[06/11/2011] Freitag

L’une des nouveautés de Friedemann Friese, cette année à Essen, est un jeu pour UN joueur. Oui, vous avez bien lu ! Ce jeu, appelé Freitag, ou Vendredi en français, vous fait incarner le bien nommé  Vendredi qui essaie de conseiller et aider Robinson à s’en sortir pour progresser et quitter son île.

Ici, donc, vous jouez seul contre le jeu, à l’aide d’un système de cartes particulièrement innovant et extrêmement déroutant lors de la première partie. Je vous relate la mienne d’ailleurs…

 

FREITAG :

 


Robinson arrive comme une fleur sur l’île et il faudra bien le former aux dures lois de la jungle ! Il va être confronté, rapidement, à des dangers très difficiles à combattre pour
un homme qui ne connaît rien à cette vie-là ! Ainsi, trois niveaux  graduels de difficulté (vert, puis jaune, puis rouge) seront à affronter, au fur et à mesure de la partie,
sachant que l’on n’est pas obligé d’aller jusqu’à la victoire à chaque fois : si l’on préfère, on peut s’arrêter en sacrifiant quelques points de vie…

Sur la table, on étale à gauche le niveau actuel (vert en l’occurence), puis les points de vie (au nombre de 20), avec en-dessous des cartes dites « vieillissant » (aging)
qui s’ajouteront lentement aux cartes de départ de Robinson. A droite des points de vie, on trouve la pile de cartes de Robinson, puis les cartes d’événements à combattre puis les
deux cartes de pirates à affronter en toute fin de partie. On va pouvoir y aller…

Certes il y a un peu de texte sur le matériel, mais avec le livret de règles anglais, trouvable sur le net, on parvient à jouer sans trop de soucis. Ici, on voit que les deux
pirates, tirés pour cette partie, sont redoutables (le premier totalise  quand même 20 points à combattre !!!)…

A chaque tour, on pioche deux cartes d’événements et on doit en défausser une. Ici, au niveau vert, j’ai le choix entre celle de gauche qui requiert d’atteindre 2 points, avec 3
cartes tirées gratuitement, et celle de droite où je devrai atteindre 4 points avec 4 cartes gratuites. Jugeant mon Robinson plutôt très inexpérimenté, j’opte pour la plus faible
des deux…

Bien, bien, bien. Voilà que j’ai pioché mes 3 cartes gratuites dans ma pile Robinson et que le résultat est pitoyable : avec un total de -1, je suis à un écart de 3 de la valeur à
atteindre ! Du coup, je sacrifie 3 points de vie pour capituler devant l’événément, mais, ce faisant, je vais pouvoir sacrifier mes 3 cartes et les défausser dans la boîte ! Elles
sont tellement faibles, cela se justifie…

Peu après, l’événement que je combats est plus raisonnable (valeur de 1 à atteindre) et je réussis dès ma première carte piochée ! Du coup, je ne pioche pas la seconde et empoche la
carte d’événement dans ma pile de Robinson (elle vaudra alors 2 points lorsque je la piocherai, plus tard). C’est ainsi que l’on améliore sa main de cartes, mais cela me paraît
quand même bien dur…

Petite vue générale, avec une pile de défausse au-dessus de la pile Ronsinson (les cartes que je reprendrai une fois la pile épuisée), une autre au-dessus de la pile d’événements
(lesquels reviendront une fois la pile de cartes d’événément écoulée) et une dernière à côté de la boîte (les cartes définitivement défaussées suite à leur destruction en cas de
défaite lors d’un événement)…

Ca y est, je viens d’épuiser la pile Robinson pour la première fois et cela a pour effet de me faire rebattre les cartes Robinson de la pile défaussée, cette dernière contenant les
cartes améliorées obtenues lors d’événements vaincus. A noter que mon stock de points de vie est plus qu’inquiétant : il m’en reste 8 pour espérer finir la partie…

