[07/01/2023] Woodcraft

Ça faisait assez longtemps que nous n’avions pas découvert de nouveau jeu… Voire, ça pouvait manquer… Et bien, chers lecteurs et lectrices de mon site, c’est chose faite aujourd’hui avec cette partie de découverte de Woodcraft sorti pour Essen 2022 et que je m’étais fait rapporter par la crème de la crème Florent Coupeau (encore merci !).

Ce jeu, au thème et look assez improbables, va nous projeter dans un univers tout tendrounet, tout gentillet, avec des trains en bois et autres créations artisanales, mais avec une sévérité et une lutte sans merci à tous les instants…
Une poigne de fer dans une main de velours ? Pas loin, ou ça peut être trompeur si on ne s’y attend pas… Toutes proportions gardées, cela me rappelle le Petit Prince pas du tout si mignon… 😉
Bon, sans plus attendre, je vous laisse découvrir nos impressions sur ce jeu auquel on devrait rejouer assez vite, je l’espère…

WOODCRAFT

Enfin ! Nous allons découvrir Woodcraft, un jeu sur l’artisanat du bois qui a pas mal buzzé à Essen 2022…
La règle, pas très évidente à assimiler (termes techniques, difficulté à s’immerger dedans, matériels ressemblants mais différents, …) a été terminé de lire ce jour-même…
A nous la taille de dés et autres jeux de Molkky ! 😉
Petite présentation du matériel :
– En haut, les 3 pistes du jeu (en dehors des PV), avec les revenus en noisettes (les PV) et les myrtilles (la monnaie du jeu), ainsi que la piste de réputation,
– En-dessous, la roue d’actions complètement folle et avec des bonus dans tous les sens ! Elle représente assez bien une scie circulaire divisée en 4 quadrants, eux-mêmes divisés en 7 secteurs. En début de partie on positionne aléatoirement les 7 tuiles d’action dans un quadrant, en cachant les bonus du pourtour. Par la suite, à son tour, on choisira une tuile qu’on déplacera jusqu’au quadrant suivant pour en réaliser l’action (et en prenant les éventuels bonus visibles sur le pourtour ou vers le centre de la roue). On y reviendra évidemment !!!
Voici la piste de scores avec au-dessus les cartes de contrat que l’on pourra prendre pour les honorer plus tard (après les avoir posés contre son propre plateau individuel). En-dessous, il y a 4 apprentis prêts à rejoindre notre équipe.
Trois cartes d’objectif de fin de partie sont piochées parmi une petite dizaine et sont étalées sur la table. Les parties promettent donc d’être différentes à la manière d’un Kingdom Builder…
Enfin, chaque joueur dispose d’un plateau personnel représentant son atelier individuel. On y trouve moult éléments : arbres plantés en pots (pour éviter d’acheter du bois), un set de trois dés (le bois en stock dans l’atelier, de trois types donc), les salles où on va pouvoir installer des apprentis, des zones pour ajouter des lames de scies (en bas) et valoriser son bois (à droite), voire réaliser de la marqueterie (en bas à droite : zone de la colle), et, au-dessus, la zone du toit accueillera des outils (11 différents) pour engranger bonus sur bonus !!!
Ça promet…
Et la partie tant attendue peut démarrer ! Comme vous le voyez, nous y jouons à deux joueurs, Fabrice et moi. Il est premier joueur et le restera toute la partie, tout au long des 14 manches prévues. A noter que la partie promet d’être assez rythmée avec 4 manches successives, puis 4, puis 3 et enfin 3, sachant qu’entre chacune on aura une phase de revenus…
Juste avant de démarrer, on sélectionne 2 cartes parmi 5 sur des contrats à venir + on ajoute 2 cartes de contrats de départ et on sélectionne 1 apprenti sur 3. L’apprenti est placé sur son plateau (en le payant) et une carte de contrat est ajoutée depuis sa main à droite de son plateau… Les trois cartes restantes seront ajoutées à droite de son plateau lors des trois premières phases de revenus… Retenez que seules les cartes placées à droite de son plateau peuvent être validées (pas celles encore en main) !
La vue de mon plateau après mon premier tour où j’ai planté un arbre vert après coupe (j’ai scié mon 3 vert en un dé de valeur 2, planté en bas à gauche, et un de valeur 1, dans mon stock). Pour ce faire, j’ai dépensé ma lame de scie (il fallait bien tester) en bas de mon plateau (face retournée)…
Comme, à son tour, on ne fait qu’une action obligatoire prise sur la roue (et éventuellement des actions gratuites et/ou payantes, mais certainement pas en début de partie), le jeu semble nous proposer un long chemin de frustration de ne pas pouvoir du tout tout faire !!! Et c’est chouette ! 😉
Petite vue de la roue en fin de premier tour pour chacun de nous, avec la première tuile choisie par Fabrice (achat de deux dés) et la mienne ensuite (production + plantation)…
Ça a l’air fluide, dynamique et hyper riche ce jeu !!!
Puis, Fabrice déplace la tuile que j’avais choisie au premier tour et, comme elle franchit la « flèche » verte de la scie, l’ensemble est tourné d’un quart de tour, apportant des bonus à des actions pas choisies depuis longtemps (celles de départ pour le moment).
Bien vu ! Et ça peut promettre de belles combos tout ça…
