[06/09/2003] Ponte Vecchio

Participants
– Cyril, alias Doul, dixit Monsieur Phal, faible amateur de bières mais beau parleur,
– Monsieur Phal, le seul et l’unique, orléanais et tric tracien,
– Vincent, que l’on ne présente plus, LE régional de l’étape,
– Jean-Pierre, alias Picouic, redoutable critique masqué du site Tric Trac,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Cette partie s’est déroulée dans le cadre des 1ères Rencontres du Web Ludique, que notre association Les Ludophiles organise à Rochetaillée les 6 et 7 septembre. Je me limiterai à un compte-rendu épuré, où les photos seront simplement commentées et les scores notés.


Oyez oyez braves gens, la folle histoire de la partie de Ponte Vecchio
que nous tentâmes de jouer ce soir-là, enfin sur le coup
de 6 heures et demi du matin…


Vincent, très à l’aise pour expliquer qu’il y a deux
écoles 😉 , se distingue par une élocution aisée
et un sens du jeu non négligeable. Enfin, ce n’est pas ça
qui aidera le riche seigneur à s’arrêter devant les bonnes
boutiques…


Un petit au-revoir à Bruno Cathala (masqué à
droite), et on décide d’un commun accord (enfin entre personnes
valides : Vincent et Phal !) d’arrêter là cette pitoyable
partie. Mais quel souvenir !


Cyril, en haut, n’en est plus à se premières manifestations
éthyliques et, tout comme votre serviteur, tente ici de justifier
à l’assemblée des actions entreprises, sans grande crédibilité…


Monsieur Phal n’en peut plus, il en pleurerait presque, tant la partie
devient irréelle : son voisin qui parlemente pour rien, Picouic
qui dort sur la table et votre serviteur qui, ruiné par une mauvaise
interprétation de la règle, est contraint à ne
plus pouvoir miser lors de l’attribution des boutiques. Franchement
surréaliste !

Décompte final
Tout le monde a gagné !

Débriefing
Ponte Vecchio est à la base un jeu assez sérieux, où il
faut miser pour acquérir le droit de placer une boutique, puis de tenter
de deviner quelle carte jouer pour déplacer le riche seigneur, de manière
lucrative évidemment. A la base, mais pas ce soir… Et oui, il est possible
de se tordre les boyaux en jouant à ce jeu, surtout si vous le sortez
en extrême fin de soirée, en présence de compères
tous plus impressionnants les uns que les autres. Et cette nuit-là, on
en a vraiment eu pour notre compte !
Monsieur Phal se jettera probablement sur un exemplaire de ce jeu à Essen,
si tant est qu’il en croise une boîte au détours d’un stand, car
il est rare de tant délirer lors d’une partie d’un jeu de bluff et d’enchères.

Au niveau du jeu, il est certainement assez bon, notamment le système
d’acheter le droit à un adversaire pour déplacer le riche seigneur,
mais il est des moments où l’on ne se rend pas compte de ces qualités-là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit + 4 =