[05/04/2021] Airship City

En ce lundi de Pâques à la maison, nous allons nous lancer dans la découverte d’un jeu asiatique qui vient d’être localisé en français par l’éditeur qui fait un super job actuellement, à savoir Funforge !
Ce jeu, baptisé Airship City, nous emmène dans le ciel, dans les nuages, au sein d’une cité volante, dans laquelle nous allons créer des aéronefs de plus en plus sophistiqués et les offrir, le plus souvent, à la cité. Un thème un peu onirique, à la Solenia ou My City, un poil fantoche quand même, avec des mécaniques plutôt attractives, inspirées de Istanbul ou Die Händler von Genua, pour le déclenchement des actions, et de Ulm, pour le décalage des tuiles à la manière d’un jeu de taquin.
Lire la règle et l’expliquer ne fut pas trop complexe, par contre le jeu en lui-même paraît tellement ouvert qu’on ne sait pas trop par où le prendre… Mais c’est plutôt bon signe ça !
Allez, bonne lecture de ce compte-rendu fleuve agrémenté de 37 photos en situation de partie !!! N’hésitez pas à réagir en commentaires, c’est toujours très agréable…

AIRSHIP CITY

Leila est très impatiente de découvrir ce nouveau jeu, encore une fois produit par l’éditeur Funforge !
Le jeu est mis en place de la manière suivante : les 16 tuiles de terrains sont disposées aléatoirement pour former un carré de 4 par 4, puis nos deux aéronefs personnels (orange pour Leila, rouge pour Julie et vert pour moi) sont positionnés à l’aéroport.
Deux plateaux additionnels sont placés à proximité :
– Celui de gauche renferme les aéronefs constructibles (ils sont 9, répartis en 3 séries : bois, aluminium et un mix des deux). A noter qu’on peut décider d’offrir les aéronefs à la ville, ce qui nous rapportera des PV et nous fera concourir pour des majorités sur lesquelles je reviendrai. En bas se trouvent les structures qu’on peut ériger pour la ville.
– Celui de droite indique le prix de vente des aéronefs qu’on décide de construire pour être vendus (mais pas les touristiques), ainsi que la piste des manches et des PV + le décompte final tout en bas.
Au premier plan, on place un étalage de 5 tuiles de contrats.
Chaque joueur, enfin, récupère un plateau personnel sur lequel il va stocker ses ressources (bois, aluminium et or) ainsi que son niveau de propulsion (engrenage).
Au milieu, chaque type de ressources dispose d’une tuile de bonus qui pourra être récupérée (en libérant de l’espace de stockage en-dessous) en payant le coût indiqué.
Sur la droite, on trouve trois emplacements visant à accueillir des tuiles de compétences qui seront empochées lorsque l’on aura construit et offert à la ville trois aéronefs du même type.
La partie peut à présent débuter avec un tour de jeu ultra simple à intégrer : à son tour, on déplace un premier aéronef sur une case adjacente puis on réalise, si on le souhaite, l’action de la case, et, enfin, on fait de même avec l’autre. A noter que, comme on ne peut pas regrouper nos aéronefs sur la même case (sauf l’aéroport), on peut aller plus loin si cela se présentait : autrement dit, on peut organiser quelques jolies combos pour se déplacer à plus d’une case !
Petite vue en fin de premier tour, après que Julie, en tant que première joueuse, puis moi, puis Leila avons déplacé nos deux aéronefs.
Une dernière précision non négligeable : à son tour, moyennant le paiement d’une unité de propulsion, on peut décaler toute une ligne ou une colonne, à la manière d’un jeu du taquin, un peu comme dans le jeu Ulm… Ça booste encore les possibilités !!!
Petite vue de mon plateau au même moment, avant d’attaquer le deuxième tour de jeu…
En plaçant un aéronef sur la case de l’atelier, je vais pouvoir réaliser une construction d’aéronef…
Celui que je décide de construire est un dirigeable touristique qui requiert le paiement de 2 bois +2 aluminium + 2 propulsion.
J’opte pour l’offrir à la ville, ce qui me rapporte 1 PV et m’autorise le placement d’un marqueur de don + un autre sur la case de majorité de dons pour ce type et ce niveau d’aéronefs.
A présent, je profite d’une réduction d’un or lorsque je veux construire une des tuiles bonus de mon plateau.
Après 4 manches, nous terminons la première phase de la partie, sur les 5 prévues (soit un maximum de 20 manches en tout).
Vous noterez que le décalage de lignes et de colonnes s’est opéré plusieurs fois… et que ce n’est pas facile, du coup, de réfléchir vraiment pendant le tour des autres !
Petite vue des plateaux annexes au même moment. On notera que Julie a construit et donné un aéronef en bois, tandis que j’en ai réalisé deux en mix et que Leila n’est pas encore allée sur cet axe de jeu…
Je suis quasiment à la rue au niveau de mes ressources, mais, au moins, j’ai finalisé une tuile de bonus : celle du bois.
Alors, petite explication : je l’ai placée à côté de mon plateau, libérant des cases pour stocker plus de bois. Mais, également, cette tuile, retournée, m’a rapporté 3 PV, m’a fait retourner une tuile de terrain sur sa face développée et, à partir de maintenant, j’aurai un bonus d’un bois quand je réaliserai l’action d’une tuile développée qui donne du bois (typiquement une forêt ou une vallée)…
