[07/02/2022] 1923 Cotton Club

La découverte d’un nouveau jeu, c’est toujours un petit événement, surtout quand le jeu n’a pas fait parler de lui et qu’on soupçonne en lui une sacrée richesse… Oui, franchement, se lancer dans 1923 Cotton Club, édité par Looping Games, l’éditeur espagnol qui sait proposer de superbes jeux thématiques dans de toutes petites boîtes, c’est juste un régal par avance ! En espérant ne pas être déçu forcément…


Pour bien se mettre en condition, c’est playlist de jazz en fond sonore et on va se plonger dans l’Amérique des années 20…

1923 COTTON CLUB

Cette nouveauté dans la gamme 19XX de chez Looping Games me faisait plus que de l’oeil ! On attendait d’être trois joueurs pour le découvrir et c’est chose faite ce soir, Julie avec les éléments rouges, Leila les bleus et moi les blancs.
Chacun de nous dirige un établissement de nuit, aux Etats-Unis, à Harlem en 1923, pendant la période si complexe de la prohibition. La vitrine de chacun est un club de jazz, mais, en fait, les gangsters s’y retrouvent pour commercer de l’alcool… Un jeu plein d’ancrage historique et de thème à tout bout de champ !
Ci-dessus, voici la devanture de mon club, avec la piste de mes dollars possédés.
Deux plateaux sont disposés entre les joueurs :
– Celui de gauche, dans les tons marron, propose trois pistes, de gauche à droite : la criminalité (avec le chapeau comme symbole), l’initiative (avec la voiture) et l’influence (avec le mégaphone). Au-dessus, deux actions sur fond noir s’y trouvent également (prendre 5 $, se renseigner sur rumeurs et temporiser pour agir).
– Celui de droite, dans les noir et doré, renferme : la piste de réputation (avec l’étoile) c’est-à-dire des PV et les 5 lignes d’actions réalisables (améliorer son club, recruter un gangster, faire du trafic d’alcool, embaucher un artiste, faire venir une célébrité).
Enfin, à droite des lignes d’actions du plateau noir et doré, on étale 5 séries de 4 cartes. Comme nous avons affaire à un jeu de placement d’ouvriers, chacun va aller positionner un de ses pions en face d’une ligne, le plus souvent, pour réaliser l’action d’une carte (en payant très souvent un coût) et la placer chez lui. Pas de bonus / malus en fonction de la position dans la ligne par contre.
Chacun reçoit également une main de 5 cartes d’événements en début de partie parmi lesquelles il en conserve 3. Voici les miennes. Ces cartes seront jouées de la manche 2 à 6 en complément de l’événement « officiel ». Mais elles seront jouées face cachée et, donc, on peut influer sur ce qui va affecter les autres joueurs… A titre d’exemple, mes cartes offriront 1 PV par symbole de saxophone chez les joueurs, 2 $ par pistolet et un bonus de 5 $ pour le joueur qui a le plus de gangsters dans ses rangs. A voir le meilleur moment pour jouer l’une ou l’autre…
Ça y est, nous voilà partis dans l’époque du Cotton Club en 1923…
Julie, en tant que première joueuse, a choisi d’améliorer son club de jazz, Leila également, tandis que je me suis dit qu’il fallait y aller direct sur le trafic d’alcool !
Ainsi, j’ai payé 2 $ pour prendre cette carte, laquelle me fait augmenter d’un cran sur la piste de criminalité et de deux sur celle de l’influence. Par la suite, je disposerai, jusqu’à la fin de la partie, d’une unité de whisky (en glissant la carte sous mon plateau à droite).
Lorsque tous les joueurs ont joué leurs 3 pions, on procède normalement à la résolution des événements (sauf au premier tour), puis on empoche son revenu (autant de manches encore à venir + 1 $ par liasse de billets placée à droite sous son plateau). Puis on récupère son matériel et on remet des cartes, tout en changeant l’ordre du tour en fonction de la position de chacun sur la piste d’initiative : je passe donc premier et Leila deuxième, tandis que Julie se retrouve dernière. A noter que cet ordre ne changera plus jamais jusqu’à la fin de la partie, j’y veille… 😉
Un peu plus tard, j’investis dans une jolie bagnole histoire de bien conserver ma position de premier sur la piste d’initiative…
Le jeu est fichtrement réussi, à tous les niveaux : graphiquement juste incroyable, mécaniquement au top, thématiquement que dire ? Oui, on a affaire à un grand jeu dans une si petite boîte !
Ca faisait un moment que je pouvais faire venir Jim Farley dans mon club, moyennant le paiement de 7 niveaux d’influence (moins 1 par saxophone et mois 2 par whisky chez moi), mais je n’étais pas pressé. A noter que l’urne à droite indique qu’en fin de partie, moyennant le paiement d’un pot de vin de 3 $, je pourrai réduire mon niveau de criminalité d’un cran… Ultra-thématique je vous disais… 🙂
Exemple de deux événements résolus : « Prohibition » rapporte 2 $ pour chaque bouteille de vin dans son club et « Mob Shooting » rapporte 2 PV à celui qui a le plus de pistolets et réduit la réputation de 1 à celui qui en a le moins.
Hasardeux les événements ? Non, pas du tout : l’un d’eux est pioché au hasard certes, mais les autres sont joués par les joueurs et, surtout, une action permet d’aller les regarder lors de la phase d’actions avant de décaler son pion ailleurs (selon les places restantes). Splendide !
Vue générale à mi-partie, donc après 3 manches sur les 6 que comptera la partie…
Vous vous rendez compte que tous ces composants tiennent dans la toute petite boîte blanche ?
Un peu après, je me dis que les armes et gangsters recrutés doivent être rentabilisés : je me lance dans un gros coup en payant 9 $ et en empochant tout ce qui est indiqué sur ma carte…
C’est très tendu comme jeu et il semble qu’on puisse y aller de pas mal de manières…
Dernière manche en démarrage et on voit que faire venir des célébrités dans son club devient crucial pour empocher de précieux PV (étoiles rouges)…
Julie est au taquet, avec une stratégie basée au départ sur les gros trafics d’alcool et les gangsters, puis sur la venue de célébrités très lucratives en PV…
La partie est finie… ou presque ! En effet, voici les plateaux de jeu juste avant que l’on procède aux éventuels arrangements entre célébrités et post de vin pour abaisser son niveau de criminalité…
Pour le décompte, en plus des PV notés sur la piste de réputation, il y aura un bonus de 3 PV à celui qui est le plus avancé sur la piste d’influence (Leila vient pile de me doubler en venant sur mon pion !), un autre de 2 PV pour la piste d’initiative et un malus de – 5 PV et de – 3 PV pour la piste de criminalité. Et, évidemment, on ajoutera aussi nos PV indiqués sur nos cartes recrutées.
Le club de jazz de Julie est très efficace au niveau PV (cartes très lucratives et dollars à hauteur de 39).
Leila a construit beaucoup de cartes également mais elles rapportent moins.
Mon club me paraissait pas trop mal mais j’avais mal estimé le gain potentiel des cartes…
Et pourtant j’ai bien su m’arranger avec trois de mes célébrités pour qu’elle fasse reculer mon marqueur blanc de trois cases sur la piste de criminalité…
J’adore ce côté : j’ai rien fait moi, je suis blanc comme neige !!! 😉
Pour conclure, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer les cartes amassées par Julie… Avec un total de 34 étoiles rouges, comment dire ?
Bravo madame la reine du jazz (et des entourloupes) !!!

