[03/11/2007] Hamburgum – Londinium

Hamburgum sera donc le premier jeu sorti pour Essen 2007 à revenir sur la table en deuxième semaine 😉
Il est clair que vu la profusion de nouveautés, la soif de découvertes ne s’épanche jamais, mais comme dit l’adage populaire : il faut parfois persévérer pour goûter à la substantifique moelle d’un jeu. Du coup, convaincu que cet Hamburgum était bien un grand jeu, je propose à Julie de lui faire découvrir, à moins qu’elle ne préfère Cuba. Ce sera le premier cité, et sur la carte de Londres (pour varier et aussi pour s’assurer d’une meilleure lecture des paroisses sur le plateau).
J’ajoute que je tenais particulièrement, ce soir, à tester la jouabilité d’un de ces deux gros jeux dans la configuration 2 joueurs. Bilan ? Bien, très bien même, que les adeptes du jeu à deux se rassurent : Hamburgum ça passe très bien à deux, même si on se chamaille évidemment moins qu’à plus de deux. Allez, je vous raconte…

HAMBURGUM :

L’explication de la règle, réalisée en 20 minutes environ, ne me pose aucun problème et Julie
assimile très bien les mécanismes même si elle ne sait pas quoi faire au moment de débuter la partie (elle démarre avec 1 PP et 10 thalers, contre 2 PP et 20 thalers pour votre
serviteur)…
Premiers choix sur la roue : Julie opte pour  commerce dès l’entame, histoire d’améliorer
ses possibilités financières, alors que de mon côté je me décide pour de la production de bières, attendant au  moins le tour suivant pour réaliser moi-aussi une vente et
donc un gain plus important…
En fin de 3ème tour (diable qu’ils vont vite ces tours à 2 joueurs !), la configuration du
plateau : on a tous les 2 réalisé une donation à une église et empoché 5 PP…
Et la première église entièrement construite est l’oeuvre de Julie, laquelle pourra dorénavant
s’implanter où elle le souhaite sur le plateau sans avoir à respecter la règle de proximité…
Julie vient de me passer devant au score (elle a encaissé 8 PP quand même grâce à l’église) et
elle a acquis 3 tuiles de donation d’un coup. De mon côté, j’en ai 3 en tout et je ne suis pas trop désemparé car j’ai misé sur les citiyens présents dans la paroisse verte…
Cette photo peut en témoigner : je vais encaisser de très nombreux points grâce aux citoyens de
la paroisse verte. Au niveau des bateaux, profitons de cette photo pour remarquer que 2 capitaineries ont été construites (2 hollandais volants ont déjà rejoint les zones de
mouillage)…
Une vue de nos zones individuelles. En ce qui me concerne, j’ai opté pour les bâtiments de
marchand (2 sur 3) car ceux-ci m’ont permis d’encaisser 200 thalers sans avoir à exporter de marchandise. Ensuite, j’ai construit 1 bâtiment de production de chaque (bière, tissu,
sucre). Julie a investi dans les capitaineries (2 sur les 3) et elle vient de me piquer la tuile de donation que je visais : 4 PP par bâtiment officiel. La bataille sera rude sur ce
point car je vais être obligé d’en construire un à chaque tour pour ne pas les lui laisser…
La paroisse verte est bien verte ;-))) Et oui, un gain de 20 PP m’attend ici-même et je m’en
frotte les mains. Au niveau des productions/ventes, Julie a besoin d’argent aussi je lui joue un petit tour, pour voir : je construis 3 bateaux d’un coup et repousse les siens vers
la pleine mer (il ne lui en reste plus qu’un sur la zone de mouillage 1). De plus, cette tactique présente l’avantage de me permettre, dans la foulée, de marquer une tuile
de bateaux pour un gain immédiat de 8 PP…
Les églises s’achèvent les unesaprès les autres, souvent l’oeuvre de ma dame : 3 sur les 4
premières. A ce stade, je possède une jolie avance au score, notamment grâce à l’acquisition de tuiles de donation très lucratives à 2 joueurs : celles qui rapportent 1 PP /
donation. Ainsi, j’ai engrangé 11 PP, puis 13 PP, puis encore 14 PP. Ceci dit, comme Julie a moins de tuiles non marquées que moi, méfiance, méfiance…
Julie vient de terminer l’avant-dernière église, celle de la paroisse verte, où il ne restait
plus qu’une seule tuile (je l’avais délibérément laissée, hésitant beaucoup au tour précédent pour la clôturer ou non, mais préférant garder mes matériaux de construction pour clore
la blanche). Elle aurait dû, vraisemblablement, réaliser une donation à l’église blanche, ce qui m’aurait empêché, ce tour-ci, de terminer les 2 églises en même temps, et ce qui lui
aurait permis au tour suivant d’en terminer une des deux (et marquer une tuile de plus en fait)…
La nuit tombe sur Londres et sur ses 6 églises fraîchement bâties. La partie s’achève…
Dernière vue de la zone des bateaux alors que j’ai encore répondu à la double construction rouge
par une rebelle double construction verte…
Une vue de la zone individuelle de Julie, juste avant qu’elle ne marque ses dernières tuiles. 10
bâtiments et 14 donations…
Ma zone individuelle au même moment : juste avant les dernières marques. 10 bâtiments et 16
donations…
La configuration finale de cette très sympathique partie, que Julie, malgré sa défaite, a très
fortement apprécié. Le jeu se révèle très bon, surtout lors d’une seconde partie (pour moi), car on anticipe mieux les effets des tuiles ou des bâtiments, et on peut mieux miser sur
l’intérêt de telle ou telle action à tel ou tel moment. Encore un grand jeu de M. Mac Gerdts !
Bilan synthétique :

On a aimé
– La fluidité extrême du jeu, particulièrement à 2 joueurs : une action à son tour et hop !
– La bonne adéquation thème / mécanismes, avec une justification plausible pour chaque situation
– La lisibilité du jeu (les paroisses de Londres sont très nettes)
– La très bonne tension autour de la table : c’est un vrai jeu de course et ça donne envie d’aller toujours plus vite, quitte à dépenser quelques points de prestige en route pour
avancer de plus de 3 cases sur la roue !

On a moins aimé
– La perte d’originalité qu’avait un Imperial par exemple, mais cela dénote une utilisation assez nouvelle du principe de la roue,
– Le relatif manque d’interaction à 2 joueurs : on a plus le temps de voir venir son adversaire (à plus de joueurs, on n’est jamais sûr qu’il n’y aura pas un gugusse pour faire la
donation que vous envisagiez dans un tour ou deux…).

Scores de la partie :

Piste Thalers Caisses Total
Julie (rouge) 136 2 (200) 1 (2) 139
Ludo le gars (vert) 150 1 (160) 0 (0) 151

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 − trois =