[04/06/2016] Signorie

Ca y est, nous avons enfin découvert Signorie, lequel traînait sur mes étagères depuis Essen. Il faut dire qu’il y a tellement de jeux qui sortent, surtout dans la gamme complexe dans laquelle se trouve Signorie, qu’il est bien difficile de jouer à tous rapidement. Pour celui-ci, donc, je tiens à remercier chaleureusement Damien, alias Alendar, pour sa lecture attentive de la règle (sa préparation devrais-je dire !), surtout qu’il s’y est collé par trois fois depuis cet hiver !!! Merci donc à lui et je vous relate maintenant cette partie de découverte plutôt ardue…

SIGNORIE

Je ne suis pas hyper fan de la couv' de la boîte, mais bon, ça passe. En tout cas, le jeu se situe à la Renaissance, en Italie, au cœur des combines des nobles, entre familles riches, mariages arrangés et autres diplomates renommés...
Je ne suis pas hyper fan de la couv’ de la boîte, mais bon, ça passe. En tout cas, le jeu se situe à la Renaissance, en Italie, au cœur des combines des nobles, entre familles riches, mariages arrangés et autres diplomates renommés…
Il y a du matos, c'est clair, et le jeu n'est vraiment pas aisé à prendre en main... Alors, sur la gauche, on a les 4 emplacements avec les hommes et les femmes des joueurs (violet : Damien, bleu : moi-même, jaune : Valérie, rouge : Yannick) ainsi que les dés qui viennent d'être jetés et classés par couleur (rien à avoir avec celles des joueurs, elles correspondent à des types d'actions réalisables) et deux pistes avec des tuiles (en haut, celle des actions de lettres de changes, associées aux couleurs des dés ; en bas, celle des manches au total de 7, avec le bonus qu'on peut espérer remporter. Au centre, on a une carte de l'Italie, avec 5 villes principales renfermant à chaque fois 2 tuiles de familles (parmi 6), ainsi que deux pistes de 4 cases numérotées de 1 à 4 (pour accueillir les femmes qui se marient et les diplomates). A droite, enfin, on a la piste de connaissances (livre) et, plus à droite, les pistes de progrès en fonction des formations que nos diplomates peuvent recevoir (politique, religieux et militaire).
Il y a du matos, c’est clair, et le jeu n’est vraiment pas aisé à prendre en main…
Alors, sur la gauche, on a les 4 emplacements avec les hommes et les femmes des joueurs (violet : Damien, bleu : moi-même, jaune : Valérie, rouge : Yannick) ainsi que les dés qui viennent d’être jetés et classés par couleur (rien à avoir avec celles des joueurs, elles correspondent à des types d’actions réalisables) et deux pistes avec des tuiles (en haut, celle des actions de lettres de changes, associées aux couleurs des dés ; en bas, celle des manches au total de 7, avec le bonus qu’on peut espérer remporter.
Au centre, on a une carte de l’Italie, avec 5 villes principales renfermant à chaque fois 2 tuiles de familles (parmi 6), ainsi que deux pistes de 4 cases numérotées de 1 à 4 (pour accueillir les femmes qui se marient et les diplomates).
A droite, enfin, on a la piste de connaissances (livre) et, plus à droite, les pistes de progrès en fonction des formations que nos diplomates peuvent recevoir (politique, religieux et militaire).
Et ce n'est pas tout... En effet, chaque joueur dispose d'un plateau individuel sur lequel il va comptabiliser de multiples informations. A gauche, on voit que mon chef de famille est marié (en haut avec l'icône de femme qui l'accompagne), et que sa descendance n'attend que ça. Au milieu, on a les 5 colonnes associées aux couleurs des dés (types d'actions). Un espace, en haut, vise à accueillir un dé (on n'en prend que 4 par manche sur les 5) et, juste à côté, on trouve un résumé des actions disponibles (sachant qu'on n'en fait qu'une seule !). En dessous, on a à chaque fois 3 espaces pour accueillir un assistant (placement d'un jeton blanc contre un paiement). Par la suite, à chaque fois qu'on choisira un dé d'une couleur donnée, on profitera aussi des actions de chacun de nos assistants associés à cette couleur (on se développe en quelque sorte). Enfin, à droite, on trouve nos objectifs de familles, à savoir que, par exemple, j'aspire à récupérer deux blasons jaune/noir, un autre avec zigzag bleu et un autre avec boules rouges, le tout avec des diplomates du type indiqué (ici : la politique), envoyés dans les villes qui les proposent. Ça paraît compliqué ? Ça l'est !!!
