[05/11/2007] Oregon, Pentago X 3

Hans Im Glück est (était ?) un éditeur qui propose (proposait ?) des jeux solides, avec des règles attractives et grosso-modo des jeux pour joueurs. Puis est venu Thurn und Taxis. Et même la gamme en grosses boîtes a subit un certain lifting au niveau du poids des jeux proposés. Cette année, on a eu droit à Ming Dynastie (non encore essayé) et Oregon (découvert ce soir). Et force est de reconnaître que le sentiment général autour de ce jeu, recueilli sur le salon d’Essen, correspond à ce que nous en avons pensé ce soir : un jeu convenu, aux règles certes très simples, mais peut-être aussi simplistes, avec un thème archi-plaqué et aucune originalité qui sorte le jeu de sa froideur et de sa linéarité.
Après cette partie, pas désagréable hein, juste trop évidente, nous avons enchainé par 3 manches du très tactile Pentago, version Kosmos, avec l’impression de jouer une nouvelle fois au morpion mais avec une petite touche de fraicheur.
Photos et commentaires vous sont proposés par votre serviteur. Pour votre plaisir…

OREGON :


Dans ce jeu censé nous faire revivre la conquête de l’ouest (ah bon ?!??), nous commençons par placer un bâtiment chacun : une mine d’or pour Julie (dans la montagne du haut) et un port pour moi (à droite du plateau). Remarquez d’ores et déjà le système de repérage ligne / colonne qui permet de référencer chaque zone de 6 cases du plateau…


Premier double coup de la partie, initié par votre serviteur. Je commence par jouer une carte bison et une carte port pour placer un port dans la ligne du bison, puis je joue une carte bison et une carte feu pour ajouter un de mes fermiers sur l’une des cases libres de la zone d’intersection. Et comme mon fermier se retrouve à côté de 2 ports je marque 8 points…


Bien qu’assez vite peu emballée par le jeu, Julie comprend rapidement qu’il convient de faire entrer un maximum de ses fermiers sur le plateau tout en récoltant des jetons de mines de charbon et/ou d’or en vue de la fin de partie…


Julie ne se prive pas pour venir se coller à mes fermiers, à proximité d’un port, afin d’enregistrer un gain de 4 PV et, peut-être, de tenter de séparer mes 2 fermiers que j’escomptais bien relier pour marquer 5 PV (3 fermiers adjacents= 5 PV)…


Je possède un peu d’avance au score mais c’est extrêmement trompeur car Julie possède 4 jetons de mines contre 0 pour votre serviteur. Leur valeur ? De 1 à 3 points pour le charbon, de 3 à 5 points pour l’or. Donc, en fait, elle est certainement devant moi…


Une vue générale de la situation alors que Julie est passée devant au score et que je rame pour retourner mes 2 tuiles spéciales (celle qui permet de jouer 2 coups de suite se retourne quand un de ses fermiers devient adjacent à une gare ; celle qui permet de remplacer toute carte de paysage redevient active quand un de ses fermiers devient adjacent à un magasin). L’un des problèmes du jeu réside, je pense, dans le tirage des cartes de bâtiments (si on ne pioche que des églises, on est assez mal)…


Ayant réussi à revenir dans la partie, suite à 2 ou 3 tours à 2 coups par tour, je m’apprête à jouer mon dernier coup avec quelques petits points d’avance et après que Julie a placé son dernier fermier (et entrainé la fin de partie après mon tour). Je réfléchis sur la maximisation de mes points et décide de jouer un double coup, lequel commence par le placement d’une mine d’or dans la colonne du feu, accolée à 3 de mes fermiers. Bilan : gain de 3 jetons d’or…


Mon dernier tour se poursuit par le placement d’un ultime fermier, dans la zone d’intersection condor / bison, contre une église et une mine de charbon. Bilan : 4 PV (église)+ un jeton de charbon. D’où un gain potentiel estimé de 17 PV. A noter que Julie a marqué 16 PV lors de son dernier tour. Ca va être quand même chaud pour moi car elle a 4 jetons de mines de plus…


Une vue de la situation finale de la partie alors que nous avons décompté nos jetons de mine et qu’à ma grande stupeur je parviens quand même à l’emporter, alors que j’avais estimé l’avance de Julie à environ 5 PV si le hasard avait réparti équitablement ses points entre nous ! Elle couine ma dame…

