[03/04/2003] Age of Steam – Base

Participants

– Vincent, qui va découvrir l’un des jeux du moment, par un auteur et un éditeur qu’il ne connaît pas,
– Julie, qui malgré sa cinglante défaite lors de la partie de découverte a fortement apprécié le jeu et souhaite s’y ré-essayer,
– Jérôme, qui après sa victoire mémorable lors de la partie initiale se voit bien remporter une seconde victoire de rang,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie

Age of Steam est un jeu tellement prenant et riche qu’il convenait de rejouer très vite à ce jeu, en y incorporant un joueur supplémentaire pour voir les effets sur le déroulement de la partie.
Vincent, donc, sera ce 4ème joueur et, au vu de ses compétences ludiques, devrait faire bonne figure lors de cette partie.

J’explique les règles à Vincent en deux coups de cuillères à pot, convaincu qu’en présentant le jeu dans « le bon sens » (en commençant par dire que le but est d’acheminer le plus de marchandises par ses propres liaisons) l’exposé de la règle est très simple. C’est exactement ce qu’il se passe, même si certains points seront éclaircis après quelques tours de jeu : remplacement de tronçons, action de passer, ré-alimentation du tableau des productions, …

Chacun prend les marqueurs d’une couleur,
et pour faciliter la lisibilité, nous prenons nos couleurs habituelles
: Julie le rouge, Jérôme le jaune, Ludo le gars le vert et
Vincent se rabat donc sur le violet.

Le jeu peut débuter, sachant que Jérôme et Julie ont
installé les composants pendant que j’expliquais les règles
à Vincent.

Nous jouerons en 8 tours seulement, quota
prévu pour le jeu à 4 joueurs.

Vincent et Julie réfléchissent à la meilleure
action à accomplir…

Jérôme retient une stratégie
qui s’apparente à celle de la semaine dernière et, donc,
qui ressemble à la mienne : créer un réseau puissant
au centre du plateau. Nos 2 réseaux ne tardent donc pas à
s’imbriquer de manière forte et battante.

Julie, quant à elle, semble renouveler
la même erreur que lors de la première partie, puisqu’elle
entamme simultanément 3 réseaux différents. Deux
d’entre eux se rejoignent, ce qui était prévisible, en revanche,
le dernier sera toujours isolé et cette situation aura pour effet
de la priver de gros revenus jusqu’à la fin de la partie.

Enfin, Vincent, de son côté, s’adjuge une zone assez large
sur le bas du plateau, qu’il contrôle avec une certaine sérénité
: il est très difficile de venir le taquiner et il engrange beaucoup
de revenus.

A mi-parcours, les positions sont claires
: Jérôme et Vincent sont au coude à coude, aussi bien
au niveau des revenus (beaucoup) que des titre émis (peu), alors
que Julie et moi sommes franchement à la traîne au niveau
de revenus (entre 0 et 2 !!!) et trop engagés au niveau des titres
(plus de la moitié émis !!!).

La partie semble d’ores et déjà jouée…

Songeur le gars, qui malgré une occupation intéressante
du plateau, souffre de frais énormes à chaque tour, sans
que les revenus soient à la hauteur des investissements…

Lorsque vient mon tour, suite à l’action
décrite sur la photo ci-contre, je suis contraint d’acheminer 2
marchandises pour gagner des revenus et à patienter un peu pour
rajouter une 6ème locomotive à mon stock.

Malgré mon malus incroyable dû à l’émission
démesurée de titres, je réussis à imposer
à Jérôme et Vincent une remontée assez phénoménale
et que je n’aurais osé espérer.

Circonstance amusante : Jérôme
est obligé de faire transiter certaines des marchandises qu’il
visait par l’une de mes liaisons, et cela par 3 fois au moins, ce qui
me procure un supplément de revenus non négligeable.