Et ce n’est pas tout… En effet, chaque joueur dispose d’un plateau individuel sur lequel il va comptabiliser de multiples informations.
A gauche, on voit que mon chef de famille est marié (en haut avec l’icône de femme qui l’accompagne), et que sa descendance n’attend que ça.
Au milieu, on a les 5 colonnes associées aux couleurs des dés (types d’actions). Un espace, en haut, vise à accueillir un dé (on n’en prend que 4 par manche sur les 5) et, juste à côté, on trouve un résumé des actions disponibles (sachant qu’on n’en fait qu’une seule !). En dessous, on a à chaque fois 3 espaces pour accueillir un assistant (placement d’un jeton blanc contre un paiement). Par la suite, à chaque fois qu’on choisira un dé d’une couleur donnée, on profitera aussi des actions de chacun de nos assistants associés à cette couleur (on se développe en quelque sorte).
Enfin, à droite, on trouve nos objectifs de familles, à savoir que, par exemple, j’aspire à récupérer deux blasons jaune/noir, un autre avec zigzag bleu et un autre avec boules rouges, le tout avec des diplomates du type indiqué (ici : la politique), envoyés dans les villes qui les proposent. Ça paraît compliqué ? Ça l’est !!!
Allez, passons aux exemples concrets de notre partie de ce jour. Ci-dessus, pour mon premier tour de la première manche, j'opte pour un dé violet de valeur 3. Comme il est au moins égal à la valeur indiqué sur la case du dé sur mon plateau, il ne me coûte rien. Si le dé avait été, par exemple, de valeur 1, j'aurais dû payer 3-1 = 2 pièces. Ce dé m'offre la possibilité de réaliser une action parmi les suivantes : lettres de change (sur le plateau principal) ou naissance (1 dé par femme mariée de mon plateau, donc 1 pour le moment) ou placer un assistant sur une case de la piste rouge (en en payant le coût). C'est cette dernière option que je retiens et je paie donc 3 sous pour placer un jeton blanc qui me permettra d'avoir une naissance de plus à chaque fois que je prendrai un dé rouge. Compris ?
Allez, passons aux exemples concrets de notre partie de ce jour. Ci-dessus, pour mon premier tour de la première manche, j’opte pour un dé violet de valeur 3. Comme il est au moins égal à la valeur indiqué sur la case du dé sur mon plateau, il ne me coûte rien. Si le dé avait été, par exemple, de valeur 1, j’aurais dû payer 3-1 = 2 pièces. Ce dé m’offre la possibilité de réaliser une action parmi les suivantes : lettres de change (sur le plateau principal) ou naissance (1 dé par femme mariée de mon plateau, donc 1 pour le moment) ou placer un assistant sur une case de la piste rouge (en en payant le coût). C’est cette dernière option que je retiens et je paie donc 3 sous pour placer un jeton blanc qui me permettra d’avoir une naissance de plus à chaque fois que je prendrai un dé rouge. Compris ?
Vue générale du plateau en fin de première manche. Il est normal qu'il reste encore 4 dés puisque nous n'en prenons que 4 chacun en tout. Pour le moment, seul Damien a marié une de ses femmes, ce qui lui a permis d'empocher une tuile de famille, placée à côté de sa ligne d'objectifs de familles liés aux femmes mariées (voir à côté de son plateau en haut à droite). Ce faisant, il a dû payer la dote, laquelle correspond au moins à la valeur de la case où la femme est placée (ici 1), et en contrepartie il a empoché 2 PV par sous versé.
Vue générale du plateau en fin de première manche. Il est normal qu’il reste encore 4 dés puisque nous n’en prenons que 4 chacun en tout. Pour le moment, seul Damien a marié une de ses femmes, ce qui lui a permis d’empocher une tuile de famille, placée à côté de sa ligne d’objectifs de familles liés aux femmes mariées (voir à côté de son plateau en haut à droite). Ce faisant, il a dû payer la dote, laquelle correspond au moins à la valeur de la case où la femme est placée (ici 1), et en contrepartie il a empoché 2 PV par sous versé.
