[04/06/2022] Boonlake

Découverte, ce jour, du tout nouveau jeu fraîchement reçu de la part de Super Meeple, à savoir Boonlake, un jeu que j’attendais en piaffant d’impatience, car c’est un Pfister et il me semblait à la fois très beau et très bon !
Nous y jouons à la salle des Ludophiles, à 4 joueurs, en espérant ne pas se mordre les doigts sur la durée de la partie, jouée avec deux illustres personnages rois de l’AP…

BOONLAKE

La découverte à venir de Boonlake nous émoustille bien, même si l’heure et demie d’explication de règles et l’heure avancée de la journée (16h30) m’inquiètent un peu : combien de temps allons-nous jouer ? En sachant, bien sûr, que le jeu est réputé pour pouvoir durer si les joueurs ne font pas un effort ou avancent leur bateau trop lentement…
Le plateau est installé avec les 10 tuiles initiales à positionner à 4 joueurs. Leur placement est aléatoire sur 10 hexagones identifiés.
Chaque joueur va progresser sur trois pistes : la piste de score autour du plateau, la piste de revenus en pièces et la piste de revenus en cartes.
Au centre du plateau, la majeure partie de l’espace représente un territoire divisé en 4 régions (couleur de fond des hexagones) avec une rivière qui serpente au milieu. C’est sur cette rivière que nous allons déplacer notre bateau, lequel rythmera le jeu : lorsqu’un bateau aura, en gros, fait deux fois le tour, la partie s’achèvera…
Premier gros point fort du jeu : le choix, par les joueurs, d’une tuile de scoring qui sera positionnée dans la zone à sa couleur (bleu pour Leila, jaune pour Yohel, rouge pour Fabrice et vert pour moi. Chacune de ces tuiles est divisée en deux parties : la blanche qui est considérée comme une carte de projet (on y reviendra) et la noire qui s’appliquera lors des 4 décomptes intermédiaires du jeu (à la manière d’un Carpe Diem, on y reviendra aussi). Ce qui est malin, c’est que chaque joueur pourra placer un de ses pionniers sur chaque partie blanche et devra placer un de ses marqueurs de score sur les noires.
En gros, retenez qu’il n’y a aucun rapport entre la partie blanche et la partie noire.
Deuxième point fort du jeu, mais alors là vraiment : le plateau Action qui accueille 7 tuiles Action placées aléatoirement au départ. C’est le cœur du jeu et ce qui rend l’explication de la règle assez aisée même si beaucoup de petites choses seront à affiner.
A son tour, le joueur actif choisit une tuile et paie éventuellement le coût en PV associé (pour les deux tuiles du bas), avant de réaliser les actions indiquées dans l’ordre… suivi par tous les autres joueurs pour la deuxième partie de la tuile (à droite de la flèche) ! Autrement dit, on joue tout le temps pendant le tour des autres et c’est ce qui va rendre le jeu très dynamique (clairement à la Puerto Rico)… Ensuite, il avance son bateau au maximum du nombre de cases indiqué sous la tuile (et à gauche dans la zone bleue) avant que le tour passe au joueur suivant.
Chaque joueur dispose d’un plateau individuel, double couche s’il vous plaît ! Sur celui-ci, diverses zones sont représentées, avec des bonus dans tous les sens (un vrai jeu de Pfister pour le coup !) :
– En haut à gauche, on positionnera nos sites de production acquis au fur et à mesure de la partie (4 ressources : bois, argile, pierre et fer, avec 2 niveaux possibles).
– En-dessous, deux canots vont se déplacer progressivement de la gauche vers la droite, pour obtenir d’autres ressources (ci-dessus, par exemple, deux unités de bois sont disponibles puisque deux canots s’y trouvent). Descendre le courant ne coûte rien, le remonter coûte 2 pièces par canot (quel que soit le nombre de cases).
– En-dessous, vous pouvez voir tous les éléments qu’on va pouvoir « construire » sur le plateau (pionniers, maisons, villages, bovins), de haut en bas (on y reviendra évidemment).
