[03/06/2004] San Marco

Participants
– Sébastien, qui se replie sur cette partie alors qu »il était plutôt attiré par Age of Steam 🙂
– Charles, qui s’apprête à attaquer une partie d’un jeu auquel il a déjà joué mais dont il se rappelle de peu de choses,
– Sandie, attirée par ce jeu, plutôt pour « se reposer les neurones » je cite 😉
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Après la très agréable partie de San Marco, jouée avec Deepdelver le lendemain de la journée thématique des Ludophiles, je souhaitais vivement ressortir ce jeu rapidement et je profite donc de cette soirée du jeudi pour le proposer aux joueurs présents. Comme Lolive se sent bien parti pour un Age of Steam, nous préparons 2 tables, l’une avec le gros jeu et l’autre avec ce jeu « intermédiaire » auquel participera déjà Charles et Sandie et Sébastien lorsqu’ils seront arrivés jusqu’au Hall de la Bibliothèque de
Rochetaillée.
J’expose les mécanismes du jeu, dans la configuration 4 joueurs, en essayant de ne pas me tromper puisque je n’y ai, pour l’instant, joué qu’à 3 joueurs. Après quelques minutes, la partie débute, Sébastien avec les cubes blancs, Charles avec les jaunes, Sandie avec les bleus et votre serviteur avec les noirs. Charles, en tant que patriarche, sera le meneur du premier tour et il désigne, aléatoirement, Sandie comme second donneur de cette manche.


La mise en place initiale de 8 nobles par joueur a une bien drôle
d’allure : les pions bleus de Sandie et les blancs de Sébastien
sont concentrés dans 2 quartiers chacun, alors que ceux de Charles
sont dispersés dans 3 et que les miens sont parfaitement répartis
dans 4 quartiers différents…


Une fois le premier tour achevé, Sébastien a déjà
encaissé la bagatelle de 14 points de victoire, en raison de 2
décomptes opérés à San Croce, le premier étant
son oeuvre (placement du doge en ce lieu sans pont de sortie) et le second
l’oeuvre de Sandie qui marquera 4 points après y avoir rappatrié
2 pions…


Une vue du plateau en fin de première manche, avec un score
incroyable concernant Sébastien, 35 points, et une remontée
importante mais vraiment lointaine de ma part, avec 21 points…


Une vue générale du joli plateau…


En fin de seconde manche, Sandie et Charles me sont bien revenus dessus,
alors que Sébastien continue à s’envoler au score, en creusant
un peu son avance…


Un peu plus tard dans la manche, Sandie semble confrontée à
choix cornélien devant les offres que lui soumet Charles. Bien
que la piste de score ne le laisse pas encore voir, elle reviendra brillament
sur Sébastien, au point de semer un doute dans son esprit…


L’ambiance de la fin de partie est pour ainsi dire tendue, particulièrement
lorsque Sandie est contraint de proposer 3 offres à Sébastien
et Charles. En ce qui me concerne, j’assiste en spectateur à cette
ultime manche, en ayant le sentiment que d’avoir pu jouer une très
grosse offre au tour précédent (8 points de pénalités,
laissée par Sébastien) me permettra probablement de marquer
pas mal de points lors du décompte final (ils n’auront pas le temps
de « tout » casser)…


Au premier tour de jeu, et ce sera extrêmement souvent le cas,
Charles et Sandie constituent les 4 offres qui seront proposées.
Pour ce premier tour, Sébastien choisit auprès de Charles
et, de mon côté, je choisis auprès des offres préparées
par Sandie…


Comme au troisième tour je dois choisir
à nouveau l’une des 2 offres préparées par Sandie,
je suis contraint de procéder à un décompte où
se trouve actuellement le doge, San Croce, puisqu’il n’y a aucun pont
pour qu’il aille ailleurs et que je n’ai pas encore de point de victoire
pour déplacer le doge malgré tout (à la nage).
L’avance de Sébastien devient réellement énorme
(28 points !), heureusement que je devrais réussir à avoir
le moins de pénalités…


