[04/04/2007] Heimlich & Co

Attaquer une partie de jeu, sur le coup de 22 heures, avec boulot le lendemain, je n’aime pas trop. Mais, en même temps, se lancer dans la découverte d’un Kramer quasi-mythique, avec une durée de partie estimée de 30 minutes environ, voilà qui me titille les neurones et qui me force à accepter. Ce n’est pas de ma faute, quand même…
Donc, pour résumer, grande première ce soir puisque je teste le célèbre et simplissime Heimlich & Co, un jeu de bluff et d’enquête qui a déjà séduit dans le passé Julie et Sophie.
Petite ré-explication de la règle et hop, nous piochons notre carte de personnage, alors que 2 autres seront neutres (5 personnages en tout). C’est parti, direction la chapelle…

HEIMLICH & CO :

Les 5 personnages sont regroupés dans la chapelle, point de départ de leur périple. Chacun connaît
l’identité de son personnage et le but du jeu et de lui faire marquer le plus de points, tout en identifiant les autres personnages. Le système de jeu est très simple : un jet de dé
dont on affecte les points comme souhaité pour déplacer les personnages dans le sens des aicuilles d’une montre sur les bâtiments..
A ce moment de la partie, Sophie est contrainte de lancer le premier décompte du jeu, puisque son
jet de dé est un 1 et que tous les pions sont présents sur la même case (de valeur 6), à une encablure du dossier secret d’indices (occasionnant un décompte quand un personnage
s’y arrête). Elle fera avancer le bleu, ce dernier étant le seul à marquer 7 points, les autres en encaissant 6…
Un peu plus tard, alors que les scores n’ont pas évolué, on aperçoit le dossier secret au loin, sur
la case 5 et on constate encore une fois que les personnages sont tous regroupés. Dur de se faire une idée de qui contrôle qui, surtout que nous tentons tous de brouiller les
pistes… Ceci dit, je soupçonne vraiment fortement Sophie d’être le personnage gris…
Ca bluffe sec autour de la table ! En ce qui me concerne, je mets un point d’honneur à ne pas
déplacer ouvertement le personnage bleu (le mien !) et en faisant comme si j’étais jaune. Le plus vicieux étant de ne pas le favoriser à outrance pour autant, afin que Julie et
Sophie croient vraiment que je suis jaune. Du délire !
Suite à ce décompte, orchestré par votre serviteur, les marqueurs jaune et rouge s’envolent au
score, mais je m’en fiche : en effet, je pense vraiment que ce sont les 2 couleurs neutres et, en faisant ainsi, je maintiens bleu en troisième place tout en ne lui faisant marquer
aucun point ce tour ! Que de calculs subtils pour masquer qui l’on est…
Le grand moment attendu lorsque l’un des marqueurs a atteint la case 29 : celui où chacun note
secrètement ses identifications (neutres et possédées par les autres). J’ai accéléré volontairement les choses, car je suis presque sûr de mon coup : Julie doit être verte, Sophie
grise et jaune et rouges neutres. Mes adversaires semblent indécises…
La partie s’achève sur un ultime décompte que je lance, en favorisant bleu cette fois, via la
clôture du jeu grâce au pion jaune. D’une courte tête, bleu termine devant rouge. Chacun révèle alors sa carte et, Ô stupeur, Sophie n’est pas grise (elle est verte) et Julie
n’est pas verte (elle est rouge) ! Quant aux pronostics de mes camarades de jeu, ils sont assez folokloriques également, puisque Julie m’a vraiment crû jaune. Seule Sophie
ne s’est pas trompée et m’a bien repéré en tant que personnage bleu. Au total de la piste de score, on ajoute donc 5 points par identification correcte.
Bilan synthétique :

On a aimé
– La simplicité extrême du jeu, très épurée et très élégante, et qui n’a pas vieilli du tout
– Le bluff magistral qui règne, avec des enchaînements de pensées particulièrement retors
– Le lieu de placement du dossier secret : sur une case lucrative ou pas, sur une case éloignée ou pas, …
– La recherche des personnages contrôlés par les joueurs : un régal, avec des certitudes où l’on se serait bien fait couper une main et où on s’aperçoit qu’on s’est trompé !
– Le look général du jeu, nous plongeant bien dans les jeux d’enquête

On a moins aimé
– ?

Scores de la partie :

 

 

Julie (rouge) : 50 (50 + 0)
Sophie (vert) : 39 (29+5+5)
Ludo le gars (bleu) : 56 (51+5)

Note du jeu (sur cette partie) : 17 / 20

———————————————————————————————————————————————–

2 commentaires à propos de “[04/04/2007] Heimlich & Co”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 × = quatorze