Pour Leila, jouer à ce jeu le lundi de Pâques offre pas mal d’avantages… 😉
Yes ! Je viens de placer un troisième marqueur de don sur les dirigeables touristiques de niveau 1, ce qui m’offre la tuile de compétence en lien sur mon plateau (voir ci-dessous). De plus, comme j’ai construit au moins deux dirigeables de ce type, j’ai le droit, à présent, de construire ceux du niveau 2 (mais qu’ils sont chers !)…
Voilà où se place ma tuile de compétence acquise : j’aurai droit, une fois par phase, de profiter de son petit pouvoir : échanger une unité d’une ressource contre une autre.
Ça combote…
Fin de la deuxième phase…
Les plateaux annexes se remplissent petit à petit, mais Leila n’a toujours pas construit le moindre aéronef ! En fait, elle base sa stratégie sur l’acquisition et la réalisation de tuiles de contrats. Julie en fait aussi, mais moins, ce qui lui permet de panacher sa stratégie…
Ça va mieux… mais je n’ai réalisé aucun contrat pour ma part ! On ne peut pas tout faire, soyons clairs…
Deux photos pour illustrer ce tour de jeu que je viens de réaliser : mon but est de construire une première structure, mais il me faut plus de propulsion pour pouvoir décaler des lignes / colonnes afin d’atteindre la tuile de bureau d’architecte sur laquelle je dois me rendre…
En allant sur une tuile d’usine, je récupère deux propulsions et peux, ensuite, aller sur le bureau d’architecte devenu accessible !
Suite de l’enchaînement précédent…
Contre le paiement de 10 bois + 6 ors, je construis le parc et l’offre à la ville, pour un gain de 5 PV et le placement d’un marqueur de don ainsi qu’un autre pour la majorité qui ne pourra pas m’être enlevée à 3 joueurs !
Nous arrivons en fin de troisième phase et on peut dire que le jeu est bien séduisant, surtout parce qu’on ne joue pas du tout tous de la même manière et que certains objectifs paraissent inatteignables (acquisition d’autres aéronefs pour avoir plus d’actions, construction d’aéronefs de niveau 2 ou 3), ce qui laisse présager d’une bonne durée de vie du jeu !
Voici l’état du jeu en fin de troisième phase, ce qui correspond à 12 manches jouées…
Et mon plateau au même moment !
Ah, enfin ! Je viens de construire un dirigeable touristique de niveau (dirigeable dit commercial) et je l’offre, fièrement, à la ville ! Étonnant de voir que le bonus dont je vais pouvoir profiter concerne une réduction d’un or pour la guilde, à savoir celle qui permet d’acheter un troisième aéronef… Ça paraît presque tard pour s’y lancer, non ?
Et nous voici en fin de la quatrième phase…
Toujours aucun contrat pour moi, alors que, en haut à droite, vous pouvez voir que Leila en a réalisé plein et raté un seul !
Bravo Julie ! Elle vient de récupérer un troisième aéronef à la guilde, contre le paiement de 10 unités d’or… En fait, Leila et moi sommes persuadés, nos regards de connivence l’ont prouvé, qu’elle se trompe d’objectif et qu’elle aurait mieux fait de construire une structure avec cet or, ce qui aurait probablement conduit à l’une des conditions de fin de partie : trois structures, au moins, ont un marqueur de majorité ! Elle va s’en rendre compte peu après…
Leila ne va pouvoir réaliser tout de suite l’objectif de la structure de la fontaine, car il coûte quand même 10 unités d’or, mais elle s’y prépare…
Vue générale, juste avant que je fasse couiner la tablée, en allant sur le bureau d’architecte pour construire une structure très très chère : 18 bois !
Bim ! Je construis le panneau contre le paiement de 18 bois, ce qui me rapporte 4 PV, mais cela a surtout pour effet de clore la partie dès que Leila aura joué : trois structures ont, à présent, un marqueur de majorité !!!
« Arghhhh !!! Comment faire pour construire la fontaine tout de suite ??? » semble s’exclamer la demoiselle… 😉
Au final, malgré des tentatives de réflexion conjointe pour essayer la faire y parvenir, nous nous rendons qu’elle ne pourra pas construire la fontaine !
Julie ronchonne (elle n’a pas rejoué du coup !) et moi je jubile (vilain que je suis !)…
Fin de partie sur les plateaux annexes, en fin de la 19ème manche de la partie, et il va nous falloir ajouter les PV liés aux contrats réussis, soustraire les PV des contrats échoués, avant de déterminer qui empoche les récompenses finales (le plus dirigeables offerts, le plus de structures faites et le plus de contrats réalisés)…
Les éléments de Leila en fin de partie, avec une ribambelle non neutre de contrats réussis ! Par contre, avec aucun aéronef offert à la ville, ça va faire juste quand même..
Les éléments de Julie, avec un joli mix d’aéronefs construits et de contrats réalisés… Mais les deux tours finaux l’empêchent d’espérer remporter la partie car elle échoue un contrat, du coup, et n’a pas les PV liés à la fontaine…
Mes éléments… avec zéro contrat ! Je pense que ces contrats sont plutôt annexes, mais ce serait à valider car, par exemple, si Leila avait construit la fontaine, à la fin, elle aurait été assez proche de la victoire.
Ce jeu est donc très prometteur car avec plein de possibilités stratégiques différentes.

