[06/10/2006] Skyline of the world

Une seule partie ce vendredi, qui plus est d’un jeu que je possédais depuis bientôt une année, sans avoir eu l’opportunité de le sortir (bien que j’en ai lu la règle plusieurs fois). Ce jeu : Skyline of the World. Cela ne vous dit rien ? Réfléchissez un peu… En fait, ce jeu, sorti juste avant Essen 2005 a été couronné il y a quelques jours, dauphin du jeu de l’année en Hollande 2006 ! Et comme bien de peu de francophones semblaient le connaître, et bien voilà une occasion toute trouvée de le tester ce soir et de vous faire profiter de nos premiers avis sur ce jeu.

SKYLINE OF THE WORLD :

Romain, toujours attiré par les jeux où ça cogite, Thibault, étonnamment assis à cette table 😉 et Pierre, m’accompagnent dans la découverte de ce jeu prometteur, qui rappelle indubitablement Manhattan, tant par son thème que par les illustrations de ses cartes bonus et missions (configurations à créer sur le plateau)…
Après un tour de jeu, la situation est limpide : Pierre, en bleu, a commencé et s’est fait recouvrir l’un de ses bâtiments de taille 1, puis moi, en jaune, me suis fait recouvrir 2 de mes 3 étages, alors que Romain, en rouge, est présent au sommet de 3 bâtiments, tout comme Pierre en violet. L’ordre du tour au démarrage nous inquiète…
Parlons du but du jeu : il faut être capable de construire ses 3 penthouses (5ème étage) avant ses adversaires afin d’avoir le plus de chances de l’emporter : 1 point par penthouse + 1 point si l’on a l’étage supérieur d’une des 3 cases jaunes + 2 points si l’on réussit la configuration de sa carte mission remise au départ…
Dans cette zone du plateau, Pierre vient de construire son 4ème étage bleu, ce qui lui octroiera la bagatelle de 12 millions d’euros ede revenus n début de son tour (buildings bleus adjacents). La solution consiste à recouvrir l’un de ses blocs, mais cela oblige à le dédommager à hauteur du bloc posé (10 pour recouvrir le 6 ; 6 pour recouvrir le 4). Cela se réfléchit. Mais plus on attend, plus il encaisse. Et pour le moment, seul Romain dispose d’un bloc 10 devant lui (investissement en 3ème phase de son tour) ..
Romain laisse passer un tour puis décide de tenter de recouvrir le bloc 6 de Pierre : il lui paie 10 millions d’euros et construit ainsi la première penthouse du jeu. A noter que le côté vicieux du jeu s’exprime bien ici : les penthouses ne génèrent aucun revenu ! Certes on marquera sûr 1 point en fin de partie, mais jusque là, 0 de revenu…
La partie est vraiment sympa et je suis le seul à être vraiment loin au niveau des placements : ils m’ont recouvert à qui mieux mieux et je ne vois pas encore très bien comment je vais remonter la pente. En ce qui concerne Romain, l’avenir lui prouvera que son investissement lourd et précoce pour recouvrir Pierre bloquera complètement sa progression…
Cette vue est intéressante puisqu’elle montre que l’on n’a pas du tout utilisé les mêmes blocs étages jusque là. Ajoutons que le système de pose des blocs est là encore bien retors, puisqu’il faut payer la valeur des blocs investis en 3ème phase de son tour, lesquels seront placés sur le plateau en 2ème phase de son tour suivant, en payant à nouveau son montant au joueur recouvert (à la banque le cas échéant). Il existe aussi des blocs blancs, plaçables à tout étage, et qui de par leur neutralité offrent pas mal de finesses tactiques…
Une vue générale au moment où je sors la tête de l’eau, avec des blocs jaunes placés très haut et connectés. Résultat : mes revenus se montent à des valeurs de 15 à 18 millions d’euros pendant 2 ou 3 tours. Je peux donc tenter d’investir coup sur coup dans 2 blocs de penthouses en espérant les placer d’affilée. A noter que le placement des blocs est finement pensé : on ne peut jamais poser de bloc sur un bloc à sa couleur, ce qui oblige soit à recouvrir un adversaire, en le dédommageant, soit à placer un bloc neutre et à le recouvrir ensuite…
Bingo ! Je réussis à placer mes 2 blocs de penthouses dans le même tour, ce qui me place sur orbite, avec 2 penthouses pour moi (sur les 3 à construire), contre 1 à chacun de mes 3 audversaires. Ceci dit, ces 2 constructions freinent ma course…
La partie s’achemine vers son terme et les choix deviennent cruciaux. En ce qui me concerne, je me retrouve face à un dilemme pour la constuction de mon ultime penthouse : si je le place sur une case jaune, j’encaisse un point de plus, mais je crains alors de ne pas réussir la configuration de ma carte mission (qui rapporte 2 points). Je tente le coup…
Comme je ne suis pas sûr de pouvoir réaliser ma carte mission, je maximise mes possibilités en groupant des blocs jaunes. Heureusement, Romain et Thibault, en parfaits gentlemen ludiques, ne me recouvriront pas 2 blocs du groupe en question, car sachant qu’ils ne peuvent pas gagner ils n’ont pas à donner la victoire à Pierre. C’est ce dernier qui viendra me recouvrir celui qu’il me fallait absolument. Logique…
Je suis prêt, donc à accepter que Pierre remporte cette partie, lui qui totalise 4 points sur le jeu (3 penthouses + 1 case jaune) mais qui devrait terminer à 6 points (2 en raison de la réussite de sa mission). Mais, coup de théâtre, il ne la réalise pas non plus , malgré ses nombreux blocs bleus au sommet, sur la droite ! Bilan, je gagne dans un mouchoir, ce qui laisse un goût bizarre, pour un jeu qui nous avait jusque là vraiment emballés…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le système cyclique des tours de jeu : on investit le tour précédent, on pose le tour suivant, tout en étant dédommagé quand on est recouvert. Très forte impression !
– L’interdiction de se recouvrir soi-même
– La gestion des bocs neutres
– Plus on est près de gagner, plus on est affaibli, un peu comme dans Yinsh : les penthouses, but ultime, ne rapportent rien et une carte bonus est donnée aux joueurs qui n’ont pas construit

On a moins aimé
– La très (trop ?) grande intéraction qui crée des situations conflictuelles permanentes
– Les scores qui se jouent vraiment sur rien : si Pierre avait réussi sa configuration finale il gagnait, là il perd tout simplement ! Une variante  est à trouver car, en l’état, cela ne parait pas fini

Scores de la partie :

 

 

Romain (rouge) : 2 penthouses
Thibault (violet) : 3 penthouse
Pierre (bleu) : 4 (3 penthouses + 1 case jaune)
Ludo le gars (jaune) : 5 (3 penthouses + 2 cases jaunes)

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20
remarque : la note pourrait être remontée de 2 points au moins si la fin de partie n’était pas aussi décevante

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq × = 15