[05/01/2019] Costa Ruana, Now Boarding

5ème journée de 2019 et c’est l’anniversaire de ma grand-mère maternelle, surnommée Amy. 95 ans aujourd’hui. C’est aussi, de manière assez délirante, le jour de son décès ! En effet, sur le coup de midi, j’apprends la triste nouvelle, même si c’était un peu attendu et soulageant pour tout le monde, tant son évolution déclinante aura été difficile ces derniers mois…
Du coup, ça me fait un sacré clin d’œil, moi qui, en 2006, dans des circonstances analogues (au moment de faire des parties de jeux), ai perdu ma grand-mère paternelle… La journée jeux en question visible ici. Bing ! La vie avance et la roue tourne…
Allez, je vous explique mes deux parties de l’après-midi :
– Découverte de Costa Ruana, un jeu au look absolument original !
– Découverte d’un nouveau jeu de Monsieur Tim Fowers, alias Mister Burgle Fowers Bros, j’ai nommé Now Boarding. Un jeu coopératif, avec de sacrées phases en temps réel, genre sablier de 30 secondes…

COSTA RUANA

Voici un jeu proposé par un éditeur portugais, récupéré à Essen 2018, alors que la première édition du jeu est datée de 2014... Nous allons l'essayer à 5 joueurs : Fabrice avec les pions bleus, Yohel avec les jaunes, Gérard avec les marron, Leila avec les bleus et moi-même avec les verts.
Voici un jeu proposé par un éditeur portugais, récupéré à Essen 2018, alors que la première édition du jeu est datée de 2014… Nous allons l’essayer à 5 joueurs : Fabrice avec les pions bleus, Yohel avec les jaunes, Gérard avec les marron, Leila avec les bleus et moi-même avec les verts.
Sur la table, sont étalées 9 tuiles d'îles sur lesquelles vont être placés 3 pions par joueur. Au centre, figurent les deux cartes de couleur, indiquant la couleur des cartes qui seront décomptées en fin de tour, sachant que : il y a 5 tours en tout et, surtout, qu'une carte sera retournée par le Shaman (au dos de la rouge, il y a la couleur orange ; au dos de la bleue, la violette).
Sur la table, sont étalées 9 tuiles d’îles sur lesquelles vont être placés 3 pions par joueur. Au centre, figurent les deux cartes de couleur, indiquant la couleur des cartes qui seront décomptées en fin de tour, sachant que : il y a 5 tours en tout et, surtout, qu’une carte sera retournée par le Shaman (au dos de la rouge, il y a la couleur orange ; au dos de la bleue, la violette).
La mécanique du jeu n'est pas du tout classique. Le Shaman commence par jouer une carte face visible, parmi les 5 qu'il a en main, soit devant lui soit devant un autre joueur, puis chacun fait de même. Ensuite, le Shaman joue une carte face cachée de la même manière, suivi par les autres joueurs. Enfin, le Shaman peut placer un de ses pions sur une carte devant lui, ou devant un autre joueur, qu'elle soit visible ou cachée, et chacun fait de me^me, ce pion lui permettant d'appliquer le pouvoir de la carte. Ensuite, le Shaman retourne une des deux cartes du centre et on défausse les cartes qui ne correspondent pas au niveau de leur couleur et on applique leurs effets, dans l'ordre de la table.
La mécanique du jeu n’est pas du tout classique. Le Shaman commence par jouer une carte face visible, parmi les 5 qu’il a en main, soit devant lui soit devant un autre joueur, puis chacun fait de même. Ensuite, le Shaman joue une carte face cachée de la même manière, suivi par les autres joueurs. Enfin, le Shaman peut placer un de ses pions sur une carte devant lui, ou devant un autre joueur, qu’elle soit visible ou cachée, et chacun fait de me^me, ce pion lui permettant d’appliquer le pouvoir de la carte. Ensuite, le Shaman retourne une des deux cartes du centre et on défausse les cartes qui ne correspondent pas au niveau de leur couleur et on applique leurs effets, dans l’ordre de la table.
Petite vue de la situation, juste avant que je défausse mes cartes violette et rouge, puisque seules ne seront conservées, devant chaque joueur, les cartes orange et bleues.
Petite vue de la situation, juste avant que je défausse mes cartes violette et rouge, puisque seules ne seront conservées, devant chaque joueur, les cartes orange et bleues.