– A droite, enfin, 12 espaces accueilleront des tuiles de leviers qui pourront monter/descendre dans leur espace (on y reviendra également)…
Petite exemple de mon tour de jeu, au premier tour, sachant que je suis premier joueur.
J’ai opté pour la tuile Action qui m’a permis de jouer une carte « jour » (le saloon) en montrant que j’avais bien 1 pierre + 1 fer (sites de production + canots) ce qui m’a rapporté le gain immédiat de deux nouveaux pionniers.
Puis j’ai posé deux tuiles de terrain connectées aux autres déjà placées, en prenant les bonus des deux hexagones recouverts.
Enfin, j’ai ajouté un pionnier sur un chantier inoccupé d’une tuile et raflé le bonus qui s »y trouvait.
Puis, tout le monde sauf moi (puisque, après la flèche, l’icône du joueur actif est barré d’une croix), a pu piocher deux cartes et, soit en jouer une, soit en défausser une pour deux pièces.
Pour terminer, j’ai déplacé mon bateau de 3 cases (le maximum qui m’était autorisé) et replacé la tuile Action en bas de la file sur son plateau…
Petite vue de la situation une fois que j’ai terminé mon tour. Vous pouvez voir où j’ai placé mon pionnier : j’ai obtenu 4 pièces mais, si je veux construire un village sur cette tuile, je devrais m’acquitter d’un paiement futur de 5 PV. A cet instant, je me dis que j’en mettrai certainement pas sur cette tuile. Enfin, on verra, c’est difficile de se rendre compte si 5 PV c’est beaucoup ou peu…
Yohel semble vouloir axer sa stratégie sur la piste de revenus de cartes…
Fin du premier grand tour de jeu… après une heure pile !!! Oulhala, ça promet et ça m’inquiète de plus en plus… Avec Yohel et Fabrice, j’avais dit, sur le ton de la totale boutade, dès l’entame, qu’on finirait vers 23h00, mais là je commence à imaginer qu’on n’aura pas fini à 19h30… 🙁
Leila choisit la tuile Action placée tout en haut du plateau dédié..
Tiens, c’est rigolo, tous nos bateaux sont regroupés sur le lac ci-dessus, avant que je joue mon troisième tour… après 45 nouvelles minutes de jeu !!!
Un peu après, avec mes cartes jouées : à gauche des effets one shot, à droite des effets permanents (payer une pièce de moins par levier que j’acquiers, empocher deux pièces par vache posée).
Allez, allez, on joue…
Yes ! Je provoque le premier décompte intermédiaire, ayant systématiquement fait avancer mon bateau du nombre maximal de cases autorisé (en général 3 ou 4), histoire de veiller à ce que la partie ne s’éternise pas…
Un décompte intermédiaire se déroule de la manière suivante :
– Jouer une ou deux cartes, ou améliorer une ou deux constructions,
– Placer son marqueur de score du n° du décompte (donc, là, le 1) sur une des 4 cases du bas (zone noire) et empocher les PV correspondants si la condition est validée (Leila : avoir un revenu en cartes d’au moins 1 ; Yohel et Fabrice : avoir au moins 0 village ; moi : avoir au moins 0 pionnier dans la région de Unknown et 1 dans Boonlake).
– Prendre les revenus liés aux deux pistes (pièces et cartes) + ceux de son plateau individuel (éléments de construction retirés surtout).
– Remonter tous ses leviers ou prendre 1 PV si déjà en haut,
– Retirer les disques noirs des bonus des régions.
Ensuite, le tour de jeu reprend où cela s’était arrêté : Leila va donc prendre son tour…
Mon plateau au moment de ce premier décompte… Vous constaterez que j’ai glané pas moins de 3 vases, ce qui est énorme à ce moment du jeu, juste pour bien anticiper la tuile de scoring que j’avais choisie (zone noire) : si je veux la réussir au 4ème décompte, il me faudra échanger 5 vases (ou 5 pièces par vase manquant) contre 10 PV, + les 4 PV X 2 (ma couleur), ce qui porterait le total à 18 PV, ce qui est tout sauf négligeable !!! Et sachez aussi que si je ne le peux pas, je perdrai les 8 PV de mon marqueur ! Bonjour le delta…
