[01/10/2022] Cellulose

Mesdames et Messieurs ami(e)s lecteurs de me site, sachez qu’en ce jour, je vais vous inviter à découvrir un compte-rendu de partie dans un univers scientifique absolument saisissant d’ancrage thématique : Cellulose !
Voici donc un jeu qui prétend nous faire entrer dans le développement cellulaire des végétaux, avec tous les termes techniques qui vont bien, avec la plus grande rigueur scientifique, sans pour autant qu’on aie l’impression de ne pas jouer à un jeu !
Ce pari fou est l’axe directeur que l’éditeur Genius Games (il porte bien son nom celui-là !!!) tente de mettre en œuvre dans chacun de ses produits : si vous ne connaissez pas, allez jeter un œil sur leur site, c’est juste dingue (ici) !
Pour l’heure, je vous propose donc de plonger au cœur des végétaux qui nous entourent, dans ce jeu qui sort pour Essen 2022…

CELLULOSE

Dans Cellulose, on va y aller sur la croissance des plantes, comme vous pouvez le voir avec celle qui vient de germer à 50 ans passés ! 😉
Autant vous prévenir tout de suite, nous allons avoir affaire à un jeu très technique et précis, conçu par des chercheurs en biologie cellulaire, dans une démarche de vulgarisation des mécanismes qui se produisent au sein d’une plante et de ses cellules.
Ci-dessus, vous pouvez contempler le plateau principal, celui représentant l’intérieur des cellules de la plante, avec diverses zones d’action sur lesquelles nous irons placer nos marqueurs d’action. D’ores et déjà, rafraîchissez-vous la mémoire de vos cours du collège / lycée, à base de photosynthèse, mitochondries, et autre acides aminés ! Oui, oui, nous allons vraiment œuvrer au sein de ce joyeux univers très très technique ! Et ça m’excite bien, je dois bien le souligner…
Ci-dessus, voici notre plante, avec les jetons jaunes qui appartiennent à Julie, tandis que je joue avec les roses. Leur position indique clairement le niveau de développement de notre plante, l’un des marqueurs étant hors sol (pour récupérer du CO2) l’autre sous terre (pour récupérer de l’eau, H2O bien sûr !).
Au départ, notre plante correspond donc à un tout petit germe, de la taille de l’écart entre nos deux jetons, puis, au fur et à mesure de la partie, nous allons la faire croître, sous et sur la terre, en empruntant les voies qui nous paraissent les plus judicieuses…
La carte d’aide de jeu résume la structure d’un round :
– Phase de lever du soleil : on empoche ses revenus (eau et CO2) en fonction du niveau de développement de notre plante et éventuellement de cartes déjà jouées,
– Phase de jour : c’est le cœur du jeu puisque l’on va placer nos marqueurs d’action un par un et en résoudre les effets au fur et à mesure (j’y reviens),
– Phase de nuit : sorte de nettoyage du plateau, avec récupération de nos marqueurs d’action, résolution de la majorité dans la zone de la vacuole centrale (et gain d’un marqueur d’action supplémentaire), ajout d’un meeple de glucide vert pour renforcer la membrane cellulaire, mise à jour de la quantité d’eau disponible pour le round suivant et, enfin, défausse de deux cartes à l’étalage et complétude.
Ouf !
De l’autre côté de la carte, figure un rappel des icônes utilisées dans le jeu, particulièrement celles des actions réalisables lors de la pose d’un de ses marqueurs :
– Empocher des cubes d’eau et en « investir » jusqu’à 3 dans la vacuole centrale,
– Empocher du CO2,
– Réaliser une photosynthèse en convertissant 6 cubes d’eau et 6 cubes de CO2 pour obtenir 1 unité de glucide (carbohydrate en anglais) ! Si, si, on procède réellement à cette réaction chimique !
– Renforcer la paroi cellulaire en ajoutant un de ses glucides en stock,
– Améliorer le développement de sa plante sous ou sur la terre,
– Piocher une carte (enfin, si c’est lors d’une action, on la prend à l’étalage).
Re ouf !!!
Et voici la rivière de cartes, lesquelles permettront de se spécialiser dans son développement.
Au premier round de notre partie de découverte, où je suis premier joueur (Julie étant compensée par 2 cubes d’eau), je choisis de placer un de mes marqueurs d’action sur une action à une seule place : prendre 3 unités d’hormones végétales orange. L’autre place n’en rapporte que 2… A noter que certaines cases d’action peuvent accueillir plus d’un marqueur, avec comme seule contrainte que les marqueurs qui s’y trouvent ne peuvent pas être de la même couleur (d’où le côté taquin d’avoir chacun un marqueur gris)…
Voici mon premier butin, donc, en sachant que ces hormones végétales seront bien utiles pour aider ma plante à se développer (chaque niveau en requiert au moins 1).