La seconde manche débute exactement comme
la première, à savoir avec Charles en meneur, Sandie en
second donneur et Sébastien et moi, respectivement premier et
second sélectionneur. Je commence à trouver le temps long
de former des offres et de ne pas être deuxième sélectionneur
(autrement dit, une seule place m’indispose : celle que j’occupe trop
souvent depuis le début de la partie)…


La deuxième manche présente la
particularité de se terminer à 3 joueurs et je suis désigné
comme le donneur pour celle-ci. La tâche est particulièrement
délicate et je crée donc une offre très intéressante,
mais assez couteuse, accompagnée de 2 offres plus légères
mais moins couteuses…


Lors de la troisième manche, je commence
à choisir parmi les 2 offres préparées par Sébastien,
puis Charles, en éternel donneur à ce jeu, fera choisir
Sandie parmi les siennes…


L’avantage des parties à 4 joueurs se
situe dans la variété des situations possibles dans les
quartiers, notamment au niveau des égalités. De plus,
à 4 joueurs, on a beaucoup plus intérêt à
s’octroyer des ponts, ceux-ci ayant tendance à se faire beaucoup
plus rares…

Cliquez pour agrandir !
Une vue de la configuration finale du jeu, une
fois le décompte réalisé…

 

Décompte final
Durée de la partie : 2 heures – Mise en place du
jeu : 10 minutes – Explication des règles : 15 minutes
Sébastien remporte cette partie avec un total de 77 points, devant Ludo
le gars avec 61 points, Sandie avec 58 poinst et Charles avec 53 points.

Le détail, manche par manche, est le suivant :

Manche 1
Manche 2
Manche 3
Décompte final
Total
Sébastien
35
12
10
20
77
Charles
11
17
20
5
53
Sandie
8
16
28
6
58
Ludo le gars
21
9
13
18
61

Débriefing
San Marco nous a permis de passer un bon moment, même si la fantastique
avance contractée par Sébastien s’est avérée irrattrapable,
n’en déplaise à notre ami Vincent, le roi des 2 écoles
;-)))). Les choix cornéliens, à tout bout de champ, ont beaucoup
plu à l’ensemble des participants.
Certains défauts, liés principalement à la configuration
4 joueurs ont été soulevés :
– Pourquoi tirer au hasard le rôle de 3 joueurs sur 4 durant un tour de
jeu ? Il est clair que Charles a été donneur aussi souvent que
j’ai été sélectionneur, ce qui fait qu’il n’a pas eu l’impression
de pouvoir choisir ce qu’il voulait, un peu comme moi qui a le sentiment de
n’avoir pas pu vraiment peser sur le jeu avec la constitution d’offres. C’est
dommage et le jeu s’en sort mieux à 3 joueurs puisque le rôle du
donneur unique tourne à chaque tour,
– L’avance qu’a pu prendre Sébastien s’est construite sur un seul point
: il a placé le doge sur une « île » où il était
clairement majoritaire et comme personne n’avait de point de victoire pour le
faire bouger, tous les décomptes lui ont été profitables.
Nous aurions pu accepter des paiements à crédit afin que l’un
d’entre nous déplace le doge en lui faisant emprunter un canal, mais
nous avons respecté la règle originale. Nous ne le ferons plus…
– Les exils c’est très bien, mais lorsque vous tentez d’éjecter
des nobles d’un quartier et que vous obtenez un nombre qui doit expulser un
joueur sur 3, par exemple, vous vous retrouvez à éliminer quelqu’un
et pas forcément celui qui aurait été le plus dangereux…
C’est un peu frustrant et dommageable.

Mis à part ces 3 défauts sus-cités, le jeu San Marco est
une vraie réussite, avec un mécanisme fluide et des choix permanents,
ce qui en fait un très bon jeu de placement, pas particulièrement
prise de tête. Il est quand même bien meilleur à 3, qu’on
se le dise…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 − trois =