[05/10/2007] In 80 Tagen um die Welt

Il est des jeux pour lesquels vous ressentez une affection toute particulière et, en ce qui me concerne, Le Tour du Monde en 80 jours fait clairement partie de cette catégorie-là. Avec un matériel invitant aux rêves les plus fous de voyages à travers le monde, ce jeu propose un excellent condensé de ce qui me fait aimer les jeux de société « modernes » : tension palpable, choix cornéliens, plusieurs manières de gagner, interactivité forte, et, fin du fin, condition de fin de partie très très vicieuse avec l’élimination des 2 derniers à revenir à Londres ! Il y a dans ce jeu une subtilité fort élégante qui oblige à gérer ses cartes pour ne pas dépenser trop de jours de voyage, mais à trop attendre la carte miracle on risque de terminer dans les choux… Eliminé !
Avec la venue, ce soir à Ludik, de ma collègue de Oingt, il me semblait sympa de proposer un jeu de ce type : pas trop long (même si à 6 joueurs la partie a été trop longue), pas mal de choix, mécanismes reflétant la diversité des jeux à l’allemande, matériel de qualité…
C’est donc parti pour un fantastique tour du monde en 80 jours, à dos d’éléphant, embarqués sur des bateaux de rêve ou transportés par des trains d’enfer !

IN 80 TAGEN UM DIE WELT :

Nos intrépides aventuriers, après un tour de jeu, se sont d’ores et déjà scindés en deux
groupes : les violet (Philippe) et jaune (Franck), lesquels ont rallié la ville de Paris, et les bleu (Cathy), rouge (Stéphane), gris (Agnès) et vert (Ludo le gars), lesquels
n’ont pas encore quitté Londres. Et pourtant… La piste des scores est formelle : 9 jours ont été dépensés par Franck, 3 pour Philippe, et tout de même 1 pour les autres…
Stéphane est en train de changer 3 de ses cartes, probablement afin de conjurer un sort
capricieux. Cathy, à sa gauche, consulte les siennes car dans la foulée ce sera à son tour de faire le choix de la carte Transport qu’elle compte prendre et l’action associée
qu’elle envisage de réaliser. En tant que 5ème joueuse du tour, elle aura tout intérêt à opter pour l’action Premier joueur au prochain tour…
Un peu à la traîne, mais cela est bien pratique pour ramasser le jeton bleuté, votre serviteur
s’adjuge le Détective afin de mettre des bâtons dans les roues des autres joueurs. En effet, si en fin de leur tour, violet et jaune n’ont pas bougé, ils prendront 2 jours de
pénalité (c’est bavard un détective). De même, cette position du pion noir gêne quelque peu les 3 autres pions présents à Brindisi et qui souhaitaient avancer…
Quand on parle de tirages parfois surréalistes, en voici un assez représentatif : 6 cartes Train
sur les 6 cartes qui viennent d’être placées sur l’étalage ! Il y a intérêt à avoir du bateau en main… Sur le plateau, on peut constater que violet s’est sorti brillamment de la
présence du détective à Suez. Il va devoir envisager son prochain déplacement pour Calcutta à dos d’éléphant…
Grâce à un providentiel éléphant en main, Philippe a réussi à rallier Calcutta sans trop
d’encombre. Certes, il a consommé 27 jours de voyage, mais ce total est assez bas si l’on se réfère aux scores des autres joueurs qui attendent, eux aussi, qu’un éléphant les aide à
parcourir l’Inde…
Agnès s’esclaffe, alors que Philippe tente de la jouer petit bras : « Rien n’est fait, je n’ai
pas beaucoup d’avance… ». Une anecdote se doit d’être ici relatée : j’ai véritablement joué de malchance à ce stade de la partie car, avec une carte Princesse en main, je comptais
bien reproduire l’action Eléphant présente au sommet de la défausse. C’était sans compter sur Franck qui, tirant une carte événement, se retrouve contraint de remélanger les cartes
(Intempéries) ! Et en plus, le bougre, choisit l’action Premier joueur au prochain tour (ce qui ne me permettra pas d’avoir la chance qu’un autre joueur ait joué un éléphant avant
moi)…
Attroupement quasi-généralisé à Bombay, alors que Cathy et Philippe caracolent en tête des
destinations, prêts à s’embarquer pour San Francisco…
Une vue générale, après que j’ai changé de tactique (acceptation des 12 jours sans éléphant).
Pourquoi ? Mais parce que ce diable de Franck vient de reproduire exactement la même situation que 3 tours auparavant !!! Hallucinant…
La partie s’emballe : Cathy vient de rallier Londres ! Et nous sommes donc au courant de la
borne supérieure du score à réaliser : 71 jours de voyage.
Au tour de Philippe de rejoindre Londres en un total de 63 jours. A noter la position très en
retard de Franck, lequel craint vraiment une élimination pour cause de 6ème position…
Ultimes moments de reflexion, alors que nous sommes 3 en attente de rallier Londres et qu’à
moins de finir dans le même tour, un seul ne sera pas éliminé…
Notre situation n’est pas très facile à vivre : nous comptions avoir des tirages plus cléments
que des bateaux à 7 ou 8 et des trains à 4 ou 5 !
Mon dernier coup de la partie, contraint par l’arrivée de Stéphane : 2 jours pour le train, 5
pour le « petit » bateau et 2 pour le « gros » en remplacement des 8 grâce à un tour en ballon. Cela est trop, bien sûr, pour espérer faire mieux que Philippe…
Le point positif c’est que nous sommes rentrés à Londres dans le même tour, donc pas d’éliminé !
Le petit point négatif c’est un oublide règle qui ruine notre position aux scores : j’ai oublié de préciser qu’un jour de pénalité était appliqué à chaque joueur non arrivé dès
qu’un des joueurs avait rallié Londres ! Dommage.
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le double aspect de la course : sur le plateau et sur la piste, avec des paradoxes temporels très intéressants,
– Le stress lié à l’élimination possible des 2 derniers joueurs,
– Le double choix de la carte transport et de l’action à réaliser : un vrai dilemme !
– Le look « à l’ancienne » du matériel de jeu

