[02/09/2023] Puerto Rico

Revenir aux Grands Anciens, une fois de temps en temps, quand l’occasion s’y prête… C’est toujours un plaisir !
Aujourd’hui, nous nous retrouvons à 5 joueurs pour la réouverture du club des Ludophiles en ce début septembre. L’occasion, donc, de se lancer dans le mythique Puerto Rico

PUERTO RICO

Revenir à Puerto Rico, sorti en 2002 et nous sommes en 2023, un jeu qui n’a pas vieilli et qui en a inspiré tant d’autres, comme Earth par exemple…
Après une ré-explication de la règle, Fabrice et Leila en ayant clairement besoin, nous débutons notre partie à 5 joueurs, avec François en premier joueur et qui choisit… le Bâtisseur !
J’opte pour l’un des deux Petit Marché car comme il n’y a que deux exemplaires de chaque tuile de bâtiment administratif, il faut savoir aller au plus vite sur ceux que l’on veut vraiment…
En fin de premier grand tour de table (chacun a choisi un rôle une fois)…
La passation officielle de pouvoir entre François et Leila qui s’apprête à devenir Gouverneur…
A mon premier tour de Gouverneur, je choisis le rôle de Maire pour remplir tous mes emplacements de colons. Lorsqu’on produira, j’empocherai 2 cylindres d’indigo et 1 de maïs. Il va peut-être falloir que je pense aux entrepôts…
Les choix ne sont pas toujours faciles…
C’est le moment où nous vidons nos premiers bateaux : celui contenant de l’indigo et celui contenant du maïs vont se retrouver prêts pour la recharge…
Cette fois, nous en sommes en fin de première série où chacun a été Gouverneur une fois…
Ce jeu est toujours aussi interactif et il faut reconnaître que le conseil de faire attention de ne pas plus avantager les autres que soi-même a été scrupuleusement suivi par tous les joueurs…
Je commence à être bien à la ramasse… A chaque fois, ou presque, quand je dois choisir un rôle, je me retrouve dans la situation compliquée où tout choix n’est pas bon !
Ci-dessus, par contre, je viens de trouver un coup super : je choisis le Capitaine et envoie mon seul cylindre d’indigo dans un bateau vide, sachant que personne d’autre que moi n’a de cylindre devant lui !!! Non seulement je me réserve un bateau (je suis celui qui produit le plus d’indigo) mais, en plus, je n’avantage personne !
Leila a choisi le Capitaine, un peu plus tard et il faut faire les expéditions dans l’ordre pour éviter d’être le dindon de la farce…
Ah oui, ça c’est de l’expédition mes amis !!! On va pouvoir tout vider…
Je vous laisse regarder combien il reste de colons à proximité du bateau… Ça a son importance…
J’ai choisi le Paysan, pour ajouter une troisième (et dernière) carrière dans mon domaine, tout en provoquant pratiquement de manière certaine la fin de partie, puisque Fabrice et François récupèrent une plantation « chargée », ce qui fait tomber le nombre de colons restants à 3…
Dans la foulée, Pierre, qui n’est pas mieux développé que moi, choisit le Maire pour qu’on aille récupérer des colons, ce qui provoque la fin de partie puisque l’on ne peut pas remplir suffisamment le bateau !
Il ne reste plus qu’à Fabrice et à François de jouer, les deux les plus en avance, mais ils ne pourront pas construire un grand bâtiment et l’alimenter (Pierre a la tuile de Maire devant lui), ni produire puis exporter (Leila a le Capitaine devant elle) !
Du coup, Fabrice choisit le Bâtisseur, au moins pour les 4 PV d’un grand bâtiment…
Dans l’esprit du jeu, dans la foulée, François choisit le Producteur, pour avoir un maximum de marchandises et de doublons en cas d’égalité…
Le plateau de Pierre une fois la partie terminée…
Celui de Fabrice…
Celui de François…
Celui de Leila…
Et le mien…
Juste frustré de ne pas avoir pu construire le moindre bâtiment quand Fabrice a choisi le Bâtisseur, car, même avec une capacité de 2 doublons + 3 carrières, il n’y avait aucun bâtiment de 5 ou moins que je pouvais placer…
Comme ça devrait se jouer à peu de choses, ça me fait râler…
Pour clore ce compte-rendu, juste ce petit visuel des petits jeux Oink Games auxquels nous a fait jouer François aujourd’hui :
– Durian, c’est du Coyote en plus ramassé dans une toute petite boîte. Rien de neuf sous le soleil…
– Scout, finaliste au Spiel des Jahres, c’est clairement très bien, avec un système de plis novateur et deux petits twists très sympas : les tuiles Scout & Show, pour embaucher puis présenter un numéro, et le fait de choisir dans quel sens jouer toute sa main de cartes (les cartes sont retournables verticalement). A refaire !

Durée de cette partie : 1 heure 55 minutes – Note de cette partie : 20 / 20

Scores de cette partie :

PV Bâtiments Bonus de grands bâtiments Total
Pierre 21 8 0 29
Fabrice 15 18 0 33
François / Sanjuro 13 15 0 28
Leila 19 8 0 27
Ludo le gars 22 7 0 29

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le jeu qui n’a pas vieilli d’un iota,
– Le sérieux des joueurs attablés pour ne pas avantager un autre joueur,
– Les scores resserrés de manière assez folle…

On a moins aimé
– La fin de partie hyper abrupte ce jour, je n’en avais pas le souvenir (Pierre et François, eux, par contre, disent que c’est toujours comme ça).

————————————————————————————————————

4 commentaires à propos de “[02/09/2023] Puerto Rico”

    • Ultra-faibles oui ! Ca n’a pas eu l’air de surprendre mes acolytes connaissant le jeu, mais moi, qui le connais aussi très bien, je n’avais pas souvenir de parties aussi basses en terme de scores ! Clairement, la venue de colons aussi souvent et la non-construction de gros bâtiments activables l’expliquent aisément.
      Je parie que ça t’a donné envie d’y rejouer François… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit − = 7