[02/02/2002] Carcassonne + der Fluss

Participants
– Eric l’autre gars, novice dans les jeux, mais y’a bien que là…,
– Carine, sa chère et tendre,
– Jérôme, alias Jo, en apprentissage ludique,
– Julie, pour qui les remparts n’ont plus de secret,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Cette partie était extrêmement importante pour moi, et ce pour au moins une bonne raison : j’allais initier certains de mes meilleurs amis au monde des jeux de société, tels qu’ils ne les connaissaient pas. Et, il faut l’avouer, le challenge était de taille quand on connaît les loustics…
Mais, bon ; un vrai passionné doit savoir trouver les bons arguments et les jeux les plus adaptés pour séduire tout type de public, non ? Alors, j’ai choisi Carcassonne, avec les ajustements que nous pratiquons couramment.

Je fus désigné, par le sort, pour être le premier joueur, suivi de Jo, Eric, Carine et finalement Julie. Je pris les bleus, Jo les verts, Eric les rouges, Carine les jaunes et Julie
les noirs. Et bien sûr, nous commençâmes à placer la rivière (oui, oui, la vraie…) à tour de rôle.

Le jeu se positionne petit à petit, Julie tente l’abbaye de la rivière, mais est rapidement mise à mal par un placement vicieux de Carine, qui la contraint à imaginer l’abandon de son pion, sauf chance exceptionnelle. Eric se place sur un chemin prometteur, et Jérôme investit habilement un champ. Quant à moi, je me pose des questions métaphysiques sur les particularités du jeu à 5, comparé au jeu à 2, et je fais des choix un peu limites : un champ, une ville, une abbaye.

Les tours s’égrainent et chacun adhère plus ou moins bien au jeu : Jérôme élabore une ville attractive, Julie avance progressivement et de manière mesurée, Eric tente des constructions un peu partout, Carine grappille quelques points, ce qui la place en tête, tout en jouant avec désinvolture, et votre serviteur reluque la cité de Jérôme, dans laquelle il va faire irruption au moment où elle tendait à se fermer.

La dernière partie du jeu affirme les tendances exprimées : Julie marque régulièrement un peu partout, la grosse cité de Jérôme est investie par mes soins et ceux d’Eric (par 2 fois, puisque la première fois, il s’est habilement fait éjecter par une tuile un tantinet perverse…) et il est difficile de s’implanter dans les champs.
Pour mes deux dernières tuiles, sachant que je ne pourrai pas me jeter dans un champ et que je suis à la traîne au niveau des scores, je décide de jouer les moins mauvais choix, à défaut des meilleurs. Afin de finir le plus près possible de Julie et Jérôme, je place ma dernière tuile de telle sorte qu’elle relie deux champs où se trouvaient les paysans de Jérôme. Résultat : il marquera seul les points d’alimentation des villes concernées, au lieu que Julie les récolte aussi.

Décompte final
Julie remporte la partie d’un souffle : 45 à 44 (Jérôme).
Je finis troisième avec 31 points, Eric suit avec 29 et Carine ferme la marche avec 12 points.

Débriefing
Une impression générale : gros gros plaisir ludique à 5 joueurs à Carcassonne, malgré le scepticisme que j’avais pu exprimer au préalable sur ce jeu à plus de 2.
Deuxième impression : des non-joueurs peuvent apprécier ce type de loisirs, et pas seulement « parce qu’il n’y a rien d’autre à faire ».

Sur la partie en elle-même, il y aurait beaucoup d’enseignements à tirer :
– Le jeu à 5 est excellent car il apporte une dimension d’alliance extrêmement bénéfique et novatrice au jeu. En effet, il est pertinent d’accepter de marquer à plusieurs sur un édifice important (à condition de ne pas être trop nombreux quand même), car cela permet de distancer les autres joueurs et la construction avance plus vite et s’achève plus rapidement. Autrement dit, en unissant nos efforts, on bâtit mieux.
– Le pseudo-abandon d’un joueur, ou d’une joueuse…, n’est, somme toute, pas trop préjudiciable au jeu. En effet, c’est Julie qui a subi les placements douteux de Carine, mais c’est elle qui a remporté la partie.
– Carcassonne possède cette caractéristique séduisante : un non-joueur, s’il s’investit dans la partie, peut occasionner la surprise et s’approcher de la victoire : c’est le cas de Jérôme qui s’est trouvé à une case de la première place.

Au final, ce jeu est absolument excellent pour initier des non-joueurs au jeu « autrement », car il conjugue des qualités évidentes : graphisme attrayant, rapidité d’assimilation des règles, durée de partie raisonnable, nombre de joueurs variable, facilité général d’accès, scores serrés, et surtout, possibilité de bien figurer quel que soit son niveau de pratique du jeu.
Quelque chose me dit que mes amis vont me le redemander la prochaine fois…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


neuf + 5 =