On a moins aimé
– La longueur de la partie à 6 joueurs,
– Les possibilités de kingmaking si un joueur joue le placement au score au lieu de la gagne (cela doit même être renforcé avec l’application de la bonne règle de la pénalité pour
les non-arrivés).

Scores de la partie :

 

 

Stéphane (rouge) : 65 jours
Cathy (bleu) : 71 jours
Philippe (violet) : 63 jours (avant Franck)
Agnès (gris) : 73 jours
Franck (jaune) : 63 jours (après Philippe)
Ludo le gars (vert) : 64 jours

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20

Rappel : ces scores ne reflètent pas exactement ce qu’ils devraient être, car Cathy étant arrivée la première, puis Philippe, puis Agnès, auraient dû pénaliser les autres joueurs à chaque tour.
Note : Philippe gagnait quand même.

———————————————————————————————————————————————–

2 commentaires à propos de “[05/10/2007] In 80 Tagen um die Welt”

  1. Les parties peuvent parfois être longues, certes.

    Mais forcément, en oubliant ce point de règle crucial des pénalités en jour qui pleuvent à chaque tour d’un qu’un joueur à rallié Londre, cela n’incite pas les joueurs à d’avantage faire la course géographique, au détriment de la course temporelle.

    Bref, quand on sait ce qui nous tombera comme pénalité dès l’arrivée du premier joueur, j’en connais peu qui traîne trop en chemin, et de fait, la partie est plus rythmé et prend d’avantage encore l’aspect d’une course.

  2. Aucun lien avec le jeu de l’article, seulement des encouragements afin de maintenir ce blogue! Je suis un québécois qui partage la même passion, à travers tous les sites que nous pouvons puiser pour trouver de l’information sur les jeux je me suis trouver un "gamer" dont ses goûts rejoignent dans la majorité des cas les miens. J’ai mis la main dernièrement sur un Lowenherz neuf que j’aurais échangé contre un autre jeu que je désirais étant donné sa valeur d’échange. Par contre après avoir lu tes commentaires sur le jeu et étant donné que je me suis rarement trompé, j’ai ouvert la boîte je l’ai joué et ….. il est dans mon TOP 10! Merci

    PS Par contre la corrélation n’est pas parfaite, je n’ai vraiment pas trouver d’intérêt dans Tempus.

    Au plaisir un jour de faire connaissance même si des lieux nous sépare. Mais sur un plateau nous aurions un différent! Je joue vert!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− deux = 3