Les effets des cartes sont, en général, d'ajouter des pions sur les îles, d'en enlever, voire d'en déplacer (même ceux des autres), ou de déplacer un trésor (les demi-perles que vous apercevez sur les îles). Ci-dessus, on va récompenser le joueur majoritaire sur chaque île en lui donnant un trésor, contre la défausse d'un de ses pions présents.
Les effets des cartes sont, en général, d’ajouter des pions sur les îles, d’en enlever, voire d’en déplacer (même ceux des autres), ou de déplacer un trésor (les demi-perles que vous apercevez sur les îles). Ci-dessus, on va récompenser le joueur majoritaire sur chaque île en lui donnant un trésor, contre la défausse d’un de ses pions présents.
Un peu plus tard... A noter que le nouveau Shaman est le joueur qui a collecté le moins de trésors au tour d'avant. Ce qui n'est pas du tout le cas de Yohel, lui qui a empoché pas moins de 4 trésors, se faisant du même coup beaucoup trop remarquer... ;-)
Un peu plus tard… A noter que le nouveau Shaman est le joueur qui a collecté le moins de trésors au tour d’avant. Ce qui n’est pas du tout le cas de Yohel, lui qui a empoché pas moins de 4 trésors, se faisant du même coup beaucoup trop remarquer… 😉
Oulhalha, cette main de cartes ne me dit rien qui vaille, car si la couleur orange n'est pas décomptée en fin de tour, je ne pourrai pas faire grand chose (à l'exception de mon pion joué éventuellement sur une carte adverse bien sentie)...
Oulhalha, cette main de cartes ne me dit rien qui vaille, car si la couleur orange n’est pas décomptée en fin de tour, je ne pourrai pas faire grand chose (à l’exception de mon pion joué éventuellement sur une carte adverse bien sentie)…
Petit exemple de joli coup, un peu vicieux, qu'on peut mettre en œuvre... J'ai moult cartes orange dans ma main. Yohel, placé en face de moi, est le Shaman. Je tente de lui graisser la patte en posant devant lui une carte visible orange indiquant +2. Ainsi, j'espère qu'il ne retournera pas la carte orange... Et, joli coup complémentaire orchestré par Fabrice : il ajoute, devant Yohel, une carte bleue marquée -3 ! Du coup, Yohel a encore beaucoup plus envie de retourner la carte bleue sur son côté violet...
Petit exemple de joli coup, un peu vicieux, qu’on peut mettre en œuvre… J’ai moult cartes orange dans ma main. Yohel, placé en face de moi, est le Shaman. Je tente de lui graisser la patte en posant devant lui une carte visible orange indiquant +2. Ainsi, j’espère qu’il ne retournera pas la carte orange… Et, joli coup complémentaire orchestré par Fabrice : il ajoute, devant Yohel, une carte bleue marquée -3 ! Du coup, Yohel a encore beaucoup plus envie de retourner la carte bleue sur son côté violet…
Sans trop de surprises, ça marche... ;-)
Sans trop de surprises, ça marche… 😉
On arrive en fin du dernier tour, celui où l'on a tout intérêt à récupérer un maximum de ses pions, tant pis pour les trésors éventuels, car chaque pion devant soi rapporte 1PV (contre 2PV par trésor). Leila et Gérard la jouent différemment... Pour quel résultat ?
On arrive en fin du dernier tour, celui où l’on a tout intérêt à récupérer un maximum de ses pions, tant pis pour les trésors éventuels, car chaque pion devant soi rapporte 1PV (contre 2PV par trésor). Leila et Gérard la jouent différemment… Pour quel résultat ?
Fin de partie ! On décompte les points, en révélant le contenu de notre hutte...
Fin de partie ! On décompte les points, en révélant le contenu de notre hutte…

Durée de la partie : 1 heure 15 minutes – Note de cette partie : 13 / 20

Scores de la partie :

Pierres Pions Total
Fabrice (blanc) 6 8 14
Yohel (jaune) 16 9 25
Gérard (marron) 20 3 23
Leila (bleu) 22 5 27
Ludo le gars (vert) 20 10 30

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le look des composants du jeu,
– L’originalité du mécanisme central de pose de cartes visibles puis cachées,
– Le guessing lorsqu’on pose un pion sur une carte adverse cachée,
– L’intérêt de récupérer ses pions à la fin, antinomique avec le reste des objectifs (majorité pour acquérir les trésors),
– Les deux cartes de couleur, dont une sera retournée par le Shaman,
– Les petits coups vicieux qu’on peut tenter pour amadouer le Shaman…

