[01/03/2002] Euphrat & Tigris

Participants
– Julie, extrêmement motivée pour en découdre à nouveau,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Non contente d’avoir perdu les 2 parties d’hier au soir, Julie fait preuve d’une remarquable obstination pour que l’on ressorte la fameuse boîte, et ce, pas plus tard que ce soir. De bonne grâce, je m’exécute…
Et hop, en route !

Julie se munit de son arc fétiche et, devinez, je reprends la route avec ma bonne vieille vache sacrée. Et c’est parti.
Durant les premiers tours, nous nous plaçons de manière conventionnelle : Julie relativement au centre et moi plutôt sur le côté de la rivière où se trouve le terrain marécageux constructible.
Une petite curiosité : nous ne sommes pas pressés de placer plusieurs chefs et nous engrangeons des points avec un seul.

Puis le jeu s’anime un peu, avec l’élaboration de 2 royaumes assez robustes et des conflits potentiels qui se profilent à l’horizon : observation, bluff, renforcement.
Julie parvient à récupérer des cubes de toutes les couleurs et ne me paraît pas en difficulté quelle que soient les couleurs. C’est embêtant de ne pas savoir sur quelle couleur l’adversaire lorgne… Quant à moi, j’éprouve les pire difficultés à amasser des cubes verts : la faute à des tirages de tuiles non vertes et à mon impossibilité d’expulser le chef vert de Julie du royaume solide en vert, car il est placé au centre de 4 tuiles rouges et qu’une telle place n’est pas en double… Il va falloir que je trouve néanmoins une solution et surtout qu’elle ne s’aperçoive pas trop de ma lacune.

Par la suite, Julie conforte sa bonne tenue sur le plateau avec exactement la même configuration que j’avais réussie à construire la veille, à savoir les 4 chefs en losange, donc très solides. Or, me souvenant que cette position m’avait conduit à la victoire sans problème, je me fais un point d’honneur à la faire exploser dans les 2 tours qui viennent. L’idée est que s’il ne m’est pas possible de gagner des conflits internes et externes, il va falloir que j’en appelle à la calamité, et là, la configuration s’y prête bien avec la tuile rouge au centre du losange. Oh la belle catastrophe au cœur du losange, c’est bête, hein…

La deuxième moitié de la partie voit Julie partir à la recherche de cubes rouges, et surtout noirs, et moi à la recherche de cubes verts, et parfois bleus. A titre indicatif, à partir du moment où Julie a l’opportunité de clore la partie avec la liaison au dernier trésor prenable, je n’ai en tout et pour tout que 5 cubes verts ! Il est clair que s’il le sait, elle fonce. Mais elle semble ne pas se douter de mes lacunes, ou alors elle en possède une plus importante que moi…

Quelques tours avant la fin, je construis au culot un monument vert et bleu en bas à droite du plateau, dans une zone que Julie peut atteindre en 2 tours pour me laminer en conflit externe. Or, elle n’y prête pas attention, obnubilée par sa quête de cubes noirs… C’est heureux…
Et je parviens même à réussir le tour de force de finir par éjecter son chef vert du grand royaume, puis de construire un monument vert / rouge à l’intérieur. L’avantage réside dans la solidité du royaume et la certitude d’être le mieux placé pour prendre le dernier trésor (je n’en ai que 2…).

Mais la partie n’ira pas jusque là puisque, exceptionnellement (peut-être parce que personne n’étant sûr de gagner, aucun ne cherchait à la finir de manière rapide), le sac de tuiles se vide complètement, signifiant l’arrêt des hostilités et le début du décompte.

Décompte final
Je gagne la partie avec un total de 29 points, Julie obtenant un total de 17 points. Contre toute attente, l’écart est important et mon plus petit total est plus élevé que le plus grand de Julie. Incroyable, au vu de l’équilibre de la partie !

Détails de la répartition
:

Couleur
Julie
Ludo le gars
Total
Bleu
25
27
52
Vert
19
31
50
Rouge
16
37
53
Noir
13
46
59
Trésor
5
2
7
Total
78
143
221

Débriefing
Cette partie aura mis en évidence qu’un équilibre du déroulement n’est pas synonyme d’un équilibre des scores. De la même façon, il me semble que tout est affaire de proportion : si je n’ai pas 15 ou 20 cubes, je m’inquiète sur l’issue du jeu. Or, Julie avec seulement 13 noirs était en passe de gagner quelques tours avant la fin, et j’étais loin d’être confiant sur le nom du gagnant.

Je m’interroge aujourd’hui sur certaines positions sur le plateau qui me paraissent très favorables à la victoire si elles sont bien protégées. Je reviendrai sur ces idées après quelques parties de renforcement d’opinions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× quatre = 8