J’arrive à 5 vases peu de temps après et sais déjà que cela devrait m’assurer de pouvoir réussir mon objectif ! A moins que je ne sois contraint (ou plutôt intéressé) d’en dépenser avant la fin de partie…
Je positionne le premier village de cette partie, résultat de l’amélioration d’un pionnier en maison, puis d’une maison en village…
Le premier joueur à réussir un projet dans les zones blanches du bas est Yohel, lequel valide celui de sa propre tuile de scoring, en payant 12 pièces + 2 unités de bois + 3 unités de fer. Il récupère deux pionniers, monte d’un niveau sur la piste de revenus des cartes et, surtout, empoche 14 PV (7 PV X 2 car c’est sa tuile) !!!
Sans surprise, Yohel s’envole aux scores… Mais, la nuit ne s’approcherait-elle pas ? 🙁
Le voici, le voilà, le deuxième décompte intermédiaire que je provoque à nouveau, toujours en avançant presque toujours au maximum mon bateau !
Vue générale après ce deuxième décompte, avec les scores suivants à cet instant du jeu : 58 PV pour Yohel, 34 PV pour Leila, 28 PV pour Fabrice et 27 PV pour moi.
Pour info, et c’est hallucinant, clairement, il est déjà 21h00 !!! 🙁
Pour attaquer la seconde manche (il reste donc les troisième et quatrième décomptes intermédiaires), nos bateaux sont regroupés sur le lac ci-dessus… Il me semble que le nombre de cases à parcourir étant nettement moindre qu’en début de partie (7 cases), on devrait aller un peu plus vite…
Leila choisit cette tuile, sous l’œil extrêmement sérieux et concentré de Yohel !
Elle réussit la prouesse d’avoir tous ses sites de production au maximum !!!
Sérieusement, vous y croyez vous ? oui, c’est encore moi qui provoque le décompte intermédiaire ! Heureusement que j’avance, hein…
A regrets, mais histoire de ne pas en avoir davantage en fin de partie, je me résous à valider mon objectif de scoring maintenant (j’ai dépensé 2 vases et n’en ayant plus que 3, je crains de prendre trop de risques à devoir en récupérer 2 de plus lors de la « courte » suite du jeu). Cela me rapporte quand même pas mal de points : 6 PV pour les trois conversion + 6 PV pour mon marqueur de score doublé, donc 12 PV en tout…
Vue de la situation générale après ce troisième décompte intermédiaire, avec des écarts qui se sont considérablement réduits aux scores : Yohel n’a plus que 2 PV d’avance sur Fabrice, 7 sur moi et 22 sur Leila…
Non, je rêve : il est 22h30 !!!!!!!!
La nuit est là et bien là et ces deux loustics semblent ne pas vouloir s’en rendre compte, passant toujours un temps infini à jouer leurs tours, si ce n’est en reprenant leurs actions ! 🙁
C’est TROP long et Leila et moi on commence vraiment à en avoir marre…
Sérieux…
Enfin ! je clos la partie en franchissant la dernière écluse ! Le tour de jeu va se terminer puis nous procéderons aux deux décomptes prévus : le quatrième décompte intermédiaire et le décompte final…
Mes acolytes ont réalisé leur dernier tour et fait avancer leur bateau. Avant le décompte intermédiaire, je suis passé devant Fabrice et Yohel aux scores…
Après le décompte intermédiaire, j’ai accru mon avance, avec 20 PV sur nos deux réflexionneurs en chef 😉 . Leila a son marqueur placé 8 cases derrière eux mais je la vois bien revenir lors du décompte final…
Le domaine de Leila, superbement vidé de ses constructions, non ? Et elle a au moins 7 leviers, donc elle scorera 3 PV par levier dans quelques minutes.
Le domaine de Yohel, avec beaucoup moins de constructions et, donc, certainement moins de PV qu’attendus pour lui…
Le domaine de Fabrice, avec beaucoup de constructions sur le plateau, mais clairement un déficit en leviers, ce qui ne lui fera marquer que 2 PV pour chacun…
Et mon domaine, avec un nombre intermédiaire de constructions jouées mais beaucoup de cartes et et 7 précieux leviers !