On a moins aimé
– Un manque de relief, une certaine platitude générale,
– Les huttes qui se déboîtent souvent,
– La difficulté pour maîtriser beaucoup de choses à vrai dire…

————————————————————————————————————
NOW BOARDING

Dans Now Boarding, on joue tous ensemble, avec nos compagnies aériennes, pour tenter d'acheminer un maximum de passagers au travers des États-Unis. Ça va donner !
Dans Now Boarding, on joue tous ensemble, avec nos compagnies aériennes, pour tenter d’acheminer un maximum de passagers au travers des États-Unis. Ça va donner !
Un mini-plateau, intitulé Preflight, donne les infos de mise en place et le rythme d'alimentation des passagers dans les aéroports. Une partie se joue en une journée, avec quelques passagers le matin, davantage en après-midi et carrément beaucoup le soir ! Chaque carte de passager, placée ici face cachée, indique son aéroport de départ (donc Seattle, par exemple, pour la carte du dessus de la pile du matin) et, au recto, sa destination (qu'on découvrira au moment où sera retournée le sablier et qu'elle sera placée, effectivement, à Seattle). Comme nous sommes 4 à jouer, on placera 3 cartes par tour le matin, contre 4 l'après-midi et 5 le soir. Vous avez déjà deviné, je pense, qu'il faudra aller au bout de ces trois piles, sans mécontentement majeur, pour remporter la partie...
Un mini-plateau, intitulé Preflight, donne les infos de mise en place et le rythme d’alimentation des passagers dans les aéroports. Une partie se joue en une journée, avec quelques passagers le matin, davantage en après-midi et carrément beaucoup le soir ! Chaque carte de passager, placée ici face cachée, indique son aéroport de départ (donc Seattle, par exemple, pour la carte du dessus de la pile du matin) et, au recto, sa destination (qu’on découvrira au moment où sera retournée le sablier et qu’elle sera placée, effectivement, à Seattle). Comme nous sommes 4 à jouer, on placera 3 cartes par tour le matin, contre 4 l’après-midi et 5 le soir. Vous avez déjà deviné, je pense, qu’il faudra aller au bout de ces trois piles, sans mécontentement majeur, pour remporter la partie…
Voici le plateau principal, en début de partie, alors que le sablier de 30 secondes est retourné, de même que les cartes passagers ajoutées (en plus des 4 de départ : une par aéroport de départ de nos compagnies). Yohel démarre ainsi à Los Angeles avec son avion orange, Fabrice à Seattle avec son avion bleu, Lila à DFW (c'est-à-dire Dallas) avec son avion violet et moi-même à Atlanta avec mon avion vert. Il est facile de comprendre que nos avions vont emprunter les lignes aériennes tracées, soit vierges de couleur et donc accessibles à tous, soit avec une indication de compagnie et donc empruntable seulement par celle-ci... Quelques jetons de météo allongent ou réduisent le temps de trajet entre deux villes. Petit exemple pratique de souhait des passagers présents à Dallas (DFW) : l'un veut aller à Seattle, tandis que l'autre veut aller à SFO (San Francisco). Tout simple ! Mais qu'est-ce que la géographie américaine, surtout à base d'abréviations d'aéroports, est délicate à maîtriser...
Voici le plateau principal, en début de partie, alors que le sablier de 30 secondes est retourné, de même que les cartes passagers ajoutées (en plus des 4 de départ : une par aéroport de départ de nos compagnies). Yohel démarre ainsi à Los Angeles avec son avion orange, Fabrice à Seattle avec son avion bleu, Lila à DFW (c’est-à-dire Dallas) avec son avion violet et moi-même à Atlanta avec mon avion vert. Il est facile de comprendre que nos avions vont emprunter les lignes aériennes tracées, soit vierges de couleur et donc accessibles à tous, soit avec une indication de compagnie et donc empruntable seulement par celle-ci… Quelques jetons de météo allongent ou réduisent le temps de trajet entre deux villes. Petit exemple pratique de souhait des passagers présents à Dallas (DFW) : l’un veut aller à Seattle, tandis que l’autre veut aller à SFO (San Francisco). Tout simple ! Mais qu’est-ce que la géographie américaine, surtout à base d’abréviations d’aéroports, est délicate à maîtriser…
