[04/02/2012] Keythedral

6 ans et 1/2 après y avoir joué pour la dernière fois, je ne suis pas mécontent d’avoir ressorti mon Keythedral, histoire de le faire découvrir à mon gone, de plus en plus
amateur de jeux où l’on cogite, et à ma voisine Béatrice. Du coup, en fin d’après-midi, nous passons un excellent moment avec ce jeu très fin et élégant… même si ce n’est pas un Stefan Feld 🙂

 

KEYTHEDRAL :

 


J’avais adoré Keythedral en 2004 et 2005 lorsque j’avais joué à ce jeu pour les premières fois. Je n’y avais pas rejoué ! Et pourtant, je savais bien que la partie serait gage de
succès… Du coup, je le propose ce soir et en explique assez facilement les règles, me rassurant au passage sur ma mémoire…

J’insiste très lourdement sur l’importance fondamentale de la mise en place des octogones de terrains et des cottages des joueurs. En effet, par la suite, on ne pourra produire
que des des ressources adjacentes à nos cottages… Ou alors, il faudra ruser en troquant avec le marchand, mais c’est moins rentable…

La mise en place est terminée et chacun a pu se placer de manière correcte : Béatrice avec les carrés rouges, Tristan avec les jaunes et moi-même avec les verts…

Le plateau de la Keythedral présente les 5 premiers contrats à réaliser, chacun requérant deux cubes de ressources. Comme les gains en PV sont progressifs (4PV en bas, 6PV
au-dessus, puis 8PV, puis 10PV et enfin 12PV), on a toujours envie d’attendre pour dépenser ses cubes, mais gare à la gourmandise…

Les ouvriers de chacun ont été placés, avec les rivalités que cela entraîne sur les octogones communs. A noter qu’avec un cottage on ne place qu’un ouvrier, alors qu’après l’avoir
transformé en maison (en payant un cube de pierre et un de bois), on pourra en placer deux à chaque fois…

N’ayant pas réussi à glaner de la pierre au premier tour (arghhh, satané Tristan !), je n’ai pas pu poser de maison. Du coup, j’ai fait un contrat, conservé deux cubes (bois + vin)
pour plus tard et acheté une carte Loi (coût de 1 cube)…

Très très rapidement, on sent bien que le jeu va être tendu tendu et c’est bien ça qui nous plaît !

J’ouvre les hostilités en plaçant la première barrière de la partie entre une maison rouge et une carrière de pierre pour me la réserver…

Vue générale un peu plus tard, alors que Béatrice a retiré la barrière que j’avais placée et qu’elle s’est vengée en m’en plaçant une dans la même zone ! A noter que j’ai réussi à
transformer mes 5 cottages en maisons…

Les contrats de 4PV étant terminés, on vient de révéler ceux de 6PV, requérant donc 3 cubes à chaque fois. En ce qui me concerne, j’ai d’ores et déjà transformé certains de mes
cubes en cubes blancs et mauves, histoire de ne pas être pris au dépourvu lorsque les « gros » contrats arriveront…

A 3 joueurs, la présence de 2 cartes de Loi à chaque fois donne quand même pas mal de chance à chacun de s’en procurer une par tour… J’en suis à 4, déjà, mais à l’exception des
deux de gauche, les autres pourraient bien se révéler inutiles…

Plus la partie progresse plus le jeu se tend. C’est bon ça… A noter que j’amuse, à chaque fois que Béatrice récupère le marqueur de 1er joueur, à miser un cube pour la forcer à
l’égaler (et à me le donner) si elle veut être effectivement 1ère ! Elle ne le fait jamais, ce qui l’empêche d’être 1ère mais elle empoche mon cube. Le plus drôle, c’est que je
donne systématiquement le marqueur à Tristan, histoire d’être 2ème tout de suite et 1er après…

Ca dure, ça dure, avec ce dernier contrat de 6PV que personne ne veut acheter…

Ah, quand même, voilà les contrats de valeur 6PV, avec l’apparition des premier cubes blancs…

J’estime alors qu’on en est à mi-partie, environ, mais je me trompe totalement : on est quasiment au bout !

Les contrats de valeur 8PV sont empochés de manière rapide et ceux de valeur 10PV apparaissent très peu de temps après et ne vont pas faire long feu (Béatrice réussira à en prendre
deux sur les quatre et cela me fait couiner)…

Du coup, les contrats de valeur 12PV sortent et le moins que que l’on puisse dire c’est que je tique d’avoir dépensé à l’instant un cube mauve sur les deux que j’avais…

Bien, alors on va faire de la combo de cartes : d’abord, j’utilise une carte Affaire pour donenr un cube au marchand et en reprendre deux, puis un Artisanat bradé pour donner un
cube de ressource et prendre un cube mauve, lequel s’ajoute à celui encore en ma possession pour arriver aux deux requis pour un contrat de 12PV…

Tristan a réalisé le contrat avec le cube jaune et il n’en reste plus qu’un qu’il choisit de défausser et de remplacer par un mis à l’écart au début de la partie (carte Loi). Voici
celui qu’il obtient. Cependant, et là je n’en reviens toujours pas, ni lui ni Béatrice ne parvienne à le réaliser et, en procédant par échanges successifs de cubes, je m’en sors et
l’empoeche également ! Du coup, avec deux contrats de 12PV, je me sens mieux…

Petite vue derrière mon paravent une fois la partie achevée. On remarquera un certain gâchis en terme de carte de Lois (il m’en reste 4 !) et un assez bon épuisement de mes cubes
(seuls 2 restent). Je me dois de préciser que si je remporte cette partie, cela s’est joué à rien du tout car, à un cube près pour Tristan, il réalisait le dernier contrat et, fait
notable, cela permettait à Béatrice de terminer avec un meilleur score que moi…

La zone des terrains est véritablement un haut lieu de tension, avec ses cottages tous transformés en maisons (quels bâtisseurs nous sommes !), et des luttes incessantes pour les
meilleures ressources. Nous n’avons, au final, que peu utilisé les barrières (même si j’ai réussi à en ajouter une trois avant la fin et qu’elle est restée cette fois). Sinon, une
fois la partie achevée, on ne peut que debriefer sur le caractère essentiel du placement de départ. Heureusement, personne ne l’avait raté ce soir…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Les luttes sur les terrains pour placer ses ouvriers,
– L’original système d’ordre de pose des ouvriers (avec les gros cylindres verts),
– L’envolée sur les contrats lorsque la partie arrive au niveau des 8PV,
– Le risque de passer à côté de quelque chose sur les contrats si on achète une carte Loi trop tôt (ça met fin à son tour).

 

On a moins aimé
– Le hasard des cartes Lois (on achète à l’aveugle et toutes ne se valent pas),
– La trop grande importance du plaement initial, lequel ne pardonne pas.

 

Scores de la partie :

  

 

Contrats Cubes Total
Béatrice (rouge) 60 4 64
Tristan (jaune) 34 5 39
Ludo le gars (vert) 72 2 74

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 18 / 20


Durée de la partie : 2 heures

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

4 commentaires à propos de “[04/02/2012] Keythedral”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 − = trois