[01/04/2002] Roborally

Participants
– Julie, dont le légendaire sens de l’orientation devrait pouvoir s’exprimer…,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie Un nouveau jeu (« Encore ! » entends-je d’ici…) et pas n’importe lequel : Roborally, ou comment programmer un robot en 5 étapes, en tenant compte de la configuration du terrain, de son sens de déplacement et des machineries qui ne  manqueront pas de se mettre en branle… Cela promet de passer de grands moments animés et gais.

Julie choisit de piloter le robot vert et je prends le curieux triangle bleu. 2 plateaux sont assemblés (B et C) et 4 jalons sont placés de manière cohérente (précisons-le, car ce ne sera certainement pas toujours le cas…). Et hop, en route dans le monde merveilleux, poétique et méconnu des rallyes de robots…

Le début de la partie restera dans les annales, grâce au côté novateur et excellent de la programmation anticipée de son robot sur 5 étapes. Je crains un moment que Julie quitte la table de jeu, tant elle a du mal à conceptualiser et à anticiper les déplacements. Elle claironne qu’un paravent est absolument nécessaire afin d’effectuer des tests devant elle, ce qui, une fois le paravent trouvé, n’arrangera pourtant pas les choses…
Je prends donc une avance importante, Julie tombant toute seule dans une fosse et effectuant de mémorables demi-tours, occasionnant de ci, de là, de sympathiques fou-rires.

La fin de partie permet à Julie de mieux s’en sortir, sans avoir besoin de 10 cartes pour avancer d’une case ;-))).

Décompte final
Je gagne la partie en atteignant le 4ème jalon, tandis que Julie en a relié 3. Aucun dommage n’a été subi.

Débriefing
Surprenant et attractif, tels sont les 2 qualitatifs appropriés. Énervant aussi. Et même, franchement prise de tête par moment. Cependant, Julie, comme moi, avons été séduits par les mécanismes originaux de ce jeu, ne s’apparentant à rien de connu, et finalement assez amusant à voir se dérouler.

Il doit falloir tenter d’anticiper les déplacements des autres robots afin de ne pas être perturbés dans son déplacement (poussées), ce qui, à 3 ou 4 joueurs, doit relever de l’exploit. Le chaos ambiant à 2 doit être décuplé et le résultat doit être saisissant…

Un bon moment, à retester bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 1 = cinq