Voici mon plateau individuel en fin de première manche, alors que j'ai choisi de placer en tout trois assistants, deux d'entre eux me rapportant des points sur la piste de connaissances (livres), laquelle correspond à une piste d'initiative pour l'ordre du tour et qui rapporte également des PV en fin de chaque manche, même si le marqueur est remis à 0 : à faire progresser à chaque fois donc. A noter que j'ai obtenu un total de dés de 13, ce qui correspond au maximum autorisé pour profiter du bonus de fin de manche. Du coup, j'ai pu marier mon premier fils, ce qui va permettre de poursuivre dans ma stratégie de naissances.
Voici mon plateau individuel en fin de première manche, alors que j’ai choisi de placer en tout trois assistants, deux d’entre eux me rapportant des points sur la piste de connaissances (livres), laquelle correspond à une piste d’initiative pour l’ordre du tour et qui rapporte également des PV en fin de chaque manche, même si le marqueur est remis à 0 : à faire progresser à chaque fois donc. A noter que j’ai obtenu un total de dés de 13, ce qui correspond au maximum autorisé pour profiter du bonus de fin de manche. Du coup, j’ai pu marier mon premier fils, ce qui va permettre de poursuivre dans ma stratégie de naissances.
Lors de la deuxième manche, je choisis un dé jaune pour réaliser l'action Hommes de la lettres de changes : j'en défausse deux, lesquels vont me donner la possibilité d'obtenir le bonus de fin de manche, même si j'atteins 19 en total de dés.
Lors de la deuxième manche, je choisis un dé jaune pour réaliser l’action Hommes de la lettres de changes : j’en défausse deux, lesquels vont me donner la possibilité d’obtenir le bonus de fin de manche, même si j’atteins 19 en total de dés.
Le moins que l'on puisse dire c'est que le jeu fait réfléchir !!! En fait, il semble ne pas pardonner grand chose, à la manière d'un Mombasa par exemple, je dirais même qu'il est plus technique et plus exigeant. C'est dire...
Le moins que l’on puisse dire c’est que le jeu fait réfléchir !!! En fait, il semble ne pas pardonner grand chose, à la manière d’un Mombasa par exemple, je dirais même qu’il est plus technique et plus exigeant. C’est dire…
Fin de la deuxième manche. On notera surtout les progressions phénoménales, à droite, sur les pistes de formation de nos diplomates. Comment a-t-on fait ? Tout simplement en prenant une des actions qui permet de faire avancer sur telle ou telle piste, sachant qu'il y a mille et une manière d'y parvenir. Le rôle de ses diplomates sera d'aller sur les villes (comme le jaune qui a été placé sur une ville en haut à gauche) pour y collecter un jeton de famille et des PV (autant que la valeur de la case d'où il est parti = son niveau de formation).
Fin de la deuxième manche. On notera surtout les progressions phénoménales, à droite, sur les pistes de formation de nos diplomates. Comment a-t-on fait ? Tout simplement en prenant une des actions qui permet de faire avancer sur telle ou telle piste, sachant qu’il y a mille et une manière d’y parvenir. Le rôle de ses diplomates sera d’aller sur les villes (comme le jaune qui a été placé sur une ville en haut à gauche) pour y collecter un jeton de famille et des PV (autant que la valeur de la case d’où il est parti = son niveau de formation).
Voici mon plateau au même moment, en fin de deuxième manche donc. Je n'ai ajouté qu'un assistant (ce qui est trop peu, mais je m'en rendrai compte plus tard) et réussi à avoir le bonus, tout en ayant glané une tuile de famille "neutre" laquelle a pu être placée en face de n'importe quelle ligne.
Voici mon plateau au même moment, en fin de deuxième manche donc. Je n’ai ajouté qu’un assistant (ce qui est trop peu, mais je m’en rendrai compte plus tard) et réussi à avoir le bonus, tout en ayant glané une tuile de famille « neutre » laquelle a pu être placée en face de n’importe quelle ligne.
Fin de la troisième manche et les places se remplissent pas mal dans les villes. Sur la piste de scores, je trompe mon monde en caracolant en tête, mais, en fait, je prends un retard non négligeable sur mes camarades sur deux axes essentiels : la formation de mes diplomates et la pose d'assistants.
