[02/05/2002] Le Jeu du Président

Participants
– Julie, politicienne dans l’âme, surtout depuis le fameux 21 avril 2002…,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Cette partie du Jeu du Président vise à découvrir les règles, tout en acceptant celles-ci telles quelles, entendu que nous sommes convaincus par avance du caractère désastreux de la place du hasard dans ce jeu.

Julie choisit le Parti Socialiste (en 1981, ce devrait être prémonitoire) et je me rabats sur le
RPR (pour la cohérence du débat).
La partie peut débuter.

Cette partie nous voit nous implanter progressivement sur le territoire, avec relativement peu de défis et beaucoup de cartes campagne électorale. Julie prends de l’avance, suite à des tirages incroyables de ma part. En revanche, j’ai plutôt tendance à remporter les défis. Alors…

La fin de partie est l’occasion de vivre de jolies situations extrêmes comme par exemple la suivante : Il me manque 350 000 voix pour gagner, Julie me défie dans un département de ce nombre d’électeurs. J’obtiens un magnifique 21 (soit le maximum) aux cartes défis. Julie perdra, sauf s’il sort également 21 points. Et devinez quoi ? Et bien, oui : 21 !!! Tout est à refaire, il m’en manque alors 700 000…

Décompte final
Le candidat du RPR (représenté par Ludo le gars) devient Président de la République avec 16 850 000 voix, contre 15 250 000 pour le candidat du PS.

Débriefing
Cette partie de découverte nous aura globalement montré que si un jeu a la capacité d’être très bon (matériel, thème, …) il peut s’avérer médiocre en l’état. En effet, ce jeu, dans sa version originelle, est sans intérêt pour les raisons suivantes :
– Trop grande place laissée au hasard : cartes campagne électorale, tirages des dés, cartes défis, …
– Trop de contraintes de placement : pas de département imprenable, si un défi est possible, et pas de défi si un département est disponible,
– Aucune lisibilité de la carte,
– Durée disproportionnée entre l’intérêt du jeu et le temps passé à tirer des dés pour les implantations : 3 heures au bas mot !
– Manque évident de communication, que ce jeu aurait largement dû susciter.

Bref, je dirai que ce jeu se doit d’être aménagé en profondeur pour certainement montrer toute sa valeur.
Je vais m’atteler à créer les contours d’une variante, qui devrait être testée lors du week-end de jeu à Péronnas, dans le cadre de la manifestation Rêves de Jeux et Jeuxsoc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 + quatre =