[05/10/2019] Couleurs de Paris

Enfin ! Enfin ! Oui, enfin ! J’ai joué à Couleurs de Paris, le premier de Nicolas de Oliveira, qui me faisait de l’oeil depuis l’été !
Et quel jeu ! Quelle immersion thématique, quelle qualité éditoriale ! C’est vraiment bluffant et ce ne sont pas mes acolytes du jour qui me diront le contraire…
Alors, certes, tout ne fut pas parfait dans cette partie, certes, mais on a pris un tel plaisir qu’il devrait ressortir sous peu, dans sa version avancée qui nous semble quasi obligatoire.
Je vous raconte tout ça ! Bonne peinture… euh, bonne lecture !

COULEURS DE PARIS

Rarement boîte aussi splendide m’aura-t-il été donnée de voir !!! Bravo Super Meeple pour ce choix éditorial…
Le plateau principal propose de très nombreuses actions sur lesquelles chacun va placer 3 ouvriers. Le nombre de places pour chacune est limité et dépend du tour de jeu : en effet, on fait tourner la roue à chaque fin de tour ! Oui, oui, à la Tzolkin…
Chacun dispose d’un petit plateau individuel sur lequel il va pouvoir faire progresser ses compétences : le nombre de pigments primaires pris, le nombre de pigments secondaires obtenus par mélange et, enfin, le nombre de pigments qu’il peut peindre à chaque tour. A droite, on a droit à une magnifique roue chromatique sur laquelle poser ses pigments…
Quatre chevalets, non moins superbes et fonctionnels, présentent les 4 peintures que les joueurs, vont essayer de reproduire dans le cadre d’un concours du meilleur copiste. Il ne vous échappera pas que les carreaux colorés sont justement les cubes à y placer pour réaliser le contrat (oui, ça fait moins thématique dit comme cela)… 😉
Leila avec les éléments bleus, Christian avec les jaunes et Julie avec les rouges m’accompagnent joyeusement dans cette partie de découverte jouée, par sécurité, avec la règle dite de base.
A chaque tour, tous les joueurs vont placer à tour de rôle tous leurs assistants. Voici ce que cela donne à l’issue du premier tour de pose. Ensuite, pour la phase de résolution des actions, chaque joueur va choisir dans quel ordre il les joue. Et cela a son importance, notamment quand quelqu’un s’est mis sur l’action du copiste (au centre, avec l’ouvrier bleu de Leila) puisque ce dernier peut exécuter l’action d’un autre assistant non encore utilisé.
Petite vue de mon plateau à la fin du premier tour : j’ai pris trois cubes de pigment bleu, j’en ai mélangé 1 bleu + 1 rouge pour obtenir 2 violets (correspondant à mon niveau sur la deuxième piste de compétences), et je suis aussi devenu premier joueur (histoire de glaner le copiste sans pouvoir être contré) tout en récupérant 1 cube blanc (joker mais qui pénalise de 2 PV l’œuvre dans laquelle il est utilisé).
Pas mal de très bonnes idées dans le jeu, dont les deux suivantes :
– Parmi les assistants placés, chacun doit en laisser un redressé à sa place : cela permet d’anticiper le tour suivant, notamment pour les actions intéressantes…
– En fin de tour, on fait tourner la roue d’un cran : cela génère de superbes réflexion quant aux raisons de se placer ici ou là avec un assistant (pour l’action en cours ou pour anticiper la suite ?)…
Leila est la première à débuter sa toile, avec la pose de 2 pigments rouges sur son œuvre susceptible de lui rapporter 12 PV si elle la termine avant la fin de la partie.
De mon côté, profitant à fond de ma position de 1er joueur, que personne ne me chipe, notez-le, je me gave avec le copiste, capable de m’aider à faire des actions quasiment inaccessibles sinon…
Là, par exemple, grâce au copiste je fais l’action « Peindre », pour placer 2 cubes violets, puis j’active mon assistant placé sur cette même action, pour en ajouter 2 de plus. Ce qui fait qu’avec 4 cubes violets positionnés dans le même tour, je suis assez content… 😉 Bon, qui va me chiper le rôle de 1er joueur ? Et bien ce sera Leila ! Bravo fille…
Christian rivalisera plusieurs fois avec Leila pour prendre aussi la tuile de 1er joueur, lui qui est parti à fond sur les tableaux à dominante jaune et qui va devoir y aller maintenant au niveau de la peinture !
Un peu plus tard, voici à quoi ressemblent mes éléments, notamment mes deux œuvres en cours. Vous remarquerez que j’ai atteint le niveau 6 de la piste de compétences du bas, ce qui va me permettre de placer 4 assistants par tour au lieu de 3 (j’aurais pu choisir de prendre 6 PV à la place mais, franchement, c’est déjà si dur d’en arriver là qu’il faut bien dynamiser et accélérer le jeu). Et puis, au pire, avec la case 10, je serais susceptible d’empocher carrément 10 PV ! Mais ça ne rentre pas trop dans mes plans, pour être honnête…
Voici la situation de placement à l’avant-dernier tour. Comment le sais-je ? Tout simplement parce que je ne peux pas terminer mes deux œuvres ce tour, mais qu’au suivant, oui, c’est sûr ! Et je ruse un peu avec l’action d’un de mes assistants, je vous laisse voir…
Oui, je fabrique le premier pigment noir du jeu, en défaussant 1 cube vert + 1 cube violet + 1 cube orange. Cela me rapporte 6 PV et, surtout, ça ne me fait pas gaspiller de cubes excédentaires (on est limité à 12 cubes en fin de tour). Et, accessoirement, cela me protège un peu des contrats de Julie qui sont plus lucratifs que les miens… si elle les termine ! 😉
Bing ! 6 PV…
Et de son côté, Julie se fait plus qu’avoir car elle doit défausser pas moins de 11 cubes !!!
Le placement du dernier tour de jeu, lors duquel j’ai bien failli réussir à faire un deuxième cube noir si Leila n’était pas venu faire un mélange violet (que j’aurais dû anticiper et jouer dessus avant de me mettre sur le orange !).
Les éléments de Leila une fois la partie achevée, avec un tableau terminé et un deuxième qui n’en était pas loin non plus..
Les éléments de Christian maître dans l’art de peindre du jaune ! Malheureusement pour lui, il n’a pas réussi à termine une quelconque œuvre…
Les éléments de Julie, avec une œuvre terminée et une deuxième qui échoue à 2 cubes près, pourtant présents sur la roue chromatique.
Et mes éléments, avec mes deux œuvres complétées, en raison d’une grand vitesse de peinture (la piste du bas m’a semblé quand même incontournable sur cette partie)…

