[06/04/2003] Comme des Mouches

Participants
– Gaël, le beauf’ qui apprécie les mouches au dessert, assorties de crème chantilly,
– Delphine, ardéchoise d’adoption en vadrouille lyonnaise, ravie de tester ce petit jeu,
– Jean-Noël, ardéchois également, visiblement grand amateur de jeux, à ma grande surprise,
– Sophie, toujours partante pour un jeu, quel qu’il soit et où que ce soit, une vraie ludophage,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Comme Philippes des Pallières avait eu la grande gentillesse de m’offrir une petite boîte de Comme des mouches lors du salon de Toulouse fin mars, je m’empressais de trouver le bon jour pour tester ce jeu d’apéro typique. Un repas dominical au restau venant à point nommé, je prends la boîte pleine de bébêtes avec moi et, au moment du dessert, je  propose de rajouter quelques mouches à la crème chantilly, histoire de donner du goût 😉
4 joueurs s’attablent à mes côtés et hop, c’est parti, pour une séance dégustation…


Et un papier tue-mouches aux enchères ! Et un !

Les mises suivantes sont tendues, et chacun
essaie de parler avant les autres, histoire de remporter la carte en cas
d’égalité. Sachant que l’on dispose de vraiment peu de mouches
pour ses mises, il arrive souvent que l’on soit départagé
de la sorte.
Delphine parvient à remonter son retard et à prendre un
peu d’avance sur nous : bravo à elle ! Jean-Noël s’en sort
à son avantage également, alors que Gaël, Sophie et
moi éprouvons les pires difficultés pour gagner la moindre
carte.

Ah, enfin, je gagne une mise et j’en rajoute
une couche sur la pauvre Delphine : un bon coup de tapette à mouches,
ca fait du bien !


Révélation des mouches misées (ça vole
pas haut…) et attribution de la carte…


La partie vient de s’achever sur le bien tardif mouchicide…

Ayant beaucoup observé l’auteur à Toulouse, en train de réaliser de nombreuses démonstrations de son jeu, je m’en inspire pour présenter le matériel, le but du jeu et les moyens d’y parvenir. En quelques minutes nous sommes opérationnels et nous pouvons entamer notre première mise à poing fermée, pour une splendide… toile d’araignée !

Personne n’ayant encore de points, Jean-Noël
qui vient de remporter la carte pénalisante se trouve passablement
ennuyé pour l’attribuer à l’un d’entre nous… Finalement,
avec toute le tact d’un homme pour sa femme, il la gratifie d’un splendide
-3, preuve d’un amour immense…


Visiblement, on rigole beaucoup. C’est plutôt bon signe…

Un peu plus tard, je parviens à remporter
la fameuse Mireille, la mouche savante mondialement célèbre,
ce qui va apporter un incontestable piment au jeu : je vais pouvoir
modifier le nombre de mouches que j’ai misé en fonction du résultat.

La première fois où j’utilise
Mireille, c’est pour permettre à Gaël de remporter sa première
carte, au détriment de Delphine qui aurait certainement remporté
la partie sinon (avance de points et faible reste de cartes).
La seconde fois où je l’utilise, je la laisse s’envoler car,
ce faisant, je remporte la carte proposée, à savoir la
fameuse bouse de vache rapportant 4 points…

Il ne reste plus qu’une dernière
carte à révéler : le mouchicide. Arrivé
trop tard, il ne sert strictement plus à rien, et nous ne procédons
même pas à la dernière mise.


Une vue rapprochée de mon butin en fin de partie…

Décompte final
Au niveau des points acquis par les cartes, Gaël et
Jean-Noël terminent à égalité avec 3 points, devant
Ludo le gars avec 2 points, Delphine avec 1 point et Sophie avec 0 point. Les
mouches restantes sont très rares : 1 pour moi et je crois me souvenir
que c’est tout…

Débriefing
Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette partie de Comme des mouches à
soulevé l’enthousiasme des joueurs ! Ils ont tous trouvé le jeu
super sympa, avec une bonne ambiance et des mécanismes suffisamment simples
pour être joué en toutes circonstances.
De mon côté, sans vouloir me singulariser, j’ai simplement trouvé
le jeu agréable et amusant, même si je déplore qu’il semble
très difficile de maîtriser quoi que ce soit.

Dans le même genre de jeu, on peut citer par exemple : ZooSIM,
Pierres du dragon, Stupide
Vautour et Die Mauer, et j’avoue
avoir une grande préférence pour ceux qui autorisent une part
de déduction forte et/ou de bluff. Dans ce registre, le meilleur est
sans conteste Die Mauer, même s’il n’est pas très varié.
Le reproche que je formule à Comme des mouches rejoint celui que j’ai
déjà formulé pour Pierres
du dragon
, à savoir qu’il est quasi-impossible de deviner quoi que
ce soit et que le côté un peu sophistiqué de ces 2 jeux
(pouvoirs spéciaux, cas particuliers, …) n’enrichit pas forcément
le jeu en lui-même.

Je rejouerai à Comme des mouches, car on s’est bien marré, finalement
et qu’il a remporté un franc succès. C’est un jeu à emporter
partout, pour se divertir, sans autre prétention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


sept × = 42