En fin de premier tour, donc après 30 secondes de jeu lors desquelles on a déplacé nos avions (jusqu'à sa capacité maximale, donc 3 ou 4 lieux) et chargé  et/ou acheminé des passagers (jusqu'à sa capacité maximale, donc 1 ou 2 à la fois). Le cube rouge sur le client présent à LAX (Los Angeles) indique qu'il est mécontent parce qu'il n'a pas embarqué à bord d'un avion ! Si un passager dépasse 4 cubes rouges, il se retire du jeu mais va déposer une plainte. Au bout de 3 plaintes, on a immédiatement perdu la partie...
En fin de premier tour, donc après 30 secondes de jeu lors desquelles on a déplacé nos avions (jusqu’à sa capacité maximale, donc 3 ou 4 lieux) et chargé et/ou acheminé des passagers (jusqu’à sa capacité maximale, donc 1 ou 2 à la fois). Le cube rouge sur le client présent à LAX (Los Angeles) indique qu’il est mécontent parce qu’il n’a pas embarqué à bord d’un avion ! Si un passager dépasse 4 cubes rouges, il se retire du jeu mais va déposer une plainte. Au bout de 3 plaintes, on a immédiatement perdu la partie…
Le jeu invite vraiment à la discutaille permanente, particulièrement en dehors du temps imparti de 30 secondes. En effet, on peut préparer, se mettre d'accord, négocier, ... tant qu'on veut avant d'avoir retourné le sablier et, du même coup, les destinations souhaitées par les nouveaux passagers qui viennent d'être ajoutés !
Le jeu invite vraiment à la discutaille permanente, particulièrement en dehors du temps imparti de 30 secondes. En effet, on peut préparer, se mettre d’accord, négocier, … tant qu’on veut avant d’avoir retourné le sablier et, du même coup, les destinations souhaitées par les nouveaux passagers qui viennent d’être ajoutés !
Le sablier ne dure que 30 secondes.Hyper court me direz-vous... Mais, imaginez que celui pour 2 ou 3 joueurs ne dure que 15 secondes !!! ;-)
Le sablier ne dure que 30 secondes.Hyper court me direz-vous… Mais, imaginez que celui pour 2 ou 3 joueurs ne dure que 15 secondes !!! 😉
Lorsqu'on joue ses actions, tous en simultané, il convient d'être hyper concentré, super attentif et de ne pas oublier un point qu'on avait prévu ensemble avant, comme, par exemple, d'attendre un autre avion dans un aéroport donné pour déposer et ré-embarquer un autre passager... A ce niveau-là, le jeu peut faire très très mal à la tête !
Lorsqu’on joue ses actions, tous en simultané, il convient d’être hyper concentré, super attentif et de ne pas oublier un point qu’on avait prévu ensemble avant, comme, par exemple, d’attendre un autre avion dans un aéroport donné pour déposer et ré-embarquer un autre passager… A ce niveau-là, le jeu peut faire très très mal à la tête !
Pour chaque passager acheminé, on empoche l'argent de son billet, de manière individuelle. Ci-dessus, j'ai en stock un total de 5$, que je décide de dépenser pour ajouter une vitesse à mon avion, visible à gauche. Super excitant ce côté avion modulaire, tant en vitesse qu'en nombre de sièges !!! A noter que nous jouons avec la variante qui autorise l'échange d'argent si nos avions se trouvent dans le même aéroport à un instant t.
Pour chaque passager acheminé, on empoche l’argent de son billet, de manière individuelle. Ci-dessus, j’ai en stock un total de 5$, que je décide de dépenser pour ajouter une vitesse à mon avion, visible à gauche. Super excitant ce côté avion modulaire, tant en vitesse qu’en nombre de sièges !!! A noter que nous jouons avec la variante qui autorise l’échange d’argent si nos avions se trouvent dans le même aéroport à un instant t.
Et voici à quoi ressemble mon avion après cet add-on. J'en profite pour expliciter ce qu'on peut ajouter à son avion : de la vitesse et des sièges, OK, mais aussi des lignes d'autres compagnies qu'on peut utiliser dorénavant. Certainement une des clés de la victoire... A noter aussi que plus on se spécialise, plus cela coûte cher. Du coup, parfois, on va seulement investir dans un bonus temporaire d'un siège ou d'une vitesse (jetons bleus).
Et voici à quoi ressemble mon avion après cet add-on. J’en profite pour expliciter ce qu’on peut ajouter à son avion : de la vitesse et des sièges, OK, mais aussi des lignes d’autres compagnies qu’on peut utiliser dorénavant. Certainement une des clés de la victoire… A noter aussi que plus on se spécialise, plus cela coûte cher. Du coup, parfois, on va seulement investir dans un bonus temporaire d’un siège ou d’une vitesse (jetons bleus).