Durée de cette partie : 2 heures 45 minutes – Note de cette partie : 15 / 20

Scores de cette partie :

Piste Contrats Récompenses Total
Leila (orange) 9 10 2+2 23
Julie (rouge) 12 3 3+1 19
Ludo le gars (vert) 20 0 6+4 30

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Les nombreux axes stratégiques qu’on a entrevus aujourd’hui, suscitant une très grosse envie de s’y relancer pour essayer de faire mieux ou différemment,
– L’impression que le jeu a une superbe courbe d’apprentissage puisque certains objectifs paraissent très difficiles à atteindre, même en se spécialisant,
– Le côté « jeu du taquin » bien intégré aux mécanismes, de même que les combos liés aux déplacements des aéronefs,
– La règle qui se retient très bien,
– Le format assez compact de la boîte, avec son joli thermoformage blanc intégré,
– Le parti pris graphique des tuiles du jeu, on a bien aimé !

On a moins aimé
– Le fait de ne pouvoir y jouer qu’à 3 ou 4 et pas à 2 joueurs 🙁
– Le côté « tableaux de comptables », très austère, sur les plateaux annexes et même ceux des joueurs,
– La difficulté pour vraiment réfléchir pendant le tour des autres, tant la configuration des tuiles peut évoluer d’un tour à l’autre : je n’aimerais pas y jouer à 4 pour cette raison précise…
– La durée excessive de cette partie, même si c’était celle de découverte.

————————————————————————————————————

Une réponse à “[05/04/2021] Airship City”

  1. Même si les mécanismes du jeu ont plutôt l’air sympa, j’avoue avoir du mal avec le design général du jeu : look, illustrations, matériel que je trouve très austère…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − quatre =