[04/03/2004] San Juan

Participants
– Vincent, toujours partant pour tester les dernières nouveautés, surtout si elles sont médiatiques comme celle-ci,
– Sylvain, qui pourra s’en donner à coeur joie au niveau réflexion,
– Charles, qui connaît, lui aussi, le grand frère Puerto Rico, et qui souhaite découvrir celui-ci,

– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Le voici le voilà ! Le tout chaud San Juan vient à peine de débarquer qu’il va être testé ce soir…
C’est donc avec une certaine émotion que j’expose les règles de ce jeu de cartes qui ne peut que faire penser à Puerto Rico à l’ensemble des joueurs présents, tous ayant eu le bon goût de pratiquer celui-ci au moins une fois.
Nous anticipons immédiatement le problème majeur de ce jeu : le texte allemand sur toutes les cartes est absolument rédhibitoire à une fluidité ludique. Heureusement que  nous avons la chance d’avoir des internautes actifs en France (Rody, Reixou et Grunt) qui se sont empressés de traduire règles et cartes mauves afin de rendre le jeu « plus jouable ». Merci à eux.


Sylvain comprend assez vite comment jouer efficacement à ce
jeu et il enchaîne les combinaisons pertinentes, sous le regard
interrogateur de Charles…


Une vue générale de la table qui met en évidence
l’espace nécessaire pour jouer à ce jeu : on ne jouerait
pas à San Juan dans le TGV 😉


Sur cette vue on peut voir que mes 3 usines (2 tabacs et 1 indigo)
tournent à plein régime, ce qui ne me place pas pour autant
en position très favorable…

Cliquez pour agrandir !
La configuration finale du jeu : à gauche le jeu de Vincent,
en haut celui de Sylvain, à droite celui de Charles et en bas
celui de votre serviteur…


Une vue de mes constructions au bout de quelques tours : mon usine
d’indigo a produit une marchandise (carte face cachée dessus),
mon Aqueduc me permettra de produire une marchandise de plus (à
condition que je possède une autre usine) et mes Archives me
laissent plus de choix lors de la pioche de cartes (je peux placer les
cartes dans ma main avant d’en défausser une partie)…


Une nouvelle vue de mes constructions : j’ai ajouté un Puits
et un Comptoir, le premier me permettant de piocher une carte dès
que je produis 2 marchandises et le second, assez puissant, me permet
de vendre une marchandise de plus. Je me suis clairement lancé
dans une tactique productrice…


Sylvain, joueur en forme, réussit des combinaisons de folie,
avec des pioches de cartes gratuites lorsqu’il construit des bâtiments
violets et des coûts minimisés lorsqu’il construit. Au
final, cette tactique lui permet de construire les grands bâtiments
mauves pour 3 au lieu de 6 !


Une dernière vue de mon domaine, alors que mes ultimes constructions
lucratives n’auront pas suffi : Statue 3 PV, Colonne 4 PV et Arc de
Triomphe 6 PV…

Décompte final
Durée de la partie : 1 heures 45 – Mise en place du jeu : 10 minutes – Explication des règles : 20 minutes
Sylvain remporte cette partie avec un total de 28 points de victoire, devant
Vincent et Ludo le gars avec 24 points et Charles avec 16 points.
Le détail est le suivant :

Points de victoire
Chapelle
Bonus bâtiments
Total
Vincent
24
0
0
24
Sylvain
19
0
9
28
Charles
11
5
0
16
Ludo le gars
18
0
6
24

Débriefing
Cette partie de découverte de San Juan aura été plaisante,
si l’on excepte les innombrables et rébarbatives consultations des règles
pour l’identification des bâtiments mauves en main ou construits devant
soi ou ses adversaires. Chacun aura pu essayer différentes choses et
au final on aura passé un bon moment.

Sur le plan des enseignements ludiques, il est clair qu’il est assez difficile
de mener vraiment une stratégie, tant on est tributaire de la pioche
(même si souvent on peut choisir les cartes que l’on veut). A titre d’illustration,
je pense qu’il est vraiment difficile de gagner sans construire de grands bâtiments
mauves. Ceci suppose donc qu’il faille piocher l’un d’entre eux en deuxième
moitié de partie, et, si possible, celui qui se combine avec ses propres
constructions précédentes. Qu’est-ce qui indique que la chance
sera avec soi ? Et si, le cas échéant, on ne pioche pas la carte
qui va bien, aura-t-on perdu parce qu’on a commis une erreur ? Je suis effectivement
sur la réserve lorsque je m’exprime sur le côté assez aléatoire
de San Juan. On ne peut que suivre le jeu et faire de son mieux pour s’adapter
à la pioche.
Autrement, je tiens à dire que Vincent aurait pu l’emporter également,
tant il a vite saisi l’une des subtilités du mécanisme : en essayant
de construire rapidement des bâtiments mauves qui nous octroient un avantage
sur le rôle choisi par les autres, on se place en position de force puisque
tout nous arrange par la suite. J’avoue qu’il a su jouer avec ça assez
tôt et que cela aurait pu lui donner une bonne avance. C’était,
bien sur, sans compter sur Sylvain qui a réussi une excellente opération
en construisant la Mairie et une multitude de bâtiments mauves à
moindre coût (et avec une carte à chaque fois qui plus est).

Pour terminer, je dirais que ce jeu sera à retester pour voir s’il est
possible de mieux contrôler sa partie que ce que j’exprime ici et si San
Juan arrive à procurer un plaisir suffisamment différent de Puerto
Rico pour en justifier des sorties sur table ultérieures.

7 commentaires à propos de “[04/03/2004] San Juan”

  1. bonjour, je constate qu’on évoque en haut de cet article une traduction des cartes violettes, que je n’ai encore trouvé nulle part . Est ce qu’il y a moyen de se la procurer…? car, bizarrement, je n’ai trouvé que celle des cartes production sur ludism.
    Merci infiniment.
    pour la réponse:
    philippe.gadou@laposte.net

  2. bonjour, non, dans la règle ne figure que les tuiles personnages. Je ne comprends pas pourquoi il n’existe la traduction que d’une partie des cartes sur le net. je ne vois pas bien le but, si l’on veut tenter de jouer à ce jeu quand on n’a pas la version française !

  3. Je n’ai pas réussi à envoyer mon message précédent. Je disais donc qu’effectivement , je n’avais pas compris qu’il y avait une large traduction et interprétation des cartes mauves dans la règle. En fait je m’attendais à trouver quelque part , une traduction prête à découper et coller sur les cartes. ce qui m’a été finalement procuré par quelqu’un qui m’a appris l’existence de ça sur jeuxsoc. Voilà enfin le solution. En tout merci à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


quatre − 1 =