[05/11/2005] ConHex

Participants
– Julie, joueuse jaune, qui n’apprécie que modérément les jeux de connexions, mais qui y revient 😉
– Ludo le gars, joueur bleu, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Sur ma liste de jeux à rapporter d’Essen cette année, figurait en place incontournable la version éditée de ConHex, le jeu de Michail Antonow conçu à la Twixt.
Et comme le jeu me faisait de l’oeil depuis ce fameux week-end du 15/16 octobre,
et bien je l’ai proposé à Julie ce soir, qui ne s’est pas fait prier.
Bingo ! On va donc y jouer, miam miam !
J’explique la simplissime règle à ma femme, puis la partie démarre, avec Julie en première joueuse mais avec la possibilité que je prenne son coup si je le juge trop bon. On fera deux manches.

Manche 1 : Julie a le trait mais peut être swapée


Pour éviter que je m’approprie son coup, Julie a joué
sa première pierre jaune sur un noeud assez anodin, alors que,
dans la foulée, je place ma pierre bleue dans une zone par laquelle
il est fort probable qu’elle soit amenée à passer pour relier
le bord gauche et droit du plateau (je dois relier le haut et le bas)…


Avec son tube de 60 cm (pas pratique du tout), jaune poussin, ConHex
se présente comme un jeu auto-édité mais avec un
matériel agréable (les pierres et le plateau, notamment,
sont très sympa à manipuler). Ici, vous pouvez voir comment
Julie a du mal à trouver la bonne méthode pour m’empêcher
de réussir la première ligne bord à bord synonyme
de victoire…


La première case contôlée est mon oeuvre, grâce
à mes 3 pierres bleues qui influencent la case en question. La
triple influence de chaque pierre (3 cases adjacentes) apporte une dimension
très fine à la technique de prise de contrôle des
cases (par exemple : mes 2 pierres bleues inférieures m’assurent,
sauf grossière erreur ou urgence ailleurs, de remporter le contrôle
de la case du dessous, ce qui constituera une bonne base centrale pour
relier le haut et le bas)…


Une vue finale de la manche, où Julie sait très bien
que, malgré l’absence d’un rectangle de contrôle, elle
ne peut pas m’empêcher de gagner…

Ludo le gars remporte la première
manche

Manche 2 : Julie a le trait mais peut être swapée


Début de seconde manche : Julie, craignant de se faire swapée,
entame la seconde manche de manière analogue à la première
et… moi aussi 😉


Me rendant compte de mes difficultés à droite, je tente
d’empêcher Julie d’atteindre le bord gauche, en jouant plusieurs
coups de défense qui me mènent au contrôle de 2 cases
particulièrement importantes (en regardant de près, on voit
que la case du coin en bas à gauche m’est également promise).
Du coup, Julie s’aperçoit que mes coups de défense sont
finalement des coups… d’attaque et elle s’apprête à venir
défendre à son tour, en haut à gauche du plateau…


Après 4 coups chacun, il s’avère que Julie a bien retenu
la leçon : en avance d’une pierre sur chacune des 3 cases où
elle est impliquée, elle est en passe d’en prendre le contrôle
et je ne vois pas comment réagir surtout que c’est son tour…


Une fin de partie à mon avantage où les prises de contôle
se multiplient mais s’orientent toujours dans le sens vertical (ma ligne
se retrouve tracée)…

Ludo le gars remporte la seconde manche

Décompte final
Durée de la partie : 30 minutes – Mise en place du jeu : 5 minute – Explication des règles : 5 minutes
Ludo le gars remporte cette partie devant Julie, avec un total de 2 manches à 0.

Note du jeu (sur cette partie) : 19 / 20

Débriefing
Quel jeu ! On s’est régalé… surtout moi :-))) Il faut dire que Julie n’est que peu friande des jeux de connexion et que, même si elle reconnaît à celui-ci d’indéniables qualités au premier rang desquelles le côté tranquille, elle n’en rêvera pas la nuit et ne se relèvera pas pour y jouer… En ce qui me concerne, j’ai adoré, particulièrement ce subtil système de contrôle de cases qui oblige à faire attention aux noeuds importants, et surtout ceux que votre adversaire convoite. Connaître Twixt est très clairement un avantage, mais comme la règle prévoit la pose de pierres de handicap (2 ou même 3), cela n’est pas trop un problème pour jouer avec n’importe qui. En effet, au contraire de Twixt qui demande de grandes facultés de lecture globale du jeu, on peut ici s’en tirer avec une vision beaucoup plus locale. Ce qui ne veut pas dire que le jeu soit moins intéressant…
Très très bon, à rejouer très vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 2 = quatre