[01/05/2003] Zèrtz X 2

Participants
– JF, en route pour un troisième jeu du GIPF Project de Kris Burm,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Une fois achevée notre série de parties de tests de Tamsk, nous nous engageons dans la découverte d’une autre production de la série : Zèrtz, dont le look général rappelle Dvonn, pour l’instant le meilleur de la série à nos yeux.
Contrairement à Tamsk, justement, dans Zèrtz aucune règle d’apprentissage particulière et nous attaquons directement avec les mécanismes de jeu. Nous décidons de jouer la parties en 2 manches, histoire d’équilibrer la position du premier joueur
.

Partie 1 :
JF a le trait


JF vient de déposer une bille noire sur le plateau mouvant…

JF s’apprête à poser une nouvelle bille sur le plateau,
sous les yeux intéressés de Maitena, ma jolie fillotte…

La configuration finale, juste après que JF aie pris sa troisième
bille noire (suite à une erreur d’appréciation de ma part)…
Scores
JF : 2 billes de chaque couleur
Ludo le gars : rien de valide
JF a donc remporté cette toute première partie de Zèrtz,
grâce à une grossière erreur de jugement de ma part
: j’ai offert à JF la possibilité de prendre 2 billes en
sautant, en m’assurant le gain de la partie dans la foulée (une
cinquième bille noire). Je n’avais pas prévu que, ce faisant,
il allait clore la partie en ayant constitué une paire de chaque
couleur !
Dur, dur…

Partie 2 :
Ludo le gars a le trait


Maitena tente de comptabiliser mes billes alors que JF réfléchit
à son prochain coup…

Une vue rapprochée du plateau alors que, malgré un regroupement
assez important, aucune bille ne peut sauter par-dessus une autre pour
prendre…

Une fois la partie terminée, on peut admirer la splendide collection
de billes noires de votre serviteur…
Scores
JF : rien de valide
Ludo le gars : 7 billes noires alors que 5 suffisaient !

Cette seconde manche nous a permis de re-tester les mécanismes
découverts précédemment, et notamment la grande difficulté
à isoler des groupes de billes. Fort heureusement, on a pu voir
que c’était possible puisque j’ai réussi en récupérer
un magnifique groupe de billes noires me garantissant ainsi la victoire.

Décompte final
Nous faisons un match nul : une manche chacun.

Débriefing
Splendide jeu que ce Zèrtz ! Certes nettement moins innovant que Tamsk
et sa gestion du temps, Zèrtz est, à bien des égards, nettement
plus puissant à jouer :
– Quelle couleur de bille placer : l’une de celles qu’il nous manque ou une
au contraire peu utile mais qui pourrait permettre des sauts ?
– Quel disque retirer du plateau, et à quel moment ?
– Quand décider de commencer à effectuer des prises : le plus
tôt possible (plus on ramasse de billes, plus on se rapproche de la victoire)
comme le jeu le laisse penser, ou, plus subtilement, un peu plus tard, une fois
que l’on aura construit le plateau comme on l’entend…
– Comment parvenir à créer des groupes isolés, sachant
que l’on devine bien que c’est certainement l’une des clés de la victoire
? Il faudrait, certainement, acculer l’adversaire pour que vous ayez l’un ou
l’autre des choix à votre tour (saut ou groupe isolé). Comparons
cette double possibilité à une fourchette aux échecs, où
quel que soit le choix de votre adversaire, vous avez toujours un avantage.

Puissant, c’est bien le mot. Et rapide également, ce qui permet de s’offrir
une succession de manches, sans voir le temps passer.
Zèrtz se rapproche de Dvonn
au niveau de la profondeur de jeu, et je me réserve une amélioration
de mon avis une fois que mon expérience se sera accrue suffisamment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 8 = neuf