[06/04/2003] La Guerre des Moutons

Participants
– Jérôme, berger tout là-haut sur la montagne,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Jérôme est venu souvent à la maison, c’est indéniable, et il est curieux de constater qu’il n’avait encore jamais eu le loisir d’essayer ce jeu. Amateur de jeux de connexion, je me fais peu de souci sur l’intérêt qu’il est susceptible de porter à la Guerre des moutons.
J’expose très rapidement les règles, en insistant sur les deux originalités majeures du jeu, à savoir la possibilité d’abandonner et la bonification accordée dans ce cas, et le droit de jouer en dehors de son tour pour placer un loup ou un chasseur. Jérôme semble apprécier les mécanismes et trouve les graphismes très sympas.
Nous piochons notre carte ? nous indiquant notre couleur cachée et nous nous lançons dans la partie. Histoire de ménager le suspense, je ne révèlerai pas les couleurs de chacun trop tôt…

Jérôme comprend très vite
comment se joue le jeu, même s’il n’est pas très performant
pour réaliser des connexions doubles ou triples qui lui auraient
permis de collecter plus de tuiles en prévision de la suite de
la partie.

Lors des premiers tours, chacun s’observe
et, de mon côté, je commence par penser que Jérôme
est rouge tant il développe un enclos de cette couleur. J’agrandis
encore cet enclos, mais en y adjoignant une splendide forêt, dans
l’idée de pouvoir y glisser un loup au cas où mon impression
initiale se confirmerait… Stupeur ! Jérôme place lui-même
un loup dans cette forêt ! Il n’est donc pas rouge alors… ou alors
il sacrifie cet enclos et m’induit en erreur quant à sa couleur.
Subtil. A voir.


L’enclos bleu sur la droite est de ma conception : je tente de faire
croire à Jérôme que je suis bleu et j’agrandis donc
celui-ci…

Plus la partie avance, moins nous sommes surs
de nos convictions. A ce stade, je suis quasi-sur que Jérôme
n’est pas rouge ou noir, par contre, je ne saurais dire s’il est bleu
(65%) ou jaune (35%). De son côté, il m’avouera avoir hésité
sur le rouge ou le noir.

A un moment donné, lorsque la pioche
commence à s’épuiser, nous sommes conscients de l’intérêt
d’abandonner. Ayant collecté nettement plus de tuiles que Jérôme,
j’ai l’impression que je n’ai pas trop intérêt à le
faire avant lui, car je suis persuadé de pouvoir « tenir un
siège » avec mes stocks ! Au niveau du plateau, si je me base
sur mes impressions, Jérôme aurait un enclos de 8 moutons,
et moi deux de 8 moutons.
Partant de ces conclusions, je concentre mes efforts sur l’anéantissement
de toute nouvelle création d’enclos bleu, car je commence à
penser fortement qu’il est de cette couleur.


Le loup le plus en haut à gauche a été placé
par votre serviteur pour enrayer le développement des 2 enclos
bleus voisins (il faudrait une tuile village-forêt qui n’existe
pas !). Par contre, gare à ce que mon piège ne se referme
pas sur moi…


La configuration finale du jeu…


Le jeu vient de débuter et l’on peut déjà admirer
un premier loup en réserve derrière mon paravent…

La suite du jeu est une vraie partie de
dupes : qui est quoi ? et comment interpréter les actions bizarres
des uns et des autres ? faut-il agrandir ses propres enclos ou faire
croire que l’on est d’une autre couleur ou tenter de bloquer les enclos
que l’on pense être importants pour l’adversaire ???
En tout cas, le jeu à 2 joueurs est excellent et l’on y prend
beaucoup de plaisir ce soir car 2 couleurs inutilisées, c’est
très fort !


Jérôme, certainement en train de semer le doute dans
mon esprit par une action bizarre et non attendue…

Je réalise un joli coup en plaçant
un loup de manière terrible puisqu’il provoque une situation
impossible à compléter (voir photo ci-contre). En revanche,
mon enclos… noir (oui, je suis noir !) placé assez près
de ce loup risque de dériver vers lui si Jérôme
en rajoute… Et, bien sûr, il ne se gêne pas, ce qui me
contraint à cloturer l’enclos par le haut et à attendre
la dernière tuile rouge, noir, noir, noir, pour le fermer vraiment.
Je ne l’aurai jamais.

Jérôme, voyant la situation
dans laquelle mon enclos se trouve et convaincu que je ne pourrais jamais
en réaliser un nouveau (surtout que je ne dispose d’aucune base
de départ), décide d’abandonner dans la foulée,
s’octroyant ainsi 6 points supplémentaires. Il faudra donc que
je réussisse à créer un enclos d’au moins 11 points,
sans finir mes tuiles, pour l’emporter (sachant que ce faisant, je marquerais
3 points de bonus d’abandon et que je gagnerais car j’ai le second plus
grand enclos).

Il n’y croit pas un instant et… il a tort
sur toute la ligne ! Je réussis un splendide enclos de 18 points,
ce qui me permet de terminer avec 21 points.


Mon enclos victorieux avec mon berger qui veille sur les bêtes…

Décompte final
Je remporte cette partie avec un total de 21 points (18
+ 3) contre 14 points (8 + 6) pour Jérôme.

Débriefing
Pour un jeu que je n’avais pas pratiqué depuis longtemps, j’avoue avoir
été très agréablement surpris du plaisir que nous
y avons pris. Jérôme l’a trouvé très sympathique,
avec un savant mélange de tactique et de bluff fort appréciable.
Parvenir à dissimuler sa couleur réelle est un plaisir délectable…

La configuration 2 joueurs est franchement agréable, comme mentionné
plus haut, car elle fait la part belle au bluff avec ses 2 couleurs non utilisées.
Le jeu est très riche ainsi car lorsque l’on tente de bloquer la progression
d’une couleur, on risque de le faire en pure perte si cette couleur était
justement non affectée…

Très sympa petit jeu, dans un boîte de taille
rêvée, il méritait indiscutablement le prix du Jeu de
l’Année français 2002
. Encore bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


trois × = 12