[04/12/2009] Cable Car X 2

Je ne joue pas aussi souvent que je l’escompterais et, du coup, je suis toujours chaud bouillant au moment de m’y mettre ! Limite, je ne tiens pas en place… Ce soir, une nouveauté d’Essen qui n’en est qu’à moitié une puisque le jeu est en fait une réédition d’un jeu sorti en 2000, Metro, réhaussé d’une variante boursière pas piquée des hannetons ! Dans Cable Car, au lieu de posséder une compagnie à sa couleur, on investit dans des actions de chaque compagnie. L’idée est bonne, évidemment, cela se sent bien, mais au final c’est la première version, plus fluide, qui aura le plus de succès ce soir… Ah, oui, j’allais oublier : on a essayé les deux versions, car le jeu propose les deux niveaux de règles, alors pourquoi se priver ?

CABLE CAR :


Très grosse boîte (trop ? certainement…) pour cette version améliorée de Métro, initialement paru dans une boîte de moitié de taille. Notre première partie se jouera à 3 avec une
compagnie chacun à développer : la orange pour Béatrice, la bleue pour Blandine et la jaune pour moi…
Après un tour de jeu, on a chacun posé une tuile de voies, sachant qu’obligation est faite de placer sa tuile contre le bord du plateau ou contre une tuile déjà posée, sachant
qu’il est interdit de réaliser une boucle d’un wagon à une gare en une seule tuile…

.


L’idée est de créer un réseau le plus tortueux possible pour soi, car un point sera marqué par tronçon. Ici, à partir de mon wagon jaune, j’ai déjà 3 points et ce n’est pas fini,
sauf si la tuile suivant ramène mon réseau à une gare du plateau…

Première compagnie à marquer des points, la orange de Béatrice que je fais boucler sur deux tuiles et marquer deux points. A noter que si l’on relie le centre du plateau, où figure
la Power Station, les points seront doublés…

Ca, c’est du bon réseau jaune ! Avec 13 points en seulement 6 tuiles, c’est de l’optimisation majeure…

On a opté pour la possibilité de placer les tuiles sans tenir compte de l’orientation des toits et cela s’avère réellement obligatoire pour ne pas être victime d’une contrainte
inutile…

La fameuse Power Station, placée au centre du plateau. Lorsque des réseaux s’en approchent, il semble que les autres joueurs tentent soit de faire bifurquer les voies pour les
en éloigner, soit de faire boucler la Power Station sur elle-même (interdisant ainsi toute entrée de réseau). Jeu vicieux…


Blandine cogite à son meilleur coup, alors que le jeu n’est pas encore très développé. Ceci dit, avec seulement 3 wagons décomptés, contre 4 pour sa maman, elle se dit qu’elle a
encore du potentiel. En ce qui me concerne, je n’en ai qu’un seul de décompté et je suis en tête au score. Utile l’optimisation de chaque réseau…

La partie va arriver à son terme, avec une dernière tuile à placer chacun et une gare centrale déjà reliée plusieurs fois. Je possède une confortable avance, surtout que Béatrice
n’a plus de réseau à décompter. Seule Blandine peut espérer revenir un peu…

La partie est terminée et Blandine aura réussi à rejoindre le score de Béatrice. En fait, c’est cette dernière qui lui donna les points pour cela en plaçant sa dernière tuile
qu’elle aurait pu (dû ?) orienter différemment…
Bilan synthétique :On a aimé
– Le côté vraiment vicieux du jeu, car on peut sans scrupule aller gêner ses petits camarades,
– Le matériel proposé, très sympathique à manipuler,
– La rapidité de la partie et les objectifs finalement assez simples à appréhender
.

 

On a moins aimé
– Le côté « je peux attaquer qui je veux même arbitrairement », en lui réduisant systématiquement ses réseaux à 2 ou 3 tuiles. Potentiellement frustrant…
– L’impossibilité de vraiment prévoir ce qu’il adviendra des réseaux déjà en place et qui ne sont pas terminés au 2/3 du jeu : tout le monde les allonge sans mesurer vraiment ce
qu’il fait,
– La difficile lisibilité du plateau en cours de partie.

Scores de la partie : 

Béatrice (orange) : 60
Blandine (bleu) : 60
Ludo le gars (jaune) : 90

Note du jeu (sur cette partie
) : 14 / 20

 

Durée de la partie : 45 minutes

 

 

———————————————————————————————————————————————– 

 

CABLE CAR :