Rude combat contre un événement pourtant accessible (2 à atteindre) ! J’ai d’abord pioché mes cartes gratuites puis ai pu profiter des effets indiqués sur les cartes améliorées pour
en obtenir deux de plus (que j’aurais dû mettre à droite de Robinson). Pour un peu, j’aurais pu perdre ce combat de plus…

Là, c’est du titanesque combat qui ruine quasiment tous mes espoirs de terminer le jeu vivant !!! Je pioche deux cartes gratuites pitoyables (-1 et 0), puis paie 5 points de vie
pour en rajouter cinq à droite ! Certes, je gagne la carte d’événement mais je me suis clairement emballé…

Comme un malheur ne vient jamais seul, je ne tarde pas à épuiser la pile de cartes d’événement, ce qui, en plus de m’en faire rebattre la défausse, me fait passer instantanément au
niveau jaune…

A nouveau un combat sans merci et… pitoyable ! Je ne remporte pas la carte et sacrifie mes derniers points de vie pour éliminer simplement l’événement. Je vais donc devoir
continuer avec 0 point de vie…

Et bien, cela ne dure pas longtemps : je pioche un événement avec une valeur 5 à atteindre (case jaune), et je ne peux pas faire mieux qu’un misérable petit point. Comme je n’ai
plus aucun point de vie à sacrifier, ma partie s’arrête ici, avec un bilan très très mauvais, clairement…
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’originalité globale du mécanisme, avec cette possibilité de laisser filer un événement, contre un paiement en points de vie, avec la contrepartie de pouvoir détruire des
cartes !
– La difficulté du jeu : on devrait pouvoir y jouer longtemps sans se lasser, surtout que la règle propose des variantes supplémentaires…

 

On a moins aimé
– Même si cela n’empêche pas de jouer, le texte sur les cartes aurait peut-être pu être évité ou codé avec des symboles, car on a quand même le nez pas mal fourré dans le livret
de règles,
– Un côté algorithme informatique, cher à l’auteur (un peu comme dans Finstere Flure), impressionnant certes, mais pourquoi le faire en jeu de société avec de vraies cartes
?

 

Scores de la partie :

 

 

Points de vie Niveau Cartes évenement gagnées Cartes aging acquises Bilan
Ludo le gars 0 jaune 11 2 perdu

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 14 / 20


Durée de la partie : 30 minutes

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

4 commentaires à propos de “[06/11/2011] Freitag”

  1. Ahah ! Quelle partie épique ! Daniel Defoe aurait du s’en inspirer… mais son livre n’aurait fait que 3 pages ahah !

    Je viens pour ma part de faire ma première partie et, avec mes 4 fringants points finaux (35 – 10 – 21 = 4), je peux amplement me targuer d’être arrivé jusqu’au premier pirate qui,
    certes, m’a complètement explosé avec ses 40 poitns de combat vu que mon deck total ne les faisait même pas !

    Malencontrueusement occis et renvoyé à la mer alors qu’il se croyait libéré de son enfer insulaire, mon premier Robinson fut bien plus débrouillard que ton pauvre
    premier Robinson avide de découvertes mangroviennes mais bêtement noyé au find fond de sa cascade hihi !

  2. Ahah ! Quelle partie épique ! Daniel Defoe aurait du s’en inspirer… mais son livre n’aurait fait que 3 pages ahah !

    Je viens pour ma part de faire ma première partie et, avec mes 4 fringants points finaux (35 – 10 – 21 = 4), je peux amplement me targuer d’être arrivé jusqu’au premier pirate qui,
    certes, m’a complètement explosé avec ses 40 poitns de combat vu que mon deck total ne les faisait même pas !

    Malencontrueusement occis et renvoyé à la mer alors qu’il se croyait libéré de son enfer insulaire, mon premier Robinson fut bien plus débrouillard que ton pauvre
    premier Robinson avide de découvertes mangroviennes mais bêtement noyé au find fond de sa cascade hihi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


quatre × 6 =