Fin de la troisième manche et les places se remplissent pas mal dans les villes. Sur la piste de scores, je trompe mon monde en caracolant en tête, mais, en fait, je prends un retard non négligeable sur mes camarades sur deux axes essentiels : la formation de mes diplomates et la pose d’assistants.
Pas de nouveau assistant lors de cette troisième manche et, ça, franchement, c'est pas top...
Pas de nouveau assistant lors de cette troisième manche et, ça, franchement, c’est pas top…
Nous sommes au cœur de la quatrième manche et il semble que ces deux gars-là soient les mieux partis, en tout cas sur le long terme...
Nous sommes au cœur de la quatrième manche et il semble que ces deux gars-là soient les mieux partis, en tout cas sur le long terme…
Fin de la quatrième manche.
Fin de la quatrième manche.
Un seul assistant ajouté à mon plateau, ce qui est encore trop peu. Certes, je compense par quelques bonnes choses ailleurs (piste de connaissances par exemple), mais c'est malvenu quand même. Sur la droite, grâce au placement de ma troisième tuile sur une même ligne, je valide le fait qu'elles me seront comptées à la fin.
Un seul assistant ajouté à mon plateau, ce qui est encore trop peu. Certes, je compense par quelques bonnes choses ailleurs (piste de connaissances par exemple), mais c’est malvenu quand même. Sur la droite, grâce au placement de ma troisième tuile sur une même ligne, je valide le fait qu’elles me seront comptées à la fin.
Fin de la cinquième manche... ou presque ! En effet, le bonus de fin de manche, obtenu d'ailleurs par tout le monde, nous autorise à jouer encore un dé chacun, après avoir vidé son plateau. Ce dé supplémentaire doit être pris parmi ceux restants de la manche. Ah, autre chose : au niveau des scores, ça y est, plus de mystère, je suis largué ! :-(
Fin de la cinquième manche… ou presque ! En effet, le bonus de fin de manche, obtenu d’ailleurs par tout le monde, nous autorise à jouer encore un dé chacun, après avoir vidé son plateau. Ce dé supplémentaire doit être pris parmi ceux restants de la manche. Ah, autre chose : au niveau des scores, ça y est, plus de mystère, je suis largué ! 🙁
Mon plateau en fin de cinquième manche, juste avant qu'on joue notre 5ème action.
Mon plateau en fin de cinquième manche, juste avant qu’on joue notre 5ème action.
J'utilise l'action bonus pour prendre un dé jaune de valeur 2....
J’utilise l’action bonus pour prendre un dé jaune de valeur 2….
Valérie, au cœur de la sixième et avant-dernière manche...
Valérie, au cœur de la sixième et avant-dernière manche…
Les deux tuiles bonus qui restent vont m'être fatales : 2PV par assistant posé (je suis à la rue) puis 2PV par diplomate posé (idem). Sans compter que, comme je manque assez souvent d'argent, je ne suis même pas sûr de pouvoir payer deux fois 5 pièces pour empocher 10PV. Bon, ça ne sera clairement pas ma partie...
Les deux tuiles bonus qui restent vont m’être fatales : 2PV par assistant posé (je suis à la rue) puis 2PV par diplomate posé (idem). Sans compter que, comme je manque assez souvent d’argent, je ne suis même pas sûr de pouvoir payer deux fois 5 pièces pour empocher 10PV. Bon, ça ne sera clairement pas ma partie…
Fin de la sixième manche, avec quasiment plus aucune place dans les villes... Les scores sont complètement étalés à présent (de 136 pour Damien à 98 pour moi).
Fin de la sixième manche, avec quasiment plus aucune place dans les villes… Les scores sont complètement étalés à présent (de 136 pour Damien à 98 pour moi).
Mon plateau en fin de sixième manche. Ouf, au moins j'ai réussi à faire deux lignes d'objectifs, c'est déjà ça...
Mon plateau en fin de sixième manche. Ouf, au moins j’ai réussi à faire deux lignes d’objectifs, c’est déjà ça…
Et voici la situation finale juste avant l'ajout des quelques PV liés aux tuiles d'objectifs de famille et ceux liés aux diplomates formés et non placés dans les villes.
Et voici la situation finale juste avant l’ajout des quelques PV liés aux tuiles d’objectifs de famille et ceux liés aux diplomates formés et non placés dans les villes.
Les éléments de Valérie...
Les éléments de Valérie…
Ceux de Yannick...
Ceux de Yannick…
Ceux de Damien...
Ceux de Damien…
Les miens...
Les miens…

