[01/12/2010] Don Quixote

Une fois n’est pas coutume, je vais jouer à un jeu de société en solitaire. Oui. En même temps, après lecture de la règle de Don Quixote, nouveauté sortie à Essen 2010, il ne me semblait pas que ce jeu soit vraiment un jeu pour plusieurs joueurs… En effet, on joue chacun dans son coin, à un niveau probablement jamais atteint… 😉
En ce qui concerne le jeu en solitaire, rien à redire, ça marche bien, avec des vrais airs de Cities, en plus simple, moins riche, mais plus abouti…

 

DON QUIXOTE :

 


Le matériel est de très bonne facture avec des tuiles bien épaisses, un plateau individuel robuste, une piste de scores sympa et un très pratique résumé du scoring…

Même si la boîte arbore fièrement les portraits de Don Quichotte et de Sanho Panza, jamais, Ô grand jamais, on ne se sent dans la peau de l’un ou de l’autre…

Le principe du jeu est simple : placer au mieux les 24 tuiles que comporte le jeu, sachant que l’on commence par positionner les deux châteaux (valeurs 6 et 4) sur les deux
premières cartes de positions piochées…

Ensuite, pour la première manche (sur 3), on retourne 9 tuiles qui seront placées sur les 9 cartes à venir. La difficulté vient du fait qu’on sait ce qu’on a à placer, mais qu’on ne
sait ni où les tuiles iront réellement, ni quand… Certains parleront facilement de hasard…

Après quelques tours, j’ai placé, par chance ;-), un soldat relié à mon château de valeur 6 et je n’ai pas trop à me plaindre en ce qui concerne mon église (reliée à des chemins
vers le centre), ce qui n’est pas le cas de mon moulin du haut, totalement isolé et perdu…

Même contentement en bas à droite avec la liaison de mon château de valeur 4 à un soldat. Ici, le moulin reste dans une situation exploitable. Cela devrait me permettre, à terme, de
le relier à d’autres…

Lorsque les 9 tuiles sont placées, on procède au premier décompte, en utilisant le résumé ci-dessus. Pour commencer, si un château est relié à au moins un soldat, on marque les
points du château. Ensuite, si des églises ou des moulins sont reliés, on marque 1 ou 2 points pour chaque. Enfin, si des soldats sont placés en bordure du plateau, orientés vers
l’extérieur, on marque 5 points pour peu qu’ils atteignent une certaine valeur (ça, ça m’a paru très très difficile !!!)…

Pour ma première manche, donc, j’ai marqué seulement 10 points pour avoir réussi à relier mes deux châteaux à un soldat chacun. Ceci dit, même si je n’ai encore rien marqué pour les
églises et les moulins, je ne suis pas très inquiet : ceux que j’ai placés sont orientés de manière à se relier… A noter que je n’ai eu que 2 soldats en première manche, ce qui
n’aide pas à glaner les 5 points liés à la protection du royaume…

Voici mes 7 tuiles pour la deuxième manche et, évidemment, j’ai cette fois moult soldats à placer…

Fin de la deuxième manche et des liaisons de moulins et d’églises qui deviennent très prometteuses. A noter que j’ai à nouveau glané les 10 points des châteaux…


Voici les 6 dernières tuiles du jeu, avec la 6ème orientée à 90° car ce devra être la dernière à être jouée. Il est très sympa de tenter d’anticiper le placement de ces tuiles sur
les 6 trous restants afin d’optimiser. Mais, parlons encore de hasard si vous le voulez bien, on ne sait pas où on devra mettre cette satanée 6ème tuile…

La situation s’arrange considérablement pour moi pusique le hasard m’a permis de positionner mes tuiles à peu près comme je l’avais escompté. Il ne me reste plus qu’à jouer la
dernière d’entre elles sur la case H1 pour aucun gain supplémentaire…

Le plateau une fois la partie achevée : outre les 10 points liés aux châteaux (à nouveau !), je vais scorer énormément sur les moulins (8) et les églises (12), ainsi que sur la
plus lucrative chaîne de soldats (17 points, un seul n’est pas relié !)…

Mon score final s’élève à 75 points, ce qui d’après l’auteur dans la règle du jeu, est un score « sehr gut. Il est bon de savoir que, pour lui, un score au-dessus de 85 est excellent
et qu’au-dessus de 100 points on est dans l’ordre du fantastique…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le plaisir, simple, d’optimiser son score en solitaire,
– Les composants du jeu,
très agréables,
– L’envie de retenter la chose, historie de voir si on fait mieux…

 

On a moins aimé
– La non-motivation pour y jouer à plusieurs : quel intérêt y a-t-il de jouer avec d’autres à un puzzle où seule la position est imposée et où les tuiles qui sortent ne sont pas
les mêmes ? Il n’y a strictement aucune interaction.
– La place indéniable du hasard, frustrante, car on sait ce qu’on devra placer dans les tours à venir mais on n’a aucun moyen de savoir où ! Certes, on doit essayer de trouver les
solutions les plus ouvertes possibles, mais cela reste quand même bien peu prévisible…

Scores de la partie :

 

Manche 1 Manche 2 Manche 3 Total
Ludo le gars 10 18 47 75

 

Note du jeu (sur cette partie) : 13 / 20

 

Durée de la partie : 30 minutes

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


un × = 7