Et oui, Fabrice pourrait bien commencer à se prendre la tête… 😉
Je fabrique un joli bouclier en bois dans mon atelier, avec l’utilisation de deux dés jaunes (un de valeur 5 et un de valeur 2). Je remporte les récompenses de gauche, à savoir un outil (marteau), 3 PV (noisettes) et 11 myrtilles ! Ça paraît très rentable ma foi…
Comme nous venons de terminer la quatrième manche, nous arrivons en phase de revenus (en haut). A cet instant, plusieurs étapes vont s’enchaîner (voir la photo suivante)…
D’abord, on fait descendre d’un cran tous les contrats non encore honorés (oulha, ça va stresser tout ça), puis on ajoute un nouveau contrat depuis sa main, puis on prend ses revenus en noisettes et en myrtilles, avant de retourner sur leur autre face les jetons utilisés dans son atelier et de défausser deux contrats et deux apprentis et de les remplacer par deux nouveaux (en fin de huitième manche, on défaussera même les 4 cartes de chaque pour changer de « niveau » de cartes).
L’atelier de Fabrice, alias Tilia, en fin de phase de revenus…
Et le mien, alias Betula, au même moment…
Même si c’était coûteux et long, m’empêchant d’aller sur beaucoup d’autres axes stratégiques, je réalise mon but lors de cette partie : planter un arbre marron dans un pot, après avoir planté un arbre jaune.
Très difficile de tout faire, visiblement, mais je l’ai déjà dit… 😉
Ça peut aussi être un jeu qui se joue debout… 😉
Petite explication de contrat de fin de partie que je m’adjuge tout seul. Déjà je le réussis : utilisation d’un dé jaune de valeur 1 et de deux dés marron (un 3 et un 5). Ensuite, je le revendique en disant que je souhaite cette récompense parmi les deux à gauche sur la carte. Enfin, Fabrice ne rejouant pas sur ce tour, je l’obtiens tout seul et je marquerai des PV en fonction de ma progression sur la piste d’achat de PV avec les myrtilles en haut à gauche de mon atelier (phase 3 du tour).
Il y a vraiment mille et une façons de faire des PV mais, malgré tout, cela semble bien imbriqué dans sa logique et le thème est relativement bien servi. il me fait penser à Russian Railroads auquel je n’ai pas joué depuis -trop- longtemps…
Lorsque toutes les tuiles du quadrant de départ ont été jouées au moins une fois, on peut retirer le cache des bonus qui s’y trouvait et redéplacer des tuiles dans celui-ci. Technique tout ça, mes amis… Mais très très bon !
Comme nous en sommes aux revenus de mi-partie, nous défaussons les deux étalages et remplaçons les cartes par deux séries issues de cartes plus puissantes.
En ce qui me concerne, avec trois tuiles d’outils différents positionnées sur le toit de mon atelier, je suis plutôt content des bonus empochés grâce à elles : 2 points sur la piste de revenus des myrtilles + 1 point de réputation + 1 production gratuite.
Et je vous laisse observer les autres bonus qui sont à venir… pour peu que :
1/ j’y parvienne
2/ ça me soit plus utile qu’autre chose
😉
A cet instant, nous entrons dans la phase de revenus de fin de 11ème tour. Avec un tour de moins sur cette manche, on sent encore un peu plus, s’il en fallait, monter la tension !!! Petite vue du plateau des revenus + réputation…
Et le plateau principal avec la roue…
Ainsi que l’atelier de Fabrice.
Puis le mien.
Sur la piste des PV, vous pouvez voir que j’ai pris un peu d’avance mais ni lui ni moi ne sait si c’est irrémédiable ou pas…
Comme Fabrice devait aller dîner chez des amis, nous avons fini cette partie le lendemain matin sur le coup de 10h00.
C’est nous !!!
Première récupération et utilisation dans la foulée de ce jeton pour retourner une tuile sur la face inutilisée d’un jeton en dehors de la phase de revenus… Bien joué Fabrice !
De mon côté, histoire d’en voir un peu plus sur les possibilités du jeu, je m’offre la tuile qui permet de coller deux pièces de bois et je m’en sers illico pour assembler un dé vert de valeur 4 à un dé jaune de valeur 1 pour obtenir un dé jaune (mon choix !) de valeur 5 et 4 PV ! C’est beau la marqueterie…
La roue et la situation générale en fin de partie…
L’atelier de Fabrice avec deux cartes de contrat de fin de partie pour lui tout seul (mais peu rentable, surtout celle de gauche). Sur la droite, vous pouvez voir qu’il a honoré 4 vrais contrats (et 2 de noisettes de départ). Il va empocher un nombre de PV supplémentaire égal à ce nombre de contrats multiplié par le niveau atteint sur la piste de réputation !
Quand je vous disais que tout était bien imbriqué…
Mon atelier en fin de partie, avec, en plus de l’objectif de fin de partie qui va me rapporter beaucoup (voire la progression sur la piste la plus en haut à gauche de mon plateau), 5 contrats que je vais aussi multiplier comme Fabrice.
Je n’en reviens pas qu’on n’ait pas pu, l’un comme l’autre, aller plus loin sur l’acquisition de tuiles de lame de scie ou de valorisation du bois, par exemple…
Et pour finir, la piste de PV à l’issue de cette partie, avant le décompte final…
Un jeu riche, profond, bien alambiqué et pas si long au final, même avec Fabrice… 😉 😉 😉 qu’on aurait plutôt hâte de rejouer rapidement…