Durée de la partie : 3 heures et 30 minutes – Note de cette partie : 14 / 20

Scores :

Piste Tuiles de familles Diplomates en formation Total
Valérie (jaune) 155 15 2 172
Yannick (rouge) 178 30 5 213
Alendar (violet) 179 36 2 217
Ludo le gars (bleu) 122 29 6 157

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’utilisation assez novatrice des dés et aussi le coût lié à leur prise,
– Les possibilités de développement lors d’une partie,
– Le renouvellement inimaginable lié au fait que toutes les tuiles sont placées au hasard à chaque manche (tuiles de lettres de changes) et avec la défausse de certaines (tuiles de manches) !
– Les scores à la fois serrés pour les deux premiers et suffisamment étalés pour l’ensemble des joueurs.

On a moins aimé
– Comme pour Mombasa, mais en pire même, le côté « un peu too much » du jeu,
– Le côté « ça ne pardonne pas » : là encore, ce jeu fait souffrir et on peut se vautrer dans les grandes largeurs sans savoir comment revenir dans le coup,
– L’impression qu’on est quand même fichtrement tributaires des dés et que le hasard, donc, est bel et bien violent, même si l’on croit influer sur lui (en tout cas on y met de l’énergie mentale)…
– La durée de cette partie, surtout que le jeu fait mal à la tête…

————————————————————————————————————

Une réponse à “[04/06/2016] Signorie”

  1. Pas de quoi pour le dégraissage des règles: pour une fois que ce n’est pas toi qui t’y colle 😉

    Totalement d’accord avec toi, le jeu est très exigeant, et les différentes combinaisons offertes sont impressionnantes (même si pour une fois, je m’en sors sans mal de tête, ayant bien dormi la veille!): il est super important de bien planifier ses actions, même si on n’est jamais certain que le hasard ne brisera pas notre stratégie, ni qu’un vilain adversaire ne s’emparera pas du dé convoité (c’est le jeu ma pauvre Lucette)! Sur ce dernier point, il y a véritablement de la gestion de priorités, et un peu de prise de risque.

    Mais ce n’est pas qu’un jeu stratégique (on cherche tout de même à bien se préparer en vue des deux derniers bonus de fin de tour, source de points de victoire sur laquelle il semble délicat de faire l’impasse), c’est également un jeu d’opportunisme (tiens, une tuile d’alliance 5 qui sort au tirage, envoyons nos filles séduire ces prétendants, même si on avait prévu autre chose à la base), et d’adaptation.

    L’acquisition d’assistants semble primordial, sous peine de prendre un retard conséquent en seconde moitié de partie: on privilégiera donc, probablement, les bonus rapportant de l’argent, car c’est tout de même le nerf de la guerre (la progéniture semblant tout de même plus facile à acquérir, à partir du moment où on ne rate pas les bonus de fin de tour).

    Bref, je commence à un peu trop m’étaler, et je crains de ne pas être lu ( 🙂 ): en résumé, un bon jeu, exigeant, un peu long (même si on ne voit pas vraiment le temps passer, un tour de moins ne ferait pas de mal, et je crois qu’il y a une variante là-dessus), et qui appel une nouvelle partie! Une bien belle découverte!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 2 = quatre