Vincent engrange revenus sur revenus, sans
souci, même si sa situation sur le plateau ne lui offre que peu
de possibilités d’expansion lors des 2 ou 3 derniers tours de jeu.
Il sait que les points marqués le sont et qu’il convient de tenir…

Jérôme vient d’acheminer une marchandise bleue et de me
faire bénéficier d’un revenu toujours sympathique…

Lorsque le dernier tour survient, nous tentons tous de
calculer pour optimiser nos points. Le choix des actions n’est plus déterminant
POUR SOI, même si, indirectement, il l’est CONTRE les autres. En
effet, Vincent ayant choisi le First move et moi le First build (pour
terminer mon travail sans encombre en haut à gauche du plateau),
Julie n’est intéressée par aucune action : les options Passer
et Production sont à éliminer d’office, l’Ingénieur
ne lui serait que d’une faible utilité, tout comme la Locomtive
et l’Urbanisation. Cependant, en prenant l’urbanisation, elle remplit
deux objectifs :

– Elle empêche Jérôme de la prendre si tel avait été
son dessein (il avait 2 possibilités de la jouer pour lui),

– Elle pourra placer la dernière cité de telle manière
qu’elle va restreindre les revenus de Vincent, puisque ses marchandises
noires qui auraient rapporté 5 $ chacune devront s’arrêter
dans cette ville et ne rapporteront plus que 3 $ chacune !

Excellent pour Jérôme et moi…

La configuration finale du jeu

Vincent se fait dépasser aux scores
par votre serviteur avant l’ultime décompte, alors que les positions
de Jérôme et de moi devraient être extrêmement
serrées.

C’est parti pour les calculs…

La configuration initiale du jeu…

 

Durant le premier tour, Vincent se familiarise
avec les éléments de jeu et l’enchaînement des phase,
alors que nous réfléchissons à une stratégie
de jeu plus aboutie que lors de notre partie de découverte.

En ce qui me concerne, je décide d’occuper le centre du plateau
en concentrant mes efforts sur la création de tronçons
entre la ville rouge à côté du lac et la ville bleue
du bas du plateau. Je prends donc l’action d’ingénieur pour construire
4 tronçons, en ayant auparavant misé beaucoup d’argent
pour ne pas jouer dernier.

Sur cette vue rapprochée, Julie se prépare à
réaliser une liaison dans le coin supérieur droit du jeu…

Conscient que la situation ne pourra qu’empirer,
je décide de provoquer le sort en émettant 3 titres simultanément,
ce qui occasionne les ricanements de l’assemblée qui voit la
banqueroute me submerger… Qu’ils rigolent, je suis convaincu d’être
dans le vrai, même si mes actes font penser à des coups
de poker !

Julie est franchement mal également,
et même plus en difficultés que moi, car elles n’a que
peu d’avenir sur le plateau. Disséminer ses forces en 2 réseaux
me paraît de plus en plus fou…

Lors des phases d’enchères pour l’ordre
du tour, je me bats régulièrement pour être premier
ou second. Plus les tours passent, plus il est tactique de jouer à
l’une ou l’autre des places, et je continue mon effort, notamment pour
acquérir l’action Locomotive, dans l’optique d’avoir une capacité
d’acheminement des marchandises de plus en plus forte : de 3 locomotives,
je passe à 6 en 3 tours ! Je commence alors à faire peur
à mes adversaires, surtout que les revenus commencent à
rentrer…

L’une des actions dont je suis le plus fier : le remplacement d’une
tuile simple par une tuile complexe, pour relier la ville 4 à
la 3 et ouvrir mes possibilités de jeu…

Plus le jeu avance, plus Julie est en difficultés
sur au moins 3 points :

– Elle manque cruellement de locomotives (3),

– Elle possède 2 réseaux qui ne rapportent guère
de revenus,

– Elle nous voit les uns après les autres nous rapprocher de
ses positions, elle qui s’était placée à l’écart
et qui l’était restée.

Il est clair qu’à chaque tour elle est inquiète sur sa
santé financière, surtout qu’elle a, comme moi, émis
tous les titres qu’il lui était possible d’émettre !

Cette vue permet d’observer la grande liaison de 4 tronçons
que je viens de créer pour venir chiper des cubes colorés
à Julie. Qui a dit que l’Ingénieur n’était pas
puissant ?

Jérôme soupèse le pour
et le contre de m’offrir encore un revenu pour le transit de l’une de
ses marchandises, mais, tout bien calculé, il ne trouve aucune
autre solution qui lui rapporterait plus.

Excellent pour moi !