La partie se poursuit, tranquillement, et ce jeu de pose d’ouvriers n’est clairement pas aussi complexe que c e qu’on aurait pu craindre !
Lorsque nous avons joué tous nos marqueurs d’action, nous passons en phase de nuit (déjà détaillée plus haut dans mon article).
Par contre, à noter que j’ai choisi de placer un de mes marqueurs d’action pour récupérer gratuitement le première carte de l’étalage et que je l’ai mise dans ma main. Comment la jouer ? C’est très simple : après avoir réalisé une quelconque action, on a le droit de jouer une de ses cartes, pour peu de pouvoir en payer le coût (écrit en rouge, les gains étant écrits en blanc).
Julie a remporté la majorité dans la vacuole centrale (avec un seul cube d’eau !) et elle a donc progressé d’un cran sur la piste dédiée, tout en obtenant un marqueur supplémentaire pour le round à venir !
Évidemment, comme on ne peut pas tout faire, sachez que j’ai préféré opter pour le développement racinaire de ma plante plutôt que d’amasser, comme Julie, plein de ressources. Choisir c’est renoncer… 😉
Allez, je ne résiste pas au plaisir de vous présenter la photosynthèse : je défausse 6 cubes d’eau + 6 cubes de CO2 pour empocher 1 unité de glucide ! Ce glucide pourra être utilisé de bien des manières, comme pour renforcer la membrane cellulaire (Julie le fera pour empocher 12 PV très rapidement) ou récupérer des acides aminés (ATP) via une action dédiée (je vais aller sur cette piste)…
Fin du deuxième round, enfin juste avant la phase de nuit. On peut constater qu’avec ses 12 PV collectés par Julie pour renforcement de la membrane cellulaire, elle a pris une sacrée avance ! Mais bon, chacun ses choix stratégiques…
Allez, j’y vais sur la conversion de 1 glucide contre 6 acides aminés ! Je compte bien utiliser ces dernier pour accélérer le développement de ma plante, voire pour jouer quelques cartes…
Petit exemple de carte que je joue : je défausse une unité d’acides aminés + 2 cubes de protéines rouges afin de jouer l’enzyme Lipase et empocher 3 PV ainsi qu’une carte de la pioche. L’effet du dessous, prendre une carte, n’a pas lieu à ce moment-là, mais il s’appliquera plus tard dans la partie lorsque je jouerai une autre carte d’enzyme, tout en défaussant un cube de protéine pour l’activer. Ça m’inspire cette stratégie basée sur les enzymes… Je vais essayer d’y aller à fond !
Cette fois, en ajoutant la carte d’enzyme du haut, justement, je peux activer celle du dessous contre le paiement d’un cube rouge. Prometteur tout ça…
Vue générale, un peu plus tard…
Ça fait cogiter la dame…
J’aime beaucoup cette carte d’enzyme dite Rubisco, puisqu’elle me permet de réaliser deux photosynthèses (et sans avoir besoin d’aller y placer le moindre marqueur d’action) !
Jeu finalement très plaisant et aux multiples stratégies, qui pourrait bien être très clivant car le thème n’est pas du tout grand public… De mon côté, franchement, c’est du tout bon : c’est un vrai jeu moderne, pas une simulation lourde et fastidieuse, une vraie bonne surprise (même la lecture et l’explication des règles ne m’a pas posé de souci) !
Ma zone de cartes me plaît de plus en plus, avec 6 cartes d’enzymes qui vont s’activer les unes après les autres, à condition de stocker des cubes rouges de protéines, oui c’est clair, et je vais donc m’y mettre !
Petit rappel de la condition unique de fin de partie : lorsque la paroi de la membrane cellulaire sera complète (intégrant le glucide « gratuit » lors de la phase de nuit), la partie s’achèvera et un tout petit décompte final aura lieu : PV empochés pendant la partie + 4 PV par unité de glucides en stock + PV des cartes qui en donnent pour le décompte. Rien n’est donné pour toutes les autres ressources résiduelles…
Je viens de jouer une carte qui m’a permis de récupérer un de mes marqueurs déjà placé (celui sur les 5 cubes rouges m’allait pas mal). Du coup, dès le tour suivant, bim je le remplace au même endroit ! Ça me fait un sacré stock de cubes rouges tout ça (10 dans le round quand même) !
La partie ne va pas tarder à arriver à son terme…
Dans le Paradis jeux, il n’y a pas que LE jeu… même s’il a fallu adapter l’espace ! 😉
Oh la la, comment trouvez-vous mes activations répétées d’enzymes ? Surtout la troisième en partant du haut, avec l’ajout d’un glucide pour renforcer la membrane ! Pourquoi ? Tout simplement parce que cela me permet de poser l’avant-dernier glucide sur la piste et de faire se terminer la partie lors de la phase de nuit à venir !!! Julie couine…
Fin de partie, avant le décompte final ! Je vous laisse scruter attentivement les différentes zones…
Les cartes de Julie et ses résidus de ressources.
Et mon stock pour finir…