Bilan synthétique :

On a aimé
– Le système de tableau à double-entrée qui offre pas mal de possibilités
– L’optimisation requise (voire la prise de risque ?) pour jouer 2 coups le plus souvent possible
– Le marquage des points qui intervient dans les deux sens : quand on place un fermier et quand on place un bâtiment
– L’ambiance course qui se dégage du jeu
– La qualité du matériel de jeu même si j’ai trouvé les fermiers un peu épais

On a moins aimé
– Le thème ultra-plaqué et vraiment peu respecté : parachutage des fermiers et des bâtiments, paysage de condors ou de feu ? ! !, absence de cow-boys ou d’indiens, …
– Le hasard dans la pioche des bâtiments, non atténuable au contraire de la pioche des paysages,
– L’ambiance assez froide et artificielle autour du jeu, avec une durée de partie trop courte (45 minutes au plus à deux) pour se sentir vraiment impliqué
– Le manque d’interaction à deux joueurs.

Scores de la partie :

Piste

Charbon

Or

Total
Julie (rouge)

52

14

26

92
Ludo le gars (vert)

59

12

24

95

Note du jeu (sur cette partie) : 13 / 20

———————————————————————————————————————————————–

PENTAGO :


Le morpion, vous connaissez ? Certainement. Et bien Pentago, c’est pareil mais différent à la fois. En effet, dans Pentago, vous devez aligner effectivement 5 billes pour gagner mais, mais, mais, vous devez, pour terminer votre tour, faire pivoter de 90° n’importe quel quart du plateau, ce qui rend la gymnastique mentale particulièrement retorse…


Julie sait qu’elle n’y arrive jamais dans ce type de jeu, d’où son sourire déprimé qu’elle revêt spécialement pour vous, ami lecteur !


Une vue de la situation juste avant que Julie remporte cette première manche. Saurez-vous trouver où elle va jouer ? Parce que là, franchement, j’ai un poil honte de ne pas avoir vu venir le coup…


Dernière bille noire posée + pivotement (non obligatoire si on gagne sans) et elle réalise son alignement de 5 avant moi. Bravo, c’est du propre pour quelqu’un qui se plaignait de ne jamais réussir dans ce genre de jeux…


Début de la deuxième manche que j’entame, toujours avec les blancs. A noter que le revêtement plastique du jeu est vraiment très très agréable à manipuler et que cela apporte de l’intérêt au jeu rien que pour ça…


Une vue en cours de deuxième manche, alors que Julie continue de miser sur la case centrale de chaque quart de plateau. De mon côté, à tort ou à raison, je mise plus sur les cases du pourtour, celles qui peuvent aller très vite vers le centre du jeu…


Le pivotement des quarts de plateau est toujours un moment de confirmation de ce que l’on a anticipé…


Et hop : victoire blanche cette fois ! La belle devra donc se jouer…


Troisième manche, entamée par Julie qui nous donne ici un joli récital en faisant pivoter pas moins que le quart de plateau vide !!! On sait jamais des fois que cela change quelque chose…


A mon tour de faire tourner un quart de plateau, juste après avoir ajouté une troisième bille alignée à mes deux premières, au sein du même quart de plateau. Juste pour voir…


La partie est plus tendue que les deux premières et Julie ne réalise pas immédiatement que son pivotement de quart de plateau conduit non pas à sa victoire, mais à un match nul (un alignement chacun). Du coup, je lui rends son coup…


Je rejoue donc une fois et fais pivoter un autre quart de plateau, espérant pouvoir rapidement revenir à mon alignement visible le tour d’avant. Mais Julie me fait la leçon en me devançant dans cette démarche et en produisant son alignement avant moi. Bien joué !

Bilan synthétique :

On a aimé
– Le côté très tactile du matériel qui procure de bonnes sensations
– Le jeu-objet que constitue Pentago, lequel vise à rester disponible à tout moment pour une p’tite partie sur un coin de table
– L’originalité du pivotement du quart de plateau et le remue-méninges généré.

On a moins aimé
– C’est toujours un morpion. De base.
– Le manque d’excitation que le jeu provoque.

Scores de la partie :

Julie (noir) : 2 victoires – 1 défaite
Ludo le gars (blanc) : 1 victoire – 2 défaites

Note du jeu (sur cette partie) : 13 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq × = 40