[02/11/2002] Big City

Participants
– Elisa, architecte plâtrée en quête de routes non glissantes 😉
– Gaël, promoteur immobilier spécialisé dans les grands magasins en zone inconstructible 😉
– Julie, adepte des voies plutôt larges pour pouvoir passer avec son gros ventre de 9ème mois 😉
– Ludo le gars, votre serviteur, à l’humeur badine ce soir…

Déroulement de la partie
Big City est donc notre second jeu de la soirée, et nous l’entamons sur le coup de 11 heures du soir et des poussières.
La lecture des règles est rapide, mais les nombreuses conditions de construction nous effraient un peu au démarrage…
Le matériel émerveille tout le monde : de petits bâtiments, de plastique certes, avec de très fins dessins (fenêtres, portes, fleurs, …).

Nous choisissons chacun notre couleur de jeu
et nous nous lançons dans les premières constructions :
maisons en périphérie le plus souvent et bureaux au centre
ville.
Gaël et Julie optent pour une tactique réservée et
à long terme, en ne plaçant que de petits bâtiments,
au contraire d’Elisa et de Ludo le gars qui tentons de marquer le plus
de points possible à chaque tour. Nous verrons en fin de partie
quelle tactique s’avère la plus payante…


Gaël vient de placer l’hôtel de ville, de manière
extrêmement rapide à mes yeux…


Gaël voulait placer un grand magasin sur les
parcelles 12 et 58, mais il s’était mépris sur la notion
de bâtiment spécial…

La partie avance à grands pas, les
quartiers se succèdent et je mise tous mes efforts sur l’acquisition
des cartes du quartier n°7.
Je place une usine sur le quartier n°3 ce qui rend Elisa nerveuse,
sachant qu’elle est victime, à nouveau, de notre relative méchanceté…

Julie revient très fort dans la partie
et est sur le point de rattraper Elisa et votre serviteur.
Elisa ne marquant quasiment plus, le duel pour la victoire sera un affrontement
entre mari et femme…

La situation est claire : je peux placer un
bâtiment dans le 19, mais, ce faisant, Julie pourra placer tranquillement
une église sur le 11. De même, Julie devrait être en
mesure de placer une église sur le 44, mais je possède une
belle parcelle 77 qui devrait être également rentable, genre
église quoi…
Elisa et Gaël sont out et le jeu parvient à son terme.


Gaël ré explique à Julie les conditions de pose
des quartiers : un nouveau quartier doit toujours connecter au moins 2 parcelles existantes…

Je commence la construction du tramway dans
l’espoir de le faire passer devant l’une de mes parcelles et afin d’empêcher
qu’une usine ou un parc ne la recouvre.
Gaël se retrouve rapidement distancé, sachant qu’il a passé
au moins 3 tours à positionner l’hôtel de ville, prolonger
le tramway et placer un parc. Julie tente de ne pas se retrouver à
la traîne. Dans le même temps, Elisa et moi-même caracolons en tête.
Nous saurons plus tard que Gaël ambitionnait de placer un grand magasin mais qu’il avait mal interprété la notion de « Bâtiment spécial » croyant qu’un parc en était un. S’il avait réussi son placement, Gaël aurait marqué 60 points grâce au tramway qui multipliait par 2 ses points ! Autant dire qu’il serait devenu quasiment intouchable…


Julie réfléchit à la façon de placer
ses 2 églises sur ces 2 parcelles 11 et 44…

Cliquez pour agrandir !
La configuration finale du plateau…

Décompte final
Je remporte cette partie avec un total de 63 points, suivi
de Julie avec 61 points, Gaël avec 51 points et Elisa 49 points.


Débriefing
Dans le genre jeu plaisant et sympa, Big City remplit parfaitement son rôle
:
– Simple et rapide,
– Non fermé à la réflexion (plusieurs niveaux de jouabilité),
– Esthétique,
– Propice aux coups d’enfoirés et autres opportunistes.

Ce jeu a, dans l’ensemble, plu aux acteurs de cette soirée. Seule Elisa
s’est retrouvée frustrée en fin de compte, de n’avoir jamais pu
jouer ses cartes lors de la deuxième moitié de la partie.
Je suis d’accord avec elle : si, par malchance, vous vous retrouvez avec de
nombreuses cartes inutiles suite à des placements de parcs ou d’usines,
vous perdez des tours pour les échanger contre d’autres cartes pas forcément
plus utiles (surtout en fin de partie, où les cartes piochables sont
des cartes déjà échangées par les joueurs).

Au niveau du jeu, il paraît très difficile de placer le grand
magasin, au contraire des églises qui paraissent très intéressantes,
pour que vous ayez également l’autre (ou les autres) carte(s) manquante(s)
dans le quartier considéré : ainsi vous les jouerez à votre
rythme, sans souci.
Il semble également que la perte de temps pour placer des quartiers et
allonger le tramway ne soit pas toujours récupérable. En effet,
si au moins un autre joueur joue sur le quartier une usine par exemple, ou prolonge
le tramway dans une direction différente de vos objectifs, vous perdez
le bénéfice de votre action précédente…
Le placement de l’hôtel de ville est obligatoire, mais coûte un
tour au joueur qui le place (0 point). De plus, tous vos adversaires auront
alors le privilège d’en bénéficier avant vous. Donc, autant
que ce soit les autres qui le placent…

Un bon jeu, pas complètement transcendant, mais très sympa quand
même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 4 = trente six