[04/11/2021] Petris X 3

Dans la série boîte improbable / matériel incroyable / thème original, ce jeu tout juste édité par 2 Tomatoes se pose là ! A part Morisi ou ZooSIM de Cwali, je ne vois pas beaucoup d’autres jeux présentés ainsi, au niveau du boîtage…
Pour l’utilisation des boîtes de Petri, je me rappelle de Kampf der Kulturen, mais ça n’avait rien à voir au niveau des mécanismes.
Comme le jeu dure très peu de temps et qu’on avait envie d’en approfondir un peu les stratégies, nous enchaînons les parties… Voici donc Petris X 3 !
A noter que ce jeu est de David Bernal, l’auteur du très méconnu, et pourtant très réussi, 24 heures dont je vous parle de temps à autre…

PETRIS X 3

Découverte de Petris, un jeu où l’on incarne des chercheurs sur les bactéries qui essaient d’en observer le comportement dans de vraies boîtes de Petri…
Grande première ce soir : c’est Leila qui a intégralement lu la règle et qui nous y fait jouer ! Les 7 boîtes de Petri sont disposées en forme de fleur et chacun dépose une bactérie dans la boîte la plus proche de lui… Leila jouera les bleues et moi les rouges.
Cette piste, avec compte-tours blanc, permet de voir quelle est la phase en cours : propagation bleue ou rouge, multiplication des bactéries (double disques verts) ou encore contamination (enchevêtrement de disques verts), sachant qu’on fera deux tours de cette piste à deux joueurs.
Voici donc la configuration de départ… C’est Leila qui va commencer en déplaçant au moins une de ses bactéries d’une boîte vers une boîte adjacente, en respectant 3 règles :
– Jamais le même nombre de bactéries dans une boîte que son adversaire,
– Jamais plus de 5 bactéries en tout dans une boîte,
– Toujours en déplacer au moins une.
Si on ne peut en déplacer aucune, on perd automatiquement la partie !
Cette piste-là est celle de contamination et elle simule le contrôle, relatif, que les joueurs ont sur leurs bactéries lors de la phase de contamination : si l’une des deux atteint la dernière case de la piste, le joueur concerné a perdu !
Après notre propagation respective, nous avons vécu une première phase de multiplication : toute boîte ne contenant qu’une couleur de bactérie en accueille une nouvelle, sans jamais dépasser 5. Si ce nombre est atteint, on remplace les 5 bactéries par une sarcine (gros jeton). Si on n’en a plus en stock alors qu’on devrait en placer une… on perd immédiatement la partie !
Voici la première contamination de la partie, laquelle débute par une multiplication de bactéries. Comme aucune boîte ne contient deux couleurs de bactéries, aucune d’entre elles n’est majoritaire et, donc, aucune ne se déplace sur la redoutée piste de contamination…
A cet instant, nous en sommes à mi-partie, avec l’atteinte de la fin de la piste avec le compte-tours blanc. Vous pouvez remarquer que les bactéries ont commencé à bien se mélanger dans les boîtes de Petri…
La piste de contamination juste après la phase en question, avec Leila qui a son pion une case devant le mien…
On poursuit la partie mais Leila commence à s’approcher dangereusement de la fin de la piste de contamination…
La phase de multiplication à venir va entraîner la pose d’une sarcine bleue au centre en remplacement des 5 bactéries qui vont s’y trouver.
Et voilà !
A noter que nous arrivons en fin de partie, sans que quelqu’un n’ait perdu avant la fin de la piste de compte-tours… Leila étant la plus avancé sur la piste de contamination, mais de très peu (une case), elle perd la partie.
Oui, OK, on rejoue de suite : revanche !
Le jeu est ultra-fluide et très rapide, parfait pour en enchaîner les parties !
Première phase de contamination effectuée. On constate clairement qu’il faut être le plus discret possible, se reproduire au minimum, se placer en-dessous de son adversaire en nombre de bactéries dans les boîtes… Enfin, on le pense, mais sans certitude !
Incroyable quand même d’avoir osé sortir un jeu avec un matériel aussi atypique…
Deuxième phase de contamination et ça ne sent pas très bon pour moi…
L’excellent coup de Leila en deux photos : ci-dessus, vous pouvez remarquer ses 3 pions bleus en bas…
Après propagation, alors que je n’étais majoritaire dans aucune des trois boîtes, bim, je me retrouve majoritaire dans les trois !!!
Forcément, ça fait très très mal !!!
Je crois bien que je vais perdre sur ce coup…
Ça y est, c’est fait… 🙁 Oh, la rouste !!!
Allez, on se fait la belle et je compte bien faire mieux que lors de la partie précédente !
Première contamination effectuée… Nous sommes, pour l’instant, à égalité en nombre de bactéries.
Leila semble soucieuse mais, en fait, elle est à nouveau bien partie pour m’éclater…
Égalité parfaite sur la piste des contaminations à mi-partie.
Ça ne dure pas ! 🙁
Oh la la, quelle nouvelle rouste pour moi ! Bravo ma fille ! Une future chimiste ?

Durée de ces parties : trois fois 20 minutes – Note de ces parties : 16 / 20

Scores de ces parties :

Partie 1 Partie 2 Partie 3
Leila (bleu) 8 3 6
Ludo le gars (rouge) 7 10 10

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le matériel improbable et… parfaitement inutile ! En effet, on pourrait avoir un jeu mini au lieu de cette grosse boîte et ses boîtes de Petri avec couvercles svp ! Mais c’est ce qui fait le charme de ce jeu…
– L’impression que l’auteur a réussi à créer le jeu que j’aurais voulu atteindre, moi qui adore les simulations de type « jeu de la vie »,
– Le hasard totalement absent et, pourtant, avec un chaos visible bien réel,
– Voir que Leila m’éclate ainsi me plaît bien 😉
– Les diverses stratégies à explorer encore, notamment avec les sarcines

On a moins aimé
– Le côté vraiment pas pratique du jeu : on ne pourra décemment pas l’emporter en vacances par exemple,
– L’impression que, pour rester contrôlable, le jeu ne doit pas se jouer à plus de deux…

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 − quatre =