[03/04/2010] Entdecker

Samedi matin. Pas si fréquent de sortir un jeu de plateau. Et pourquoi pas , Hein, non mais des fois…

Du coup, je propose à mes gros de découvrir Entdecker, dans sa première mouture, un jeu d’exploration à la Carcassonne (mais en plus ancien), avec plein de petites finesses qui  apportent un réel plaisir ludique. Et, pour moi, c’est l’occasion de voir ce que la nouvelle version a apporté à cette première édition à laquelle je n’avais jamais joué…
En tout cas, ils grandissent mes enfants, parce que jouer à Entdecker avec eux… euh… ;-)))

 

ENTDECKER :

 


Jeu d’exploration par excellence, Entdecker permet de vivre des épopées maritimes lors desquelles chacun essaie d’installer ses constructions (éclaireurs, forts, colonie) sur les
îles les plus grandes, tout en collectant de nouvelles variétés de fruits et légumes sur celles-ci…

Tristan, premier joueur du premier tour, fait tourner la roue des revenus et nous octroie un gain de 3 pièces d’or (en plus des 4 de départ). Ensuite, en commençant par lui,
chacun mènera une expédition à partir d’un point d’entrée de la carte en plaçant au moins une tuile + éventuellement une construction…

Tristan a placé deux tuiles (coût de 2 pièces d’or) + 1 éclaireur blanc (coût de 1 pièce d’or) et il a empoché 3 PV car il a eu la chance de profiter des faveurs des indigènes de sa
seconde tuile (un jeton de nouvelle denrée de valeur 3)…

Petite vue générale après que chacun a joué son premier tour de jeu. Seule Maitena, en orange, préférera ne pas placer de construction, malgré ma forte incitation à le faire (c’est
quand même la manière principale pour marquer des PV)…

La première île décomptée est mon oeuvre, avec une fantastique île de valeur 2 PV. Comme je suis le seul présent, pas de PV attribué à un second joueur (moitié des points) ni à un
troisième (moitié du second)…

Vue générale après un véritable tour de jeu plein (chacun a fait tourner une fois la roue des revenus). Le plateau en cours d’élaboration est magnifique…

Voici le plateau de marque de nos revenus (ici les miens), avec pour le moment, donc, un total de 5 pièces d’or, et un résumé des coûts pour placer un éclaireur (1), un fort (3) et
une colonie (6)…

Le plateau s’est diablement rempli à présent et c’est Maitena qui mène au score devant son frère et moi. Ceci dit, le gros des points devrait apparaître sous peu, avec les décomptes
impressionnants à venir (grosses îles en formation)…

Je réalise un joli coup : ajout d’une tuile de mon stock (donc coût 2 au lieu de 1 et non piochée au hasard), placement de la tuile Terre des 4 côtés juste au-dessus (gratuite),
puis placement de ma colonie rouge (coût de 6) pour calmer les ardeurs de mes voisins (Tristan a quand même un fort blanc)…

Maitena, grande coquine, vient de clôturer la fameuse île précédente, après avoir placé, le tour d’avant, sa propre colonie sur la même île. Ca va chauffer pour les points…

Maitena est première et marque 8 PV, je suis second et marque 4 PV, Tristan est troisième et marque 2 PV. Comme il y a au moins un fort ou une colonie sur l’île, le grand découvreur
(Maitena) empoche un jeton tiré du sac. Arghhh… Je couine…

Beaucoup de choses devraient se décider dans cette zone où figure une île en formation absolument démentielle. Je viens donc d’y placer un second fort, autant pour barrer un peu
l’accès aux voies maritimes que pour espérer être premier. La piste de score me voit revenir un tantinet…

L’argent joue un rôle prépondérant à ce moment-là : si Maitena ou Tristan veut entrer dans la zone de la grande île sus-citée, ils doivent payer 3 pièces d’or (car j’y ai mis
un fort de coût 3). Du coup, la lutte est sévère et on temporise pour y aller franco, ou pas…


Il y a une autre île qui promettait beaucoup, de l’autre côté du plateau et il ne fallait pas la négliger non plus. Lorsqu’elle se termine, Tristan jubile (il y est premier) mais
Maitena et moi ne sommes pas trop mécontents d’être deuxième à égalié avec un seul éclaireur chacun…

Cette fois, c’est Tristan qui a pris un peu le large au score mais tout se jouera lors de la résolution des ultimes îles. A noter que la grosse île envisagée à droite a été
ratiboisée par mes soins, préférant m’assurer des points sur le haut (colonie + fort) et en avoir probablement aussi sur le bas…

Les tuiles sont épuisées et nous passons nos ultimes tuiles personnelles (une de chaque type) encore en main si elles permettent de placer un mroceau d’île. Puis, nous décomptons
les ultimes morceaux d’îles non décomptés (sans gain de jeton de denrée)…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La simplicité du jeu qui permet vraiment d’y jouer avec bonheur avec les enfants,
– Le fait que cet opus soit aussi bon que le second, avec comme avantage principal sa simplicité et en dépit d’un peu moins de contrôle sur les tuiles disponibles à l’achat
(seulement
une de chaque type) et de moins de finesse avec les denrées (jetons piochés, pas de chemins vers des huttes).

 

On a moins aimé
– La place du hasard malgré tout : roue des revenus, pioche des tuiles, pioche des jetons, mais cela ne me gêne pas vraiment…

Scores de la partie :

Maitena (orange) : 36 (dont 4 de fruits)
Tristan (blanc) : 32 (dont 9 de fruits)

Ludo le gars (rouge) : 47 (dont 10 de fruits et 4 de bonus)

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20

 

Durée de la partie : 1 heures 45 minutes

 

 

———————————————————————————————————————————————–

4 commentaires à propos de “[03/04/2010] Entdecker”

  1. Nous aimons beaucoup ce jeu, mes enfants et moi, en premier lieu pour sa beauté, en second lieu pour son thème fort bien rendu : l’exploration, et le frisson qu’on éprouve à retourner une tuile
    marquée d’un point d’interrogation : indigènes hostiles ou bien trésor ?

    Mais, chose marrante, j’ai l’impression que nous ne jouons pas tout à fait selon la même règle. Dans la nôtre, celle traduite et mise en ligne par François Haffner, il n’y a pas de tuiles
    « personnelles » permettant d’échapper à la pioche. Par ailleurs la valeur d’une île se calcule un peu différemment : elle est égale au nombre de tuile qui la compose, ajoutée à la valeur
    du jeton découverte pioché par le joueur majoritaire.

  2. Nous aimons beaucoup ce jeu, mes enfants et moi, en premier lieu pour sa beauté, en second lieu pour son thème fort bien rendu : l’exploration, et le frisson qu’on éprouve à retourner une tuile
    marquée d’un point d’interrogation : indigènes hostiles ou bien trésor ?

    Mais, chose marrante, j’ai l’impression que nous ne jouons pas tout à fait selon la même règle. Dans la nôtre, celle traduite et mise en ligne par François Haffner, il n’y a pas de tuiles
    « personnelles » permettant d’échapper à la pioche. Par ailleurs la valeur d’une île se calcule un peu différemment : elle est égale au nombre de tuile qui la compose, ajoutée à la valeur
    du jeton découverte pioché par le joueur majoritaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit + 6 =