[04/05/2007] Yspahan, Einfach Tierisch X4

La venue de mon paternel et d’un de ses amis à la soirée ludophile de ce vendredi m’a permis de ressortir deux jeux de très bonne facture, à commencer par Yspahan, un jeu avec des dés qui n’est pas un jeu de dés, et Einfach Tierisch, un jeu d’enchères extrêmement tordu et toujours aussi fin. Une partie assez sérieuse tout d’abord, avec les chameaux pauchonois, puis plus fun avec les souris kniziesques.

YSPAHAN :

Début de partie, initiée par Gérard, avec, pour bien commencer, aucun dé dans 2 symboles de
quartiers sur 4 ! Le dernier joueur du premier tour, Christian, n’aura pas trop le choix…
Pratiquement en fin de première semaine, un autre tirage de dés encore plus mémorable, réalisé
cette fois par votre serviteur : un seul quartier avec des dés !
La première semaine est achevée et l’un des faits marquants concerne la caravane : personne n’y a
placé le moindre cube. Avant que ne soit opéré le premier décompte, je suis le seul à avoir glané quelques points (5) en raison de 3 bâtiments construits sur mon plateau individuel
(à ce petit jeu, j’ai surtout essayé de priver mes camarades de chameaux, d’où ma quasi-absence dans les souks du plateau). Ce seront mes seuls points de la semaine…
En cours de deuxième semaine, Gérard ajoute des cubes jaunes dans un quartier. Chacun commence à
voir l’importance des bâtiments individuels : investissements à long terme, avantages maintenus, … De mon côté, je sais qu’à présent il va être urgentissime de me rendre au
caravansérail, quitte à ne pas avoir de chameau pour éviter de perdre des cubes dans les boutiques. Ce qui plaît, dans ce jeu, c’est la possibilité de jouer comme on le souhaite,
différemment des autres…
Christian s’apprête à faire son choix, sous les yeux calculateurs de Philippe, ravi d’enfin essayer
ce jeu qu’il attendait depuis longtemps…
Je suis le dernier joueur de la deuxième semaine et j’ai choisi de lancer 2 dés jaunes en plus, afin
d’être presque assuré d’obtenir 2 dés dans le quartier du sac (il me manque 3 boutiques violettes et j’ai un bonus de +1 dans mes bâtiments individuels). Manque de bol : un
seul sort !!!
Après réflexions, j’avais la solution de défausser ma seule carte d’action pour obtenir un dé de
plus, ce qu aurait convenu. Mais, je trouve mieux à faire, en plaçant d’un coup 3 cubes verts dans les boutiques oranges ci-dessus !
Fin de la deuxième semaine, avant le décompte. Philippe et Gérard seront encore au coude à coude,
alors que je suivrai à 6 points et Christian à 17. A vue de nez, il semble que Gérard soit placé idéalement, probablement le seul pouvant espérer construire tous ses bâtiments et
glanant au passage moult bonus…
Fin de la troisième semaine, avec un caravansérail clairement à mon avantage, et un ultime tour où
tout se joue à rien de rien : à un chameau près, je construisais tous mes bâtiments, à une carte piochée près Philippe en construisait un de plus et, à un chameau près, Gérard
marquait 2 points de plus (conversion liée à une carte spéciale)…
La vue des scores une fois la partie terminée donne un aperçu des ressentiments des joueurs : nous
sommes deux à égalité parfaite (Philippe et moi), alors que Gérard est à un case ! Quant à Christian, il est bien le seul à n’avoir aucun regret…
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’utilisation des dés qui n’est pas dédiée au hasard
– Les diverses possibilités de jouer : miser sur les souks, miser sur le caravansérail, déplacer l’intendant ou non, …
– Être en mesure de gêner ses adversaires en prenant les dés dont ils auraient besoin

On a moins aimé
– Le manque de chance si les lots que vous obtenez, lorsque vous êtes premier joueur, ne vous aident pas autant que lorsque vos adversaires sont premiers joueurs
– Les scores qui se jouent, en tout cas ce soir, dans un mouchoir de poche !

Scores de la partie :

 

 

Philippe (rouge) : 65 (18+19+28)
Christian (bleu) : 37 (4+16+17)
Gérard (jaune) : 64 (15+22+27)
Ludo le gars (vert) : 65 (5+26+34)

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20

———————————————————————————————————————————————–

EINFACH TIERISCH X 4 :

Einfach Tierisch est un jeu d’enchères, simplissime mais fort tendu, qui me semblait
convenir parfaitement pour clore notre petite soirée ludique avec le père et son ami. En effet, gérer sa main de cartes afin d’en acheter d’autres plus ou moins lucratives, sans
terminer le plus pauvre, donne un cocktail détonnant et très plaisant pour ceux qui aiment les envolées…
En fin de première partie, les cartes acquis par chacun sont fort nombreuses, ce sera
d’ailleurs la seule fois de toute la soirée. Petite précision : nous décrétons la fin de partie lorsque 4 cartes spéciales sont sorties sur les 6 du jeu (et non pas lorsque
sont sorties les 4 à fond bleu)…
L’une des grosses enchères de la deuxième partie : j’achète la carte 9 pour 37 alors que
Philippe en proposait 35. Nous verrons que je n’ai pas eu tort…
Fin de partie ! Incroyable mais vrai : une seule carte positive a été vendue et c’est
justement la n° 9 que j’ai acquis peu avant et comme Christian a dépensé 45, je ne suis pas éliminé !
La troisième partie est saisissante : Christian n’achète plus rien du tout, lui qui avait
été éliminé lors des deux premières. Du coup, cela fait beaucoup rire Philippe, lequel se plaint aussi que mon père et moi squattions les cartes proposées…
Mes cartes acquises en fin de troisième partie : 5 points au final, mais tout un ensemble
d’effets (une carte croix noire qui élimine mon 1 acheté au cas où, une carte -5 qui me pénalise).
La quatrième partie (et oui, quand même !) se déroule de manière bien tendue, comme en
témoigne cette photo prise au moment où Gérard et Philippe se tirent la bourre pour acheter une belle grosse carte. Sur la droite, on peut voir que mon seul butin est la croix noire
et que je vais devoir, donc, défausser ma prochaine carte positive achetée…
Fin de la quatrième partie et mon butin est réjouissant, si l’on excepte ma légitime
frustration d’avoir dû défausser ma carte 9 chèrement acquise. En même temps, comme mes petits camarades ne comptaient pas me laisser acheter pas cher une carte même faible, je l’ai
payée le même prix qu’une autre et je les en ai privés…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La tension des parties et leur rapidité éclair
– Le moment où l’on fait une bonne affaire : une carte 4, 5 ou même 6, peu attractive à priori, mais qui peut peser lourd si le jeu ne dure pas trop

On a moins aimé
– La rapidité éclair des parties qui peut être frustrante
– Le manque de thème du jeu
.

Scores de la partie :

 

 

 

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Partie 4

Philippe

10

0

9

8

Christian

14

0

0

8

Gérard

9

0

12

10

Ludo le gars

8

9

5

13

Note du jeu sur ces 4 parties : 16 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 + = dix