Durée de cette partie : 7 heures 30 minutes !!! – Note de cette partie : 17 / 20

Scores de cette partie :

Piste Leviers Cartes (fixes + variables) Bonus de lignes de constructions Total
Leila (bleu) 127 24 19+23 18 211
Yohel (jaune) 135 24 20+8 0 187
Fabrice (rouge) 135 10 28+5 12 190
Ludo le gars (vert) 155 21 30+20 8 234

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le système d’actions, à la Puerto Rico, avec également la file des tuiles qui se modifie à chaque choix effectué,
– Le système de scoring des décomptes intermédiaires, à la Carpe Diem (on doit se placer à chaque fois), avec de vrais dilemmes sur ce qu’il faut essayer de valider et quand,
– Le rythme de la partie lié à la progression des bateaux, à la Maracaibo du même auteur,
– Le look du jeu (sauf les cartes) vraiment superbe et la qualité des composants (plateaux double-couches notamment),
– La grosse envie d’y revenir mais à deux joueurs absolument !!!

On a moins aimé
– La durée délirante de cette partie, ce qui a gâché quand même le plaisir de jeu…

————————————————————————————————————

17 commentaires à propos de “[04/06/2022] Boonlake”

    • Salut le deep !

      Je me doutais bien que ce genre de retours allait arriver… Je peux te dire que je ne le comprends pas du tout, sauf à savoir que nos deux acolytes ont effectivement mis des temps irrespectueux à jouer leurs tours voire à les reprendre ! C’est vraiment la première fois où j’ai failli dire « STOP, Leila et moi on arrête »…
      Le pire c’est que ni l’un ni l’autre n’a eu l’impression d’avoir pris trop de temps… 🙁

      Ça va nous servir de leçon, je peux te le garantir ! Et clairement, vivement qu’on rejoue à deux. Même si ça a refroidi Leila cette affaire…

  1. 1 h 30 pour expliquer les règles, c’est le temps de lecture des règles que j’ai mis. Pourquoi autant de temps ! Pas concentré ?

    • Honnêtement, n’ayant que vu la vidéo règle je n’ai peut-être pas été au top, avec ma règle papier sous les yeux. Mais les choses étaient on ne peut plus claires une fois l’explication finie ! Et ils m’ont bourriné de questions pendant donc,; après ça allait mieux !
      Mais le souci n’était pas là, non, c’était surtout l’envie que certains avaient de faire toujours au mieux du plus du mieux du mieux… 🙁

  2. Bonjour Ludo !
    Tu écris que tu as reçu ce jeu de l’éditeur; je ne remets évidemment pas du tout en cause ton objectivité mais pourrais-tu préciser à chaque fois que c’est le cas ?Quel pourcentage de jeux nouveaux payes-tu toi même vs. ceux que tu reçois des éditeurs ? Te considères -tu comme un « influenceur » ?

    • Quelle drôle de question !!!

      Depuis 2002, que mon site existe, je ne cache jamais que je reçois pas mal de jeux d’éditeurs. Je dis toujours ce que j’en pense, sans concession… il n’y a qu’à chercher un peu pour s’en rendre compte.
      Aujourd’hui, je n’en achète presque plus : je cible par contre ce qui peut m’intéresser chez les éditeurs.

      Me considérer comme un influenceur ? Je me sens vexé de cette idée. Je ne fais aucune publicité et dis toujours ce que je pense réellement !

      Pourquoi ces questions du coup ?

      • Pour ma part, je consulte le site de « ludo le gars » depuis un certains temps et je trouve que c’est l’un des plus légitime et impartial du net concernant les jeux de société.

        Ludo le gars est -il un « influenceur » ? …Toujours d’après moi :clairement non, c’est avant tout un vrai passionner qui partage sa passion.

        7h30 de jeu de rôle, c’est ok ( voir même plus ) par contre 7h30 d’un jeu de plateau, c’est beaucoup trop long ( d’ou le choix des bon partenaires pour certains type de jeu )

        Bonne continuation

  3. Hello,
    Pour la durée de partie et la frustration voire le dépit et la colère qui peuvent en découler, je vous tire mon chapeau pour votre flegme car sur les photographies, je vois tout de même quelques sourires et somme toute une partie rondement menée. Personnellement, je pense que j’aurai quitté la table. Le jeu doit avant tout rester un plaisir.
    Sur la question : es tu un influenceur ? Surprenante, je te rejoins. Et au sens littéral du terme, j’ai envie de dire ………….. oui dans le très bon sens du terme : en effet, que de découvertes de jeu au travers de ces comptes rendus, que de plaisir et de passion partagés, d’informations glanées, d’envie de succomber au même plaisir ludique, d’économie réalisée (ouf). Et je n’ose imaginer de ton côté le temps qui y a été consacré. Alors merci et continue 🙂