Durée de cette partie : 1 heure 40 minutes – Note de cette partie : 17 / 20

Scores de cette partie :

PV sur le plateau PV des cartes $ Piste d’influence Piste d’initiative Piste de criminalité Total
Julie (rouge) 15 34 7 0 0 – 5 51
Leila (bleu) 12 20 4 3 0 – 3 36
Ludo le gars (blanc) 8 26 5 0 2 0 41

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’effet Wahou de la présence du thème dans ce jeu à tous les niveaux, bien servie par les illustrations de toute beauté et des précisions biographiques des personnes représentées dans le jeu,
– Les superbes mécaniques mise en œuvre : utiliser la criminalité mais attention à la fin, temporiser pour se placer, pots de vin finaux, …
– La grosse envie d’y revenir,
– La taille hallucinante de la boîte qui déborde réellement au sens propre !

On a moins aimé
– La non présence de ce jeu dans les catalogues de jeux français, tout comme 1987 Channel Tunnel par exemple,
– La peur que le jeu soit moins bon à deux joueurs (un joueur neutre) mais ce sera à voir !

————————————————————————————————————

5 commentaires à propos de “[07/02/2022] 1923 Cotton Club”

  1. Ils sont bien tentants ces jeux espagnols! Ça donne envie. Rien à voir mais si tu es à Cannes, ça serait chouette de se croiser en chair et en os. Amicalement. François

    • Oh mais oui, ils sont bien ces jeux espagnols !!!

      Et pour se voir à Cannes, ça devrait être dans le domaine du possible et avec grand plaisir ! Leila trépigne d’impatience de rencontrer l’auteur du grand « Quadropolis » ! 😉

  2. Rétroliens : [Test] 1923 Cotton Club, un petit jeu qui se prend pour un grand - Undécent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× deux = 2