[05/01/2007] Imperial

Ah, Imperial… Pas loin de devenir mon chouchou actuel ce jeu… En ce moment je n’arrête pas d’y jouer ET d’avoir encore et toujours envie d’y revenir. Il faut dire qu’avec son thème
fort, ses mécanismes très simples et sa tension permanente, ce jeu suscite l’envie, voire, osons le dire, le besoin ! Franchement, c’est du grand jeu, ça mes amis.
Alors, ce soir, forcément, je propose une nouvelle partie, histoire de le faire découvrir à Romain et de permettre à Sylvain de goûter aux plaisirs insoupçonnés de la deuxième partie. Parce que oui, il faut le dire également, ce jeu nécessite une seconde partie afin de savourer et de comprendre un peu mieux ce que l’on fait et où l’on va. Et pour la quatrième fois consécutive, nous jouons à 3 joueurs ! Il faudra que je teste tout ça à 4 ou 5, histoire de souffrir encore un peu plus…

IMPERIAL :

Bien que Romain découvre le jeu, il nous semble taillé pour attaquer directement avec la version
avancée du jeu : celle où l’on investit à tour de rôle sur les nations. Résultat : il dépense 24 millions et commence avec la Russie, l’Angleterre et l’Autriche-Hongrie (3 nations,
oui, oui), Sylvain dépense 27 millions et débute avec la seule Allemagne et, de mon côté, je dépense 27 millions et commence avec l’Italie et la France…
En fin de premier tour, durant lequel Romain a réussi à conserver ses 3 nations, on constate
que 4 nations sur 6 ont commencé par Factory (construction d’une usine), alors que les 2 autres ont produit mais à partir des deux secteurs opposés de la roue des
actions …
Romain est à fond dans la partie, malgré la perte de la Russie au profit de Sylvain. Ce soir,
j’essaierai de jouer sur la Russie, soutenue soit par la France, soit par l’Italie, cela sera à voir…
Chacun d’entre nous a à présent deux nations sous son contrôle et le jeu s’équilibre. Je suis juste
gêné par les velléités russes de Sylvain…
« Dschamal ! Trop bon ce jeu ! »
Une vue générale de la situation lorsque je reprends la Russie à Sylvain (l’obligation à 20
millions achetée aussi tôt épuise mes finances)…
Romain comptabilise ses forces…
Et de manière assez surprenante, l’Autriche-Hongrie prend un peu d’avance sur la piste du
prestige…
La partie va vite (pas en terme de durée mais en terme de ciblage des obligations intéressantes),
la preuve avec cette vue du trésor russe et du fait qu’il ne reste plus qu’une seule obligation violette : la plus grosse…
Petite vue générale de la situation, alors que Sylvain semble assez bien parti, avec une bonne
assise financière, même si je suis assez près avec des obligations plutôt plus élevées que les siennes et la Russie définitivement acquise…
L’Allemagne et la Russie s’envolent sur les taxations, mais c’est Sylvain qui s’en tire le mieux à
ce petit jeu (il avait encore la Russie lorsqu’elle a grimpé aussi haut et c’est lui qui a l’Allemagne)…
La France et l’Angleterre se chamaillent ou ne vont pas tarder à s’y mettre. On remarquera que la
France, malgré ses 4 usines n’a pas réussi la formidable expansion que sa flotte aurait pu soutenir, du coup elle n’émerge que peu…
Sur la piste de prestige, tout semble se jouer entre la Russie, en tête de 5 points, l’Allemagne
et l’Angleterre à égalité avec 15 points…
L’Allemagne et l’Angleterre dépassent les russes, les obligations de Romain sont toujours aussi
diversifiées (au moins une dans chaque nation) et l’issue de la partie peut encore sembler indécise entre Sylvain et moi…
La partie s’achève sur une dernière taxation russe, nation dont les obligations seront donc les
plus rentabilisées. A noter que le marqueur violet aurait dû aller jusqu’à 29…
La zone de jeu de Romain, lequel n’aura pas assez misé sur la Russie au final et dont la seule
nation gouvernée au dernier tour contraste avec ses trois de l’entame…
La zone de jeu de Sylvain, robuste, qui ne laisse pas apparaître le capital de son trésor
personnel. Le fourbe…
Et voici ma zone de jeu, légèrement supérieure en valeur à celle de Sylvain mais mon trésor ne
doit pas valoir le sien, alors…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La vraie grosse ambiance que ce jeu peut générer : un peu à l’ancienne avec un système fluide et sans cas particulier, tout est là pour se régaler
– La difficulté d’estimer qui l’emportera
– Les différentes manières de jouer une nation : expansionniste, défensive, misant sur l’avenir, outil d’attaques indirectes, …

On a moins aimé
– La durée un peu excessive de cette partie (près de 4 heures 30, mais on avait le cerveau humide 😉

Scores de la partie :

 

vert violet jaune rouge bleu noir $ Total
Romain 16 25 5 40 10 52 5 153
Lucarty
25 65 5 0 4 48 36 183
Ludo le gars 12 85 0 40 22 0 11 170

Note du jeu (sur cette partie) : 17 / 20

———————————————————————————————————————————————–

2 commentaires à propos de “[05/01/2007] Imperial”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


neuf − 3 =