien placée sur le plateau : très répartie, des adaptations limitées et aucune colonie notable. Mais bon, les scores sont là.


En fin de phase 2, après le second décompte
général, Elisa a pris une forte avance, toutefois talonnée
par Gaël. Julie est à 25 cases et moi à 50 !


Julie songeuse : que vais-je bien pouvoir faire sachant que je suis
très distancée et que je ne bénéficie de la
protection du dernier joueur (cartes de capacité) ?

La troisième phase du jeu est enclenchée et elle promet
beaucoup : bien protégé par l’impossibilité de
me prendre une carte de capacité disponible chez un autre joueur, mes adversaires voient bien que je dispose d’atouts à présent pour sauver la race humaine de la déroute ! Mais il est bien tard pour renverser la vapeur…

En dépit de mon jeu risque-tout, des enchères montent
d’ailleurs à 25 jetons de nourriture, ma position est irrécupérable. Gaël, placé juste avant moi dans le tour, a d’ailleurs bien compris comment faire pour que je ne l’attaque pas avec l’attaque automatique : il récupère la carte de défense juste avant et je me retrouve donc dans l’impossibilité de l’attaquer à moins de parvenir à convaincre l’un des autres joueurs d’acheter aux enchères la carte Eclair que je mets en vente pour qu’il
lui prenne sa carte de défense ! Subtil, non… Mais, personne ne fait l’effort et Gaël la récupère, certes chère, mais de manière inévitable. C’était pourtant la
seule manière de briser son monopole colossal sur les forêts, qui aurait pu le conduire à la victoire.

Au final, le nombre de pions homme sur le plateau est très important et je me permets même de ne pas relier mes 2 colonies, afin de glaner plus de points…

Elisa continue son petit bonhomme de chemin, et jusqu’au bout je ne crois pas qu’elle remportera cette partie.
Je clos la partie par manque de pion, à la très grande
surprise de Gaël et Elisa qui avaient oublié cette condition de fin de jeu. Gaël en est même quasi écœuré, car je réalise de belles OPA lors de mon dernier coup !


Une vue rapprochée du plateau, lors du décompte général final, au moment des adaptations.


La configuration finale : chargée mais superbe…

Décompte final
Elisa remporte cette partie avec un total de 110 points, suivi de Gaël avec 100 points, Ludo le gars avec 85 points et Julie 78 points.
Voici l’ensemble des décomptes intermédiaires :

Décompte 1
Décompte 2
Décompte 3
Elisa (vert clair)
40
74
110
Gaël (vert foncé)
39
82
100
Ludo le gars (orange)
20
39
85
Julie (marron)
33
57
78

Débriefing
Nous voulions un gros jeu, nous avons eu un gros jeu. Les règles étaient
touffues, le jeu fut costaud. Le matériel était dense, les tours furent passionnés et passionnants.
Wildlife aura collé précisément au type de jeu que nous souhaitions pratiquer cette après-midi. Mais ce ne fut pas sans difficulté, car la richesse de ce jeu est également son défaut : on est continuellement en train de réfléchir aux meilleures actions à réaliser et aux coups fumants qu’il serait bien de préparer.

Tout le monde a apprécié ce jeu et nous sommes d’accord pour le juger très profond et à refaire au plus vite pour aller plus loin maintenant que nous avons saisi des principes de jeu :
- La carte Défense semble incontournable, pour protéger son espèce
des expulsions sévères que ne manqueront pas d’organiser vos adversaires,
- Il faut savoir être opportuniste lorsqu’une situation l’exige : complétude
de région, terminer la partie, vendre aux enchères une carte puissante
pour récupérer des jetons de nourriture,
- Il est lucratif d’être second partout, plutôt que premier une
ou deux fois. Par contre, le monopole est très intéressant,
- La protection réservée au joueur classé dernier se traduit
par un mal-être des joueurs intermédiaires. En effet, non protégés,
ils subissent les foudres à la fois des premiers et du dernier. Pauvre
Julie… C’est même des coups à terminer dernière, ça
;-) ))
- Il est très important de prendre la capacité de Nourriture le
plus tôt possible, car 2 points de victoire à chaque c’est beaucoup
et autant les gagner le plus rapidement possible,
- Attention de ne pas se retrouver trop souvent à cours de jetons de
nourriture car la carte Famine peut vous coûter cher…
- Si l’un de vos pions se retrouve sur une région qui lui est impraticable,
suite à l’utilisation de la capacité de Mobilité par l’un
de vos adversaires, pas de panique, vous avez 2 solutions : adapter votre espèce
à cette région ou, plus fin, récupérer la carte
de Mobilité et inverser les positions avec un autre pion…

Je pourrais énoncer de très nombreux enseignements de cette partie,
mais je terminerai par 2 éléments :
- Même si je n’ai pas réussi une seule fois à compléter
une région, j’ai compris que laisser 4 cases de libre dans l’une d’elles
peut permettre à un joueur de la compléter en un seul tour : sur
les 4 cartes Wildlife jouées, l’une est vendue aux enchères et
il en reste donc 3 pour se placer dans cette région plus un déplacement
simple et / ou l’utilisation de la carte Attaque automatique qui permet aussi
de placer des pions si on le souhaite,
- Des points de règles sont flous et j’ai demandé à Philippe
Guilbert, le traducteur, puis directement à Wolfgang Kramer (excusez
du peu…) des éclaircissements. Les 2 les plus importants sont qu’il
est possible de convertir plus de 3 jetons de nourriture par tour pour accroître
ses points de victoire, et que la capacité d’Intelligence peut être
jouée quand on le souhaite dans son tour. Ainsi la quatrième carte
n’a pas à être posée en même temps que les 3 autres.
Tactique, n’est-il, pas…

Un jeu exceptionnel, une fois de plus chez cet auteur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


quatre × = 8

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>