[02/03/2002] Euphrat & Tigris

Participants
– François H., petit potier revanchard,
– David, l’arc à la main, mauvais signe pour lui…,
– Ginès, un lion dans le moteur,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Je crois pouvoir dire tout de suite que cette partie pourra être baptisée : LA PARTIE.
En effet, au vu des sarcasmes promulgués, des provocations innombrables, des échauffements constatés dans les locaux de la Maison des Jeux de Saint Fons, on pourrait se demander si Euphrat & Tirgris n’est pas une épreuve des JO ! En tout cas, il ne fait pas bon se balader avec une vache sacrée dans ces contrées lyonnaises…

Sur la partie proprement dite, il faut insister sur l’entame particulièrement agressive entre les protagonistes, et la difficulté de rester en place longtemps avec ses chefs.
Le début de partie est donc très chaotique, de multiples conflits externes ont lieu à mon initiative et la quête des trésors est l’un de les objectifs.

La suite de de la partie nous fait tous rentrer dans une phase dure et frustrante pour certains qui ne disposent jamais, selon leurs dires, des tuiles adéquates, contrairement à d’autres… Et oui, dès lors que vous sortez pour vous défendre, 4 tuiles vertes de derrière votre paravent, que vous aviez consciencieusement économisées, vous passez pour un gagnant à la loterie et vous avez tendance à énerver vos adversaires…

La partie s’inscrit clairement dans un affrontement permanent pour l’acquisition des cubes et la prise des meilleurs positions. Trois monuments viendront pimenter le jeu encore un peu plus et un royaume étiré tout en longueur avec au maximum 3 ou 4 temples va survivre jusqu’à la fin, avec une alternance ininterrompue des chefs présents.

Décompte final
Je gagne la partie avec un total de 12 points, François termine avec 8 points, David avec 6 points et Ginès 3 points.

Détails de la répartition
:

Couleur
François
David
Ginès
Ludo le gars
Total
Bleu
6
7
10
9
32
Vert
12
8
9
12
41
Rouge
8
6
12
12
38
Noir
8
7
3
16
34
Trésor
2
0
0
5
7
Total
36
28
34
54
221

Débriefing
Quelle partie épuisante : aucune situation stable à long terme, très peu de temples, des combats réguliers, une tension palpable…
Au final, une déception sous-jacente car mis à part mon cas personnel, aucun autre joueur n’a eu le sentiment de pouvoir réellement jouer.
La question est : pourquoi ?
– Mauvais tirages de tuiles invoqués par certains : le propre de ce jeu est de contraindre les joueurs à s’adapter au résultat de ces tirages, donc argument irrecevable.
– Ecoeurement sur ma réserve de tuiles toujours cohérente avec les situations de jeu : est-ce que le fait de gérer intelligemment sa main doit être un argument pour faire perdre tout intérêt à une partie ?
– Trop de conflits : certainement qu’un nombre important de conflits déstabilise et affaiblit les perdants, mais ce peut être une stratégie comme une autre, car le but est bien, au final, de gagner plus de cubes que les adversaires dans sa couleur la plus faible.
– Un enjeu et une passion trop forts autour de cette partie : je penche personnellement pour cette explication.

Enfin, je terminerai cette analyse en disant à mes partenaires de jeu qu’à trop parler, on peut en oublier de jouer ou imaginer le déroulement de la partie avant l’heure… 😉
C’est quand ils veulent pour la revanche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


un + = 2