[04/02/2007] Scarab Lords X2

Nous devions jouer à Imperial. Nous devions. Seulement, voilà, l’heure avançant, on s’est rabattu sur un jeu plus light et on a testé Scarab Lords, un petit Knizia dédié 2 joueurs, en
français, que je n’avais pas encore découvert.
On est ici en présence d’un jeu d’affrontement entre deux joueurs, de type combos/magic, donc un profil pas forcément en adéquation avec mes goûts, surtout ceux du moment. M’enfin, ne boudons pas notre plaisir : le jeu tourne assez bien et dans ce type de jeu il doit être dans les plus agréables qu’il m’a été donné de tester. Donc, une bonne sruprise, globalement, même si les différences entre le deck rouge et le deck bleu sont trop importantes à notre goût. J’y reviens plus loin…

SCARAB LORDS :

Le but du jeu est d’avoir la majorité dans 2 colonnes sur 3 du côté gauche et 2 colonnes sur 3
du côté droit au début de son tour. Julie est première joueuse et ne joue que 2 phases sur 4. A mon tour, ne connaissant pas le jeu et croyant que nos 2 decks (le rouge de Julie et
mon bleu) étaient construits de manière identique, je ne me pose pas de question et pose 3 cartes sur le plateau, ne m’adjugeant qu’une seul suprématie(militaire). Je ne rejouerai
pas !
En effet, à son tour, Julie s’adjuge 4 suprématies et mon manque criant de prévoyance
m’empêche de réagir : je n’ai en main que des cartes de phase 1 (et je ne peux donc en jouer qu’une). J’aurais dû, le tour précédent, me débrouiller pour piocher des cartes, au
lieu de me lancer dans la course à la suprématie militaire, afin d’avoir encore des choix le tour suivant. La partie s’achève donc sans que je puisse modifier la donne. Ci-dessus,
on peut voir au premier plan, placées en éventail, les 3 cartes de phase 1 de ma main…
Du coup, on remet le couvert, avec les mêmes decks, histoire de creuser un peu leurs
spécificités. Ceic dit, on n’a pas encore assez regardé leur composition et on n’a pas vu, par exemple, que les cartes phase 0 et phase S étaient si rares, tout comme les cartes
Dieux. Dans le même ordre idée, Julie ne sait pas qu’elle possède un deck plutôt agressif et moi plutôt défensif. L’avenir le prouvera…
Une vue de la situation, mettant en évidence le déséquilibre de notre partie : nous concentrons
nos efforts du côté gauche, avec des suprématies qui alternent. A noter que nous commençons, doucement, à mesurer les différences d’attrait des différentes suprématies et que nous
devons faire en fonction de notre main de cartes et du degré d’urgence avant de se décider pour se battre sur l’une ou l’autre…
La bataille fait rage et les scarabées fondent sur mes cartes. Mais, en réalité, cela
m’indiffère : je possède 2 cartes de purification totale, lesquelles me permettront de les retirer tous du même côté et de reprendre la majorité religieuse, ce qui, du coup, me
donnera la possibilité d’innonder les cartes de Julie de petites bébêtes…
Julie s’apprête à me rajouter un petit scarabée. Ouh la vilaine…. La partie semble se diriger
tout droit vers une issue pour le moins inéluctable : aucun de nous ne parviendra à asseoir sa suprématie dans 4 colonnes sur 6, mais mon tas de cartes s’épuise dangereusement, la
faute à Julie qui me bombarde cartes m’en supprimant soit de la table, soit de ma main, soit de mon paquet…
La carte majeure de ma dame et elle rejouera la même une fois que j’aurais supprimé la première
et elle m’éliminera ainsi 2 cartes de ma main par tour jusqu’à la fin de la partie, en phase 2 !
Oui, j’ai bien les 3 majorités du même côté, mais le but est d’en avoir 2 de chaque côté et je
n’ai aucun espoir de m’en sortir avec ma main qui se réduit à 0 ou 1 carte à chaque fois que Julie joue…
La partie est terminée et Julie la remporte brillamment par épuisement de mon paquet…

 

Bilan synthétique :

On a aimé
– Le look général des cartes et leur simplicité : graphisme, symboles, effets…
– Le côté vicieux (kniziesque ?) des conditions de victoire : être majoritaire dans 2 colonnes sur 3, des 2 côtés
– Le nombre de cartes jouables par phase, en fonction d’elle
– Le pouvoir apporté par une majorité : selon celle qu’on a le pouvoir diffère

On a moins aimé
– Le déséquilibre entre la puissance des 2 decks : il semble que le rouge soit plus fort et que le bleu soit contraint de se défendre puis de tenter un coup au bon moment (et
avant qu’il ne soit trop tard -voir dernier point-)
– La main initiale de cartes qui peut être affreusement mauvaise : pas de carte 0 ou S avant plusieurs tours, ce qui peut générer des parties « éclairs »
– Le trop petit nombre de chaque type de carte : de 1 à 4 tout au plus, ce qui empêche de compter sur le retour de l’une d’entre elles
– La condition de fin d’épuisement du paquet qui semble destinée au joueur bleu : avec les cartes rouges qui éliminent des cartes, il doit gagner vite ou être quasi-sûr de
perdre.

Scores de la partie :

Manche 1 :
Julie (rouge) : 2 + 2 suprématies
Ludo le gars (bleu) : 0 + 1 suprématie

Manche 2 :
Julie (rouge) : 1 + 2 suprématies
Ludo le gars (bleu) : 2 + 1 suprématies mais paquet épuisé

Note du jeu (sur cette partie) : 12 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Une réponse à “[04/02/2007] Scarab Lords X2”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


2 × huit =