0 votes, average: 0, 00 out of 50 votes, average: 0, 00 out of 50 votes, average: 0, 00 out of 50 votes, average: 0, 00 out of 50 votes, average: 0, 00 out of 5 (0 votes)
Vous devez être enregistré pour noter cet article.

Richelieu

Type de jeu Collection
Calculs
Auteur Michael Schacht
Editeur (année) Ravensburger (2003)
Nombre de joueurs 2
Durée de partie De 20 à 30 minutes
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + - La simplicité
des règles,
- La durée des parties,
- Le système vicieux des multi-fonctions des cartes,
- Le nombre de points marqués dépendant de l’ampleur de
sa majorité.
Les - - La froideur extrême
du jeu,
- La place importante du hasard, même s’il ne prend la forme que
de 8 jetons face cachée,
- L’absence total de thème.
Configuration idéale 2 joueurs
Note subjective 11 / 20 (première
impression)
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la boîte
(27 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Richelieu est l’un des nombreux jeux de Michael Schacht
sortis ces derniers mois, et il ne constitue certainement pas le meilleur de
la série. Lorsque je pense à Dschunke
ou encore Kardinal & König,
j’ai vraiment du mal à croire que ce soit le même auteur qui nous
a pondu Richelieu…

Dans ce jeu à 2 joueurs, l’un des protagoniste
est censé interpréter Richelieu, tandis que l’autre se colle à
Catherine de Medicis ;-) dans une lutte sans merci pour s’adjuger le pouvoir
dans les 9 régions de France et les 3 domaines d’influence majeurs :
la politique, l’armée et la religion. Là s’arrête la présentation
historique du jeu, celui-ci étant assurément à 300 000
lieux d’un jeu fidèle à une quelconque réalité historique.
48 cartes sont étalées face visible sur la table, sous la forme
de 4 rangées de 12 cartes. Chaque carte comporte diverses informations,
comme la région représentée (la couleur et le blason dessiné
de la carte), le nombre de blasons dessinés (1 ou 2), le nombre total
de blasons dans cette région (de 4 à 10), éventuellement
1 symbole d’influence (tour, épée, croix). Puis, 8 jetons, sur
les 14 proposés dans la boîte, sont disposés face cachée
sur certaines cartes du rectangle. Chaque joueur dispose, en outre, de 3 marqueurs
individuels qu’ils pourront placer sur certaines cartes du jeu afin de rendre
leur prise plus difficile de la part de leur adversaire (défausse d’un
marqueur sur les 3 : cela coûte cher).
A son tour, le joueur doit prendre 1 ou 2 cartes placées sur les extrémités
des rangées, à condition, s’il en prend 2, qu’elles soient de
même couleur et que la somme de leurs blasons n’excède pas 2. Il
peut, ensuite, placer ou déplacer l’un de ses marqueurs sur les cartes
restant à prendre. Les cartes amassées par les joueurs sont alors
triées devant eux selon leur couleur de fond. Comme chaque carte indique
lenombre de blasons au total dans cette couleur, il est assez facile de voir
à quel moment on est majoritaire de manière définitive
sur une couleur. Définitive ? pas vraiment, puisque lorsqu’un joueur
prend une carte où se trouve un jeton face cachée, il s’en saisit
et il pourra peut-être bénéficier d’un point de plus sur
un blason donné, ce qui rend toute certitude bien difficile à
posséder (à moins de prendre une « grosse » majorité
bien entendu).
Lorsque toutes les cartes ont été prises, on procède au
décompte de la manière suivante :
- Région par région, le joueur majoritaire en blasons marque un
nombre de points égal à son nombre de blasons,
- Symbole par symbole, le joueur majoritaire marque un nombre de points égal
à son nombre de symboles,
- Tout joueur à qui il manque une région ou un symbole perd 5
points par manque.
Le joueur possédant le plus fort total est alors désigné
vainqueur.

Richelieu est un jeu abstrait qui se joue vite,
et c’est bien là son principal atout. Comme les jetons face cachée
modifient la donne lors des décomptes, il est quasiment impossible de
gérer ses points et de connaître le nom du vainqueur avant la révélation
des jetons. C’est bien là son principal défaut.
Richelieu est un jeu très froid, mais qui s’apprend vite, sans thème
mais cela n’a pas trop d’importance, et je ne saurais trop vous conseiller de
le tester avant de l’acquérir, car, en ce qui me concerne, je ne pense
pas que ce soit un must du tout.
Déçu .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ trois = 7

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>