Ci-dessus, je vous laisse admirer mon avion qui dispose de deux sièges avec un passager sur chaque, et un total de 5 en vitesse (4 acquises + 1 temporaire)...
Ci-dessus, je vous laisse admirer mon avion qui dispose de deux sièges avec un passager sur chaque, et un total de 5 en vitesse (4 acquises + 1 temporaire)…
Le mécontentement semble s'agglutiner à Miami, il va falloir faire quelque chose ! Sur la vidéo suivante, vous aurez un bel aperçu des nombreux échanges animés qui se produisent entre les retournements de sabliers... Tout un programme !
Le mécontentement semble s’agglutiner à Miami, il va falloir faire quelque chose ! Sur la vidéo suivante, vous aurez un bel aperçu des nombreux échanges animés qui se produisent entre les retournements de sabliers… Tout un programme !
Si on n'y prête pas attention, les discussions peuvent durer tellement longtemps que la partie peut carrément déborder exagérément au niveau de sa durée... En même temps, on les connaît ces Ludophiles... ;-)
Si on n’y prête pas attention, les discussions peuvent durer tellement longtemps que la partie peut carrément déborder exagérément au niveau de sa durée… En même temps, on les connaît ces Ludophiles… 😉
Rien ne va plus !!! Il ne nous reste plus qu'un tour, la pioche des passagers du soir étant épuisée... Ça va être dur, sinon impossible, de contenter tout le monde ! A noter qu'on a tellement de mécontentement que j'ai dû aller puiser dans ma boîte de Reykholt quelques éléments rouges pour compléter... :-(
Rien ne va plus !!! Il ne nous reste plus qu’un tour, la pioche des passagers du soir étant épuisée… Ça va être dur, sinon impossible, de contenter tout le monde ! A noter qu’on a tellement de mécontentement que j’ai dû aller puiser dans ma boîte de Reykholt quelques éléments rouges pour compléter… 🙁
L'avion de Yoehl en fin de partie, sans plus aucun passager à bord...
L’avion de Yoehl en fin de partie, sans plus aucun passager à bord…
Celui de Fabrice...
Celui de Fabrice…
Celui de Lila, avec deux passagers qui ne seront jamais acheminés à destination...
Celui de Lila, avec deux passagers qui ne seront jamais acheminés à destination…
Et le mien, vide au moment de la fin de partie...
Et le mien, vide au moment de la fin de partie…
Comme en atteste le plateau en fin de partie, il reste 9 passagers non acheminés, plus les 2 encore à bord de l'avion de Lila, lesquels déposeront une plainte par paire, donc 5 plaintes déposées. Donc défaite pour nous... :-( Mais on aura bien résisté quand même pour une première partie, notamment parce qu'on a réussi à n'avoir aucune plainte en cours de partie.
Comme en atteste le plateau en fin de partie, il reste 9 passagers non acheminés, plus les 2 encore à bord de l’avion de Lila, lesquels déposeront une plainte par paire, donc 5 plaintes déposées. Donc défaite pour nous… 🙁 Mais on aura bien résisté quand même pour une première partie, notamment parce qu’on a réussi à n’avoir aucune plainte en cours de partie.

Durée de la partie : 1 heure 45 minutes – Note de cette partie : 15 / 20

Scores de la partie :

Plaintes en cours de partie Plaintes finale Bilan
Yohel (orange) + Fabrice (bleu) + Lila (violet) + Ludo le gars (vert) 0 5 Défaite

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’immersion thématique assez hallucinante, une fois encore avec cet auteur génial !
– Le look des composants, dans la même veine que Burgle Bros,
– Le stress généré par la durée extrêmement courte des sabliers, nous faisant faire des erreurs alors que tout était prévu !
– L’obligation de se concentrer sur telle ou telle portion de la carte, de se spécialiser, de faire pour le bien commun, …
– Le fait d’avoir deux sabliers dans la boîte : il ne nous refuse rien ce Tim Fowers !

On a moins aimé
– La géographie américaine et les abréviations des aéroports,
– Le stress trop prégnant pour moi : ça m’a carrément fatigué cette partie…

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 7 = quarante deux