      • Bonjour !
        Mais pourquoi « drôle de question » ? Je ne pensais pas qu’il y avait de tabous dans notre petit milieu du divertissement ludique !
        Je ne voulais pas du tout jouer au troll, et désolé si le terme d’influenceur te paraît connoté négativement, peut-être alors « leader d’opinion » te semblera plus honorable.
        Le fait est que si les éditeurs t’expédient leurs jeux, ce n’est probablement pas par générosité, mais bien parce qu’ils espèrent que tu en parleras sur ton site pour en faire la promotion s’ils ont eu l’heur de te plaire.
        Alors je l’avais déjà écrit dans ma question initiale, il ne s’agit pas d’une mise en doute de ton impartialité dans la rédaction de tes critiques, je ne viendrais pas visiter ton site depuis 15 ans chaque semaine (j’ai même fait un don !) si j’avais le moindre questionnement à cet égard.
        C’est simplement une question qui m’était venue à l’esprit : comment les entreprises repèrent-elles ces « leaders d’opinion » qui ont des sites internet de plus en plus pros et qui constituent des relais certainement plus efficaces que toutes les communications qu’elles peuvent déployer de façon plus traditionnelle autour de leurs produits ?
        Voilà, guère plus…
        Bonne continuation !

        • Bonsoir Guillaume et merci de ton retour (j’ai supprimé les deux autres commentaires « doublons »).
          C’est vrai que je n’aime pas du tout le terme d »influenceur », de par son côté assez péjoratif : influencer ses lecteurs, même si on n’a pas trouvé un jeu terrible, avec une sorte de contrat de « cadeau » ou « contrepartie » avec les éditeurs. Je considère que ce n’est pas du tout ce que je fais sur mon site. Ce n’est que de la PUB clairement ! D’où ma réaction un peu vive, je te l’accorde…
          « Leader d’opinion » me paraît fort aussi. Si je regarde le sujet des 5 meilleurs médias ludiques sur Tric Trac (accessible ici : https://www.trictrac.net/forum/sujet/top-5-des-medias-ludiques ), clairement on ne peut pas dire que je sois un si grand « leader d’opinion » même après 20 ans d’existence de mon site… L’explosion du nombre de sites / blogs / chaînes l’explique sûrement et, parmi eux, il y a sûrement des « leaders d’opinion ». Sont-ils plus légitimes que moi ? Euh, comment dire, joker… 😉

          Pour répondre (enfin, essayer) à ta question « Comment les entreprises repèrent-elles ces « leaders d’opinion » qui ont des sites internet de plus en plus pros et qui constituent des relais certainement plus efficaces que toutes les communications qu’elles peuvent déployer de façon plus traditionnelle autour de leurs produits ? », je suis assez mal placé pour te répondre.
          Aujourd’hui, je ne sais pas comment les éditeurs sélectionnent leurs médias. Par expérience, par contre, je peux te dire que ces critères ont vachement évolué depuis 2002.
          Entre 2002 et 2010 peut-être (à la louche), les éditeurs étaient vraiment des partenaires sur le long terme, avec des relations plutôt tissées au long des années.
          Entre 2010 et 2020, l’évolution a porté sur des critères plus objectifs, notamment avec un nombre de sites toujours plus important (nombre de visites, réseaux sociaux, …). Ca m’a coupé certains ponts par exemple, moi qui traite autant de vieilleries que de nouveautés, avec des comptes-rendus plusieurs fois sur le même jeu. L’éditeur, lui, souvent, aime qu’on parle de sa dernière nouveauté. Quitte à ne pas faire trop de bla bla. De la vidéo, ça ils aiment !
          Et puis, depuis 2020, je dirais que ça a rechangé (à prouver), avec de nouveau des partenariats plus sur le long terme, plus réguliers, plus ciblés aussi, avec des retours d’éditeurs qui apprécient que j’approfondisse mes analyses et que j’y revienne (trois exemples : Super Meeple, Fun Forge et Matagot, voire Iello).

          Voilà, je suis un peu parti dans tous les sens, mais en gros voilà, à mes yeux, hein, seulement, ce que je vois et comprends.
          A+,
          Ludo

          • Salut Ludo,
            Je te remercie pour le temps pris à éclairer ma lanterne, c’est très intéressant et édifiant.
            Je te félicite une nouvelle fois pour la pérennité de ton site, et ta volonté à chaque fois renouvelée de couvrir la moindre de tes parties en proposant tes analyses et commentaires illustrés; et quelle chance tu as d’avoir une Leila à disposition pour toutes ces expériences ludiques !!
            Je te souhaite d’excellentes vacances scolaires, bien méritées !
            Amicalement,
            Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


deux + = 10