[02/01/2003] Halunken und Spelunken

Participants
– Elise, qui joue de plus en plus souvent, attention au virus du jeu !
– Rémi, qui par conséquence joue de plus en plus souvent, attention le virus est contagieux !
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Rapporté du salon d’Essen en octobre, Halunken und Spelunken est un jeu sans prétention d’Alex Randolph, l’octogénaire honoré par une exposition lors de ce dit-salon, qui retient l’attention par l’originalité de son thème et la durée estimée de la partie.
Je lis les règles à mes invités du soir et, en 5-10 minutes, nous partons pour le port anglais du XVIIIème siècle…


Elise en train de subtiliser une carte à votre serviteur : ça
commence bien…

Le jeu est agréable, sans être
emballant, la faute à des situations de quasi-aléatoire,
lorsque vous êtes contraints de jouer une carte de valeur non intéressante,
mais juste pour éviter de tomber sur la même valeur que l’un
de vos adversaires. Je suis, par exemple, confronté à ce
problème avec Rémi, qui, quoi qu’il arrive, obtiendra une
carte de valeur 10, et que je suis obligé de jouer une carte numérotée
me conduisant sur une case avec un forban de valeur 1.

Le jeu se déroule très vite,
les tours s’enchaînent et la situation, qui me semblait favorable,
a tendance à se ré-équilibrer, depuis que j’ai plus
de cartes que mes adversaires : plus de cartes, donc même si je
m’octroie les services de Black Jack, il ne les détroussera pas
! Donc si je prends Black Jack, c’est uniquement pour être protégé
de lui et éventuellement récupérer l’une des cartes
du port…

La difficulté qui s’offre alors à
nous se situe dans une optimisation de ses déplacements due aux
tavernes vides et aux cartes non encore jouées. Par exemple, il
nous reste à tous la carte de valeur Rhum à 3 tours du but
et nous marchons donc sur des oeufs… Elise s’en sort bien en la jouant
la première, andis que Rémi et moi nous retrouvons dans
l’incapacité de déplacer notre pion lors du dernier tour
(même carte).
Je pense gagner, mais juste…


La configuration finale du plateau

La mise en place est rapide et le jeu nous
paraît sympa dès l’entame : cartes forbans de différentes valeurs et couleurs dans les tavernes, obligation de réfléchir sur les cartes éventuellement jouées par vos adversaires pour ne pas jouer la même, s’approprier ou non les services de Black Jack, l’éviter tout en accédant à des tavernes lucratives…

Je me concentre sur Black Jack quitte à
dépenser des cartes de forbans, mais convaincu qu’en retour je
vais détrousser mes adversaires et, si l’occasion se présente,
récupérer mes cartes dans le port en atteignant la case
où se trouve l’homme en noir… Malin, non ?
Elise et Rémi collectent de bonnes cartes, alors que je commets
par deux fois des erreurs de comptage impardonnables…


Une vue rapprochée du plateau, juste avant que je détrousse
Black jack avec mon pion vert, pourtant à mon service…


Rémi place dans le port la carte forban qu’il a investi pour
acquérir les services de Black Jack dans l’avant dernier tour
de jeu…

Décompte final
Rémi gagne cette partie avec 86 points, devant Elise
avec 82 points et votre serviteur qui ferme la marche, à sa grande surprise,
avec 77 points.

Débriefing
Une fois la partie terminée, en une petite demi-heure comme prévu,
nous nous accordons pour dire que le jeu a été sympa et divertissant.
Nous nous accordons également pour l’avoir trouvé peu tactique
et bourré de hasard.
Le fait que Rémi l’emporte devant Elise est également une surprise
au vu de la partie : tout laissait penser que j’allais gagner assez largement,
même si j’ai éprouvé des difficultés lors des derniers
tours.

Quelques enseignements sur le jeu :
– Avoir Black Jack de son côté c’est bien, mais si vous avez plus
de cartes que vos adversaires, le seul avantage est de ne pas être inquiéter
par lui et de peut-être récupérer une carte dans une taverne,
– Il est amusant de détrousser Black Jack, surtout quand vous l’avez
avec vous : on a l’impression de lui faire un sale coup fort jouissif… Surtout
qu’en procédant de la sorte vous récupérez au moins la
carte que vous venez de miser pour l’acquérir.
– Concentrer ses efforts sur Black Jack ne semble pas payant au vu de cette
partie (je l’ai pris 7 fois sur 10 !), mais cela demandera contre-expertise
😉

Au final, le jeu est tranquille et fun, mais un tantinet léger et hasardeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 9 = treize