Avec la règle avancée, on a 4 cartes de titres dans les compagnies, sachant que les 8 sont en jeu. On a une carte de 40%, une de 30%, une de 20% et une de 10%. En ce qui me
concerne, j’ai eu deux cartes bleues, une marron et une jaune. Ensuite, à son tour, au lieu d’ajouter une tuile de voies, on peut échanger une de ses cartes contre une de même
valeur, soit celle qui est visible, soit la première face cachée. On place la sienne face cachée sous la pile…
Un tour de jeu plein a eu lieu et je n’ai pas encore réalisé ce que je pense faire rapidement : remplacer ma carte 30% bleue contre une autre car, avec 70% de titres bleus, je
pense que c’est inutile. Sur le plateau, comme les titres vont tourner, on a vraiment du mal à savoir quoi jouer. En ce qui me concerne, je pars du principe que je vais pénaliser
les compagnies où Béatrice et Blandine ont 40%, car au moins, ça, c’est rentable de manière quasi-certaine…

Avec le remplacement de ma carte 30% bleue par la 30% violette, je suis leader dans ces deux couleurs…

Blandine oriente sa tuile afin de la placer de manière utile pour elle. A noter qu’on peut changer de titres tant qu’aucune compagnie n’a atteint ou dépassé 25 points sur la
piste…

Et voilà, alors que je viens de changer deux fois d’affilée de carte 30%, à la recherche de la carte orange pour avoir des intérêts communs avec mes deux adversaires, Béatrice vient
de relier la gare centrale avec le réseau orange. Résultat : la compagnie orange marque 36 points d’un coup ! Ouf, j’ai eu la carte orange juste avant…

La partie progresse et je vois maintenant assez bien comment faire : je maximise mes 4 réseaux bleus (je suis le seul à avoir cet intéreêt, Béatrice n’ayant que 10% dessus), tout en
profitant des progrès oranges de Béatrice et en espérant une semi-alliance avec Blandine sur le marron (elle est le leader dessus et moi j’ai 20%)…

Il ne reste plus qu’un tour et je couine car, au lieu de tenter de faire atteindre la gare centrale avec le marron, Blandine passe beaucoup de temps à faire boucler la gare
centrale sur elle-même, interdisant presqu’inévitablement que nous remontions sur Béatrice…


La partie s’achève et c’est bien orange qui est la compagnie la mieux développée. Je ne suis pas mécontent d’avoir réussi à placer bleu en seconde position. Par contre, je suis
assez dépité de voir que marron n’est pas plus haut placé, alors que nous étions deux à avoir intérêt à ça…

Béatrice possède 40% orange, 30% rouge, 20% jaune et 10% bleu…

Blandine possède 40% vert, 30% marron, 20% orange et 10% rouge…

Je possède 40% bleu, 30¨% orange, 20% marron et 10% jaune. Mon problème : je ne suis leader que dans une couleur (la bleue), alors que Béatrice l’est dans 3 et Blandine dans 2…
Reste à voir ce que donneront ces bonus de 10% sur le score des compagnies pour le leader, mais j’ai un peu peur (une fois le décompte effectué, on verra que je me trompe)…

Pour calculer le score de chacun, on attribue une valeur de 8 pour la compagnie la plus en avance (la orange donc), 7 pour la seconde (la bleue), 6 pour la suivante, etc… Ensuite,
chacun multiplie la dizaine de son pourcentage de titres par cette valeur. Exemple : avec 40% orange, Béatrice marque : 4X8 = 32 points pour cette compagnie. Alors ?
Bilan synthétique :On a aimé
– Le côté boursicoteur de cette version du jeu, où il faut souvent essayer de se placer au moins un peu sur les intérêts des autres (orange), tout en optimisant un des siens que
les autres n’ont que peu (bleu),
– L’impossibilité, au moins jusqu’au 25 premiers points mais même ensuite car les intérêts sont souvent croisés, d’attaquer vraiment un joueur arbitrairement,
– Les mêmes points positifs que la première version
.

 

On a moins aimé
– La difficulté pour savoir quelle couleur favoriser avant les 25 points fatidiques,
– La difficulté, pour les plus jeunes, de tenir compte des % de titres dans leurs choix : du coup, ils peuvent avoir tendance à verrouiller la gare centrale pour réduire le champ
des possibles…
– Comme pour la première version, le manque de lisibilité du plateau et la difficulté pour anticiper ce qu’il advient vraiment avec la pose d’une tuile, accues encore par le fait
qu’il y a 8 compagnies en jeu.

Scores de la partie :
Béatrice : 74 (65 de dividendes + 9 de bonus)
Blandine : 52 (49 de dividendes + 3 de bonus)
Ludo le gars : 70 (66 de dividendes + 4 de bonus)

Note du jeu (sur cette partie) : 14 / 20

 

Durée de la partie : 45 minutes

 

 

———————————————————————————————————————————————–

9 commentaires à propos de “[04/12/2009] Cable Car X 2”

  1. …. »chaud bouillant… »,??  je me demande d’où peut venir cette expression!
     Mais enfin je suppute que dans les moments extrêmes du jeu on peut employer cette expression !

  2. Bonjour,

    Je viens d’acheter le jeu après lecture de votre article.

    Par contre, à l’ouverture pas de règles en français !

    Y aurait il un site où trouver les règles ?

    Merci pour votre aide!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 × trois =