[02/07/2003] Twixt X 9

Participants
– JF, passionné de jeux abstraits et uniquement de ceux-ci et qui devrait adorer Twixt,
– Julie, qui nous rend visite pour une petite partie avec votre serviteur,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Ce soir, c’est soirée Twixt à la maison. Pas moins de 9 parties au compteur pour Ludo le gars et une brochette de situations nouvelles lors du déroulement des affrontements.
JF, qui ne connaît pas le jeu, est briefé sur la mécanique de jeu et sur quelques axes minimaux de tactique et de stratégie, même s’il est parfaitement évident qu’il aura bien du mal à faire quelque chose avant sa 3ème ou 4ème partie. C’est normal, Twixt est un jeu de la catégorie des jeux d’apprentissage, où un novice ne dispose d’aucun moyen de tenir tête à un joueur qui a plus d’expérience sur le jeu (même quelques parties suffisent).
Conscient de cet état de fait, je suis assez pressé que JF soit initié à ce jeu, afin qu’il ne prenne pas trop de retard sur moi à ce jeu : il n’y a rien de plus désagréable que de ne
pas trouver de partenaire « à son niveau » (en toute modestie, on apprend vite à ce jeu, mais il faut y consacrer un peu de temps).

Manche 1 : JF a
les rouges

JF a le trait


Une fois ses 2 premiers poteaux rouges placés près
de sa ligne de départ, JF prend conscience de la nécessité
de venir me bloquer au centre…


L’ensemble de ma ligne noire n’est pas « physiquement » relié
mais on la considère comme telle…

Je remporte donc cette première
manche.

Manche 2 : Ludo
le gars a les rouges

Ludo le gars a le trait


JF tente de jouer ses poteaux de manière espacée, expérimentant
la technique des fourchettes…


Après quelques pirouettes pour réaliser une vraie liaison,
la ligne rouge est ininterrompue…


Ma ligne rouge paraît continue… Erreur : deux poteaux rouges
sont adjacents mais non reliés au centre de la ligne…

Je remporte cette seconde manche.

Manche 3 : JF a
les rouges

JF a le trait


JF vient de découvrir un système de blocage intéressant
: ses 2 poteaux rouges placés de part et d’autre de mes poteaux
noirs formaient une menace que je n’ai pas détectée. Résultat,
après le placement de mon poteau noir, JF joue son poteau rouge
au centre des 2 précédents et réalise une double
liaison…


Nous considérons que la ligne noire est victorieuse…


La configuration est nettement plus alambiquée…

Je remporte cette troisième manche.

Manche 4 : Ludo
le gars a les rouges

Ludo le gars a le trait


JF tente de ne pas jouer que la défense, ce qui se traduit
par une esquisse de ligne noire, sur le bas du plateau, que je barre
avec deux poteaux et un pont…


La ligne rouge est victorieuse mais JF n’a pas démérité…


Les lignes s’imbriquent à merveille et le jeu commence à
devenir passionnant…

Je remporte cette quatrième manche.

Manche 5 : JF a
les rouges

JF a le trait


Le principe des lignes parallèles que JF commence à
maîtriser et de grosses difficultés en perspective pour
votre serviteur pour réussir à faire passer sa ligne noire…


Ma ligne noire parvient à relier les 2 bords du plateau, mais
le jeu devient de plus en plus serré…

Je remporte cette cinquième manche.

Manche 6 : Julie
a les rouges

Julie a le trait


Julie paraît déjà dépitée devant
la perforation de ma ligne noire…


Effectivement, il y avait de quoi…

Je remporte cette sixième manche.

Manche 7 : JF a
les rouges

JF a le trait


JF est très mal parti sur cette manche…


Peut-être la partie la plus rapide et celle que JF abandonne
avant que ne soient clairement établies les positions…

Je remporte cette septième manche.

Manche 8 : Ludo
le gars a les rouges

Ludo le gars a le trait


Une vue rapprochée qui permet d’admirer la qualité
du matériel et le caractère très tactile des éléments
de jeu…


Une partie que je gagne sans trop de soucis finalement…

Je remporte cette huitième manche.

Manche 9 : JF a
les rouges

JF a le trait


Cette manche sera la dernière de la soirée : il se
fait tard. JF joue résolument l’attaque ce qui me contraint à
jouer des bribes de lignes un peu partout…


A son tour, JF fait preuve d’ingéniosité et de talent
pour bloquer ma tentative de liaison dans le coin supérieur du
plateau : on se bloque mutuellement non pas avec les ponts mais avec
les poteaux qui occupent des places stratégiques…


La ligne rouge de JF flirte avec les 2 bords et je déploie une
énergie colossale pour réussir à l’intercepter sur
la droite du plateau…


Cette configuration finale du jeu est la plus aboutie que j’ai vue
: une victoire qui revient à JF avec une ligne « secondaire »
qu’il a tracée en fin de partie sur la droite, alors que je le
croyais en train de jouer la défense et que je me voyais déjà
l’emporter. Une magnifique partie très disputée !

JF remporte cette neuvième manche.

Décompte final
Je remporte 8 manches sur 9, dont 7 sur 8 face à
JF.

Débriefing
Cette série impressionnante de manches aura permis à JF de se
familiariser avec le jeu et de ne pas accrocher tant que ça au mécanisme.
Grande surprise pour moi ! J’étais convaincu qu’il deviendrait un adepte
fort de Twixt alors qu’en réalité il l’a simplement trouvé
« pas mal ». Je pense que le fait d’accumuler défaite sur défaite,
en ayant l’impression de ne pouvoir « rien faire » doit contribuer à
minimiser l’intérêt du jeu. Toutefois, sa magnifique victoire dans
l’ultime manche devrait relever son appréciation. A confirmer.

De mon côté, plus les parties passent, plus j’accroche à
ce petit bijou ludique. Un vrai bonheur où chaque série de parties
permet de découvrir de nouvelles techniques plus ou moins fiables :
– Le blocage de l’adversaire non pas avec des ponts mais avec un placement astucieux
des poteaux est un vrai régal et d’une puissance déconcertante,
– Les coups mixtes, qui sont en même temps défensifs et offensifs,
sont vraiment à privilégier, surtout si votre adversaire ne s’en
rend pas compte et prend votre coup défensif pour de l’argent comptant,
– Les 2 critères pour bien jouer me semblent être : vision globale
et sévérité. En effet, la vision globale doit inciter à
ne pas se battre sur toutes les petites luttes qui se créent sur le plateau,
mais de recourir à un placement judicieux pour atteindre son objectif.
En revanche, parfois, certaines batailles sont à défendre bec
et ongle et il faut alors se montrer sévère au maximum, sans lâcher
la moindre miette. Les mêmes principes qu’au GO
en fait…

Un jeu génial, à pratiquer sans modération, avec un adversaire
dont le niveau s’apparente au vôtre ou que vous ferez monter en puissance.
Tiens, au fait, je n’ai même pas pensé à tester ma variante
avec poteaux de handicap, pour niveler les écarts… La prochaine fois.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 − = deux