Durée de cette partie : 2 heures 40 minutes – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de cette partie :

Piste Glucides conservés Cartes Total
Julie (jaune) 62 4 16+2 84
Ludo le gars (rose) 87 4 9+6+4 110

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le thème tout à fait hors des sentiers battus, avec un ancrage thématico-scientifique hors du commun, bien soutenu par un second livret juste de précisions scientifiques pour aller plus loin sur le sujet,
– Les mécaniques proposées, pertinentes et intéressantes au niveau gameplay,
– Les diverses stratégi
es qu’on peut mettre en œuvre, visiblement,
– La qualité de la rédaction de la règle, en anglais, bien abordable,
– Le matériel proposé, juste superbe !
– Les deux modules additionnels (la mangrove et le cactus), sans oublier le mode solo qui a l’air bien construit également…

On a moins aimé
– Le thème qui rendra peut-être le jeu pas très facile à sortir (mais on le sait bien dès le départ quand on se le procure !),
– Une difficulté pour s’emballer totalement, sur une première partie, pourtant je n’ai pas vraiment de critique à formuler…

————————————————————————————————————

7 commentaires à propos de “[01/10/2022] Cellulose”

  1. As tu essayé Genotype chez le meme éditeur ou on découvre la genetyque avec des dés et du placement d’ouvrier… Je le trouve très chouette….

  2. J’aime beaucoup génotype. Du coup j’ai acquis cellulose, j’espère que je vais parvenir à comprendre la règle en anglais . Ce compte rendu m’aidera au moins à ne pas faire de contre-sens . Merci

  3. Et il y a aussi Cytosis, la même chose mais avec le fonctionnement d’une cellule animale qui fonctionne lui aussi très bien. J’aime aussi beraucoup Genotype. je n’ai pas essayé leurs autres jeux de cartes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ sept = 8