De mon côté, je parviens à
acheminer le cube bleu de la ville la plus en haut gauche du plateau
(zone de Julie que je viens de relier en 2 tours) sous les « Bravo »
de Julie (non, là je délire, c’était plutôt
des cris de dépit…) puis un ultime cube jaune, rendant au passage
un revenu à Julie, me rapportant encore pas mal de revenus.

Les tableaux de suivi, une fois la partie terminée

Décompte final

Vincent remporte cette partie avec un total de 59 points,
devant Ludo le gars avec 53 points, Jérôme avec 51 points et Julie
avec 18 points.

Le détail est le suivant :

 

Piste de revenus
Liaisons
Titres émis
Total
Vincent
26 (soit 78 PV)
8 (soit 8 PV)
9 (soit -27 PV)
59
Julie
18 (soit 54 PV)
9 (soit 9 PV)
15 (soit -45 PV)
18
Jérôme
22 (soit 66 PV)
12 (soit 12 PV)
9 (soit -27 PV)
51
Ludo le gars
30 (soit 90 PV)
8 (soit 8 PV)
15 (soit -45 PV)
53

Pour information, il reste 27 dollars à Vincent, 2 dollars à Julie,
14 dollars à Jérôme et 15 à votre serviteur.

Suite à un sujet
sur Ankou, concernant le décompte des points, il s’avère que nous
avons commis une erreur d’interprétation des points de victoire attribués
pour les liaisons : il faut compter 1 PV par tronçons de voie à
soi présent dans une liaison, et non 1 PV par liaison. Cette aménagement
favorise le joueur qui investit dans le rail. Dans cette confijuration les scores
auraient été :

Vincent (violet) : 13 PV donc (26-9)*3 + 13 = 64 pts

Julie (rouge) : 21 PV donc (18-15)*3 + 21 = 30 pts

Jérôme (jaune) : 25 PV donc (22 – 9)*3 + 25 = 64 pts

Ludo le gars (vert) : 22 PV donc (30-15)*3 + 22 = 67 pts

 

Débriefing

Quelle splendide partie ! Tout le monde a été emballé par
ce jeu qui mérite vraiment le détour.

Les stratégies semblent nombreuses et il ne faut pas hésiter
à persévérer si l’on croit à ce que l’on entreprend.
Il n’est pas très grave d’émettre beaucoup de titres si les investissements
sont judicieux et les retours conséquents.

En règle générale, il faut essayer de marquer rapidement
des petits revenus pour s’éloigner de la zone dangereuse des 10 premières
cases sur la piste, mais il faut également penser à long terme
en investissant dans des liaisons qui permettront d’acheminer des marchandises
assez loin (donc plus de revenus). Il ne semble pas très intéressant
de se limiter à des transports de marchandises empruntant une ou deux
liaisons après la moitié du jeu.

La partie a été très tendue, en raison de la base élevée
sur laquelle nous l’avons placée : enchères relativement démesurées
dès l’entame, émissions de titres nombreux,…
La remontée spectaculaire que j’ai réussi à faire restera,
je pense, dans les esprits car elle a bouleversé ce que je pensais possible
dans ce jeu : il me semblait impossible, ou presque, de chambouler les positions
des uns et des autres et je me suis trompé ! Cela est rassurant sur la
longévité du jeu et son intérêt.

Lors du débriefing, Vincent demande à Julie
et à moi le pourquoi du comment de nos difficultés financières
à répétitions et nos réponses sont très différentes
encore une fois :

– Julie : peu de liaisons sur chacun de ses 2 réseaux, peu de locomtives,
donc peu de revenus donc des problèmes,

– Ludo le gars : mises élevées lors des enchères, plusieurs
fois le choix de l’ingénieur (3 fois dans la partie), peu de revenus
pendant longtemps.

Le jeu s’impose donc comme un exemple de contradictions
et de situations sans cesse renouvelées. On peut être dans une
position analogue en terme de scores et invoquer des raisons fondamentalement
différentes pour l’expliquer. On peut jouer selon de multiples axes stratégiques.

Il n’y a guère qu’un certain Puerto
Rico
qui nous ait conduit à ce genre d’analyses et possédant
une telle palette de possibilités de jeu. Pas mal, la comparaison…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − cinq =