Durée de la partie : 1 heure 45 minutes – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de la partie :

Tableaux Cubes noirs Prestige Total
Leila (bleu) 12 0 0 12
Christian (jaune) 0 0 6 6
Julie (rouge) 16 0 0 16
Ludo le gars (vert) 12+16 6 0 34

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le thème du jeu : très bien rendu et bien en phase avec ses mécanismes,
– La qualité éditoriale : magnifiques composants, très fonctionnels, notamment les plateaux individuels et la roue centrale, sans parler des meeples en forme de peintres,
– La tension qui est prégnante sur ce jeu, pratiquement à tous les tours de jeu (j’y reviens dans les « moins »),
– Les diverses voies stratégiques exploitables : finir deux tableaux au plus vite ? viser l’épuisement des 5 cubes noirs (30 PV si un même joueur les fait) ? tenter d’augmenter ses pistes de compétences (30 PV si un joueur arrive en haut des trois) ? …
– L’envie d’y revenir dans la version experte ! Oui, on croit vraiment que cela gommera les fameuses frustrations ressenties aujourd’hui !

On a moins aimé
– Les scores complètement desserrés, en raison de tableaux non finis pour Leila et Julie, et aucun terminé pour Christian,
– Les deux derniers tours qui ont été frustrants et beaucoup moins intéressants pour l’ensemble des joueurs : beaucoup d’actions deviennent inutiles, surtout pour ceux qui n’ont pas réussi à anticiper la fatidique peinture du dernier tour…
– La difficulté pour acquérir de nouveaux assistants (monter au niveau 6 des pistes est un sacré challenge) !

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 × = quatorze