[01/01/2005] Goldbräu

Participants
– Julie, joueuse rouge, qui semble tentée par ce jeu d’alcoolique,
– Laurent, joueur jaune, très intéressé pour tester ce jeu aux graphismes qui lui parlent,
– Ludo le gars, joueur vert, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Très récemment reçu, ce jeu sur le thème de la bière me tentait vraiment. Dommage que ma grippe actuelle entache ma motivation pour jouer, mais bon, on devrait quand même se faire plaisir, à vendre des bières au chaland qui passe…
Ayant la règle pratiquement en tête, je me colle à l’explication de celle-ci auprès de Julie et Laurent et la partie débute assez rapidement, avec le placement aléatoire de nos parts sociales. Ce tirage, en fin de compte (car au départ on n’en sait rien, 2 cartes étant
conservées cachées), aura généré la répartition suivante :
– Julie : 4 brasseries (dont 2 au même endroit) et 4 jardins à bière,
– Laurent : 2 brasseries différentes et 6 jardins à bière,
– Ludo le gars : 5 brasseries (3+2) et 3 jardins à bière.
Nous verrons que cette répartition, totalement déséquilibrée, influera considérablement sur la partie…


Une vue du placement intial de nos cubes de parts sociales (-2 cachées)
et de nos 3 patrons chacun placés sans contrainte d’aucune sorte…


Une vue de mon avantageuse position : je possède 2 parts sur
5 de la brasserie Steinbräu (et j’en ai 1 en réserve…) et
je suis patron avec 2 parts dans le jardin à bière de l’arbre
(d’où le contrat entre les deux). Il ne me restera plus qu’à
expulser ce satané ivrogne et à étendre mon jardin
pépère…


Lors de la deuxième semaine, je tremblerai que Laurent ou Julie
casse les nombreux contrats qui existent entre la brasserie Steinbräu
et les jardins. Mais, en ce qui concerne Laurent, il faudrait déjà
qu’il parvienne à devenir patron d’une brasserie et vu son tirage
initial, cela ne va pas être facile…


Une vue rapprochée des jardins, où l’on constate que
deux d’entre eux sont énormes (un à Laurent à droite
et le mien toujours avec l’ivrogne à gauche)…


Une vue des gains encaissés en fin de deuxième semaines
au niveau des brasseries…


Julie transmet à Laurent le marqueur de premier joueur, alors
que dans 3 jours on atteindra le premier jour de paie de la partie.
A noter que j’ai d’ores et déjà entamé ma tactique
de jeu assez basique mais puissante : être majoritaire, coûte
que coûte, dans un jardin et une brasserie, puis étendre
le jardin à mort en surface après avoir noué le
contrat qui va bien…


La situation en fin de première semaine, une fois que chacun
a joué les éventuelles cartes de réserve qu’il
souhaitait…


Laurent rajoute une part sociale jaune dans le jardin à bière
de l’Aigle, jardin qui pourrait bien perdre à terme son contrat
avec Steinbräu, surtout que le cousin a une fâcheuse tendance
à étendre ce jardin dans des proportions importantes…


En fin de seconde semaine, je touche le gros gros pactole, en raison
de contrats de folie entre ma précieuse brasserie Steinbräu
(j’ai éliminé la seule part sociale de Julie qui s’y trouvait)
et les 3 jardins qui travaillent avec elle. J’ai toujours l’ivrogne
dans mon jardin de l’Arbre, mais je fais avec…

Cliquez pour agrandir !
Une vue de la configuration finale de la partie, une fois que la
troisième semaine s’est achevée sur une nouvelle fois
de jolis revenus…

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure 30 minutes – Mise en
place du jeu : 10 minute – Explication des règles : 30 minutes
Ludo le gars remporte cette partie avec un total de 176 thalers, devant Laurent
avec 97 thalers et Julie avec 50 thalers. Le détail, semaine par semaine,
comptabilisé individuellement par les joueurs, est le suivant :

Fin de première semaine
Fin de seconde semaine
Fin de troisième semaine
Julie
31
46
50
Laurent
36
62
97
Ludo le gars
46
113
176


Débriefing
Un joli jeu bien agréable que ce Goldbräu ! Mais qu’est-ce qu’il
a pu se révéler frustrant pour Laurent, et dans une moindre mesure
pour Julie, quand on regarde la portée de la pioche initiale des parts
sociales ! Avec seulement 2 cartes de brasserie au départ et une main-mise
de Julie et de moi pour l’achat des cartes qui sortaient de la pioche lors des
tours de jeu, je ne vois pas comment Laurent pouvait faire quelque chose. Il
a bien essayé d’acheter des cartes cachées, notamment lors des
2 premiers tours, mais il n’a pas eu plus de chance puisqu’il a obtenu le droit
de déplacer l’ivrogne une fois, et la jolie serveuse la fois suivante.
Autrement dit, il a perdu 2 tours de jeu.
Goldbräu est un jeu où on sent bien qu’il y a un bon potentiel,
mais que celui-ci se révèle assez mal à 3 joueurs (soupçonné
au début d’ailleurs) car les majorités défintives se
créent à partir de 3 parts sociales, ce qui est assez bas (à
4 joueurs, il en faut 4 sur 6, ce qui est loin d’être facile et on doit
être plus souvent à la merci des autres).

Voilà pourquoi je reste mi-figue mi-raisin une fois la partie achevée
: un jeu très prometteur qui paraît non vraiment réglé.
Il doit falloir modifier la répartition des parts sociales initiales
(voir ma variante dans la fiche de jeu) et jouer à 4 joueurs pour que
le jeu prenne toute sa saveur. En tout cas, je le souhaite ardemment, tant ce
jeu me plaît dans son genre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


six × 8 =