Durée de cette partie : 2 heures 45 minutes – Note de cette partie : 17 / 20

Scores de cette partie :

Piste Contrats publics Résidu Contrats X réputation Total
Fabrice (orange) 36 2+12 2 (27) 4 56
Ludo le gars (blanc) 68 12 1 (19) 10 91

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le plaisir clairement ressenti de cette nouvelle découverte, avec moult pétillements ressentis : thème, profondeur, finesses de la roue, limpidité au final, …
– La durée franchement correcte surtout avec nous deux (oui j’ai presque pris plus de temps que Fabrice),
– L’immense frustration, à la Russian Railroads, de ne pas pouvoir aller sur tous les axes stratégiques du jeu… En même temps, c’est ce qui donne aussi des perspectives complètement nouvelles pour les parties futures ! 😉
– La très grosse envie d’y revenir rapidement.

On a moins aimé
– La crainte que ré-expliquer les règles (à Leila ? dans quelque semaines ?) soit aussi fastidieux que ce jour,
– La « petite » tromperie » sur la boîte avec les paragraphes en français qui laissent croire que la règle y est aussi,
–  Le côté plus qu’alambiqué qui ne pourra pas plaire à tout le monde…

————————————————————————————————————

3 commentaires à propos de “[07/01/2023] Woodcraft”

  1. Ça sent le très GROS jeu qui ne se sort pas avec tout le monde au vu la complexité des explications (y’en a partout sur les plateaux, sur la roue !)…
    Noté 3,85 sur BGG je vais rester sur LE jeu noté lui 3,71 qui me semble plus fluide à expliquer 😉

    • Pas si gros jeu que ça honnêtement.
      Oui, au départ on se perd un peu quand on lit ou on a lu la règle en partie. Mais après, franchement, on s’y fait, tant dans la logique des mécanismes que dans le vocabulaire choisi. Un jeu que je vais tenter d’intercaler auprès de Leila… entre deux parties de LE jeu ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


sept + = 11