[07/02/2003] Dschunke

Participants
– Yvan, commerçant portuaire victime de somnolences initiales 😉
– Coline, qui va devoir faire preuve de capacités d’anticipation, ce qui l’inquiète de prime abord,
– Julie, en route pour sa millième partie (j’exagère juste un chouilla…),
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Exploit retentissant chez Ludo le gars : le même jeu ressort des étagères dans la même semaine !!! Qui l’eut cru ?
Bon, c’est vrai que Dschunke le mérite amplement et qu’il me tardait de le faire découvrir à Julie. Et comme nous sommes invités chez des amis qui souhaitaient que j’apporte une boîte, il m’a semblé sympa de profiter de cette soirée pour présenter ce jeu à tout le monde, surtout qu’il constitue l’une des meilleures productions de 2002.

En une quinzaine de minutes, j’expose l’ensemble
des règles à l’assemblée; et Julie nous fait part
de sa déconnexion la plus totale : elle émet des réserves
certaines sur sa compréhension des mécanismes et des objectifs…
On est mal !

Yvan prend les palettes bleues, Coline les
jaunes, votre serviteur les vertes et Julie les rouges et hop, hop, c’est
parti !.


Une tablée fort sérieuse. Enfin, en ce qui concerne Julie,
la question est de savoir quelle action effectuer qui ne montre pas trop
qu’elle joue au hasard ;-)))


Julie choisit de se renforcer en prenant du riz…

Plus les tours passent, plus ma position se
consolide : à présent que mes cartes spéciales de
prise de marchandises sont régulières, je peux tenter de
préparer la fin de partie : placement de palettes sur toutes les
jonques et prise de 2 cartes spéciales essentielles que sont l’ajout
d’une palette et le déplacement d’une autre.
Lorsque se présenteront les 2 derniers tours, j’aurai ainsi, dans
ma musette, le moyen de réagir à leurs blocages. En effet,
il convient de souligner que mes 3 adversaires se liguent à présent
contre moi.
Et c’est légitime, même si Julie et Coline profitent de la
situation pour s’enrichir.


Quelle puissante configuration ! A chaque tour je pioche 6 cartes de
marchandise pour me renforcer, alors que les autres joueurs n’en piochent
que 2 chacun…

Comme prévu, lors du 9ème tour
je réalise une action spéciale pour rajouter une palette
à ma couleur dans la jonque blanche où je n’étais
plus visible et lors du 10ème tour, je déplace l’une des
2 palettes que je viens de placer dans la jonque orange (marchand de palettes)
pour la placer dans la jonque grise et y être visible aussi…
J’entends encore mes adversaires ruminer, car il ne leur reste aucune
possibilité pour m’empêcher d’être visible partout.


La situation finale du jeu


Coline choisit de prendre des revenus, et elle a bien raison : après
tout, le but du jeu est d’être le plus riche en fin de partie…

Coline et Yvan tente de glaner le maximum
d’argent dès l’entame de la partie, car, ne connaissant pas le
jeu, ils axent leurs efforts sur le but du jeu : être le plus
riche. Ce raisonnement se défend fort bine, même si, quelque
part, il m’arrange, moi qui escompte de prendre le maximum de cartes
spéciales et de poser des palettes régulièrement.

Au bout de 2 ou 3 tours, je possède
déjà 4 cartes spéciales me permettant de prendre
plus de marchandises, ce qui me place en position favorable assez rapidement.
Dans le même temps, Coline et Yvan se sont déjà
bien enrichis, mais, à vrai dire, cela ne m’inquiète pas
trop.
Julie, de son côté, éprouve beaucoup de difficultés
à trouver ses marques, surtout que lors des phases de marchandage,
elle se fait systématiquement doubler par un autre joueur. Dur,
dur.

Lors de la prise obligatoire de cartes spéciales,
Coline réussit à prendre la carte de gain des égalités,
ce qui renforce sa position et peut ré-équilibrer les
forces en présence.
Sachant que j’ai déjà plusieurs cartes spéciales,
il va falloir que je poursuive ma quête de cartes, ce qui, comme
le soulignera Coline à plusieurs reprises, me permet de jouer
2 fois dans le même tour en quelque sorte : je fais une action
en phase 2 (palettes ou revenus) et je pioche des cartes lors de la
phase 3.


La situation lors du 6ème tour de jeu : les caisses vertes
sont visibles dans de nombreuses palettes et le nombre de cartes spéciales
devant votre serviteur est très important. Bref, la situation
m’est très favorable…

La situation de Coline s’améliore
d’ailleurs de tour en tour et lors du 8ème elle remporte plusieurs
égalités contre moi lors de la phase de marchandage, ce
qui se traduit par une soudaine fragilité de ma position. Il
faut impérativement que je parvienne à être visible
dans toutes les jonques et à être dans la configuration
de ma carte spéciale de bonus que j’ai pris ce même tour
: 5 caisses visibles dans la jonque violette et 2 dans la orange.


Je choisis une carte spéciale de bonus pour la fin de partie…

Tout au plus, mais Julie ne le sait pas,
elle aurait la possibilité de bloquer ma carte bonus en plaçant
sa palette ajoutée en plus, dans la jonque violette au lieu de
la jonque blanche, où elle affaiblit les positions de Coline.

Le jeu va parvenir à son terme et
peu de suspens subsiste quant au décompte et au nom du vainqueur.
Nous verrons d’ailleurs que la dernière action de Julie, même
si elle n’avait pas renversé l’ordre final, aurait contribué
à rapprocher de manière très importante les positions
de Coline et de votre serviteur.

Décompte final
Je remporte cette partie avec un total de 77 points, contre
53 pour Coline, 46 pour Yvan et 41 pour Julie. Le détail est le suivant
:

Argent collecté
Bonus dû aux cartes
Bonus dû aux caisses visibles
Total
Yvan
34 (14 + 9 + 9)
0
12
46
Coline
45 (17 + 15 + 13)
0
8
53
Ludo le gars
40 (22 + 14 + 4)
12
25
77
Julie
29 (4 + 16 + 9)
0
12
41

Débriefing
Cette partie de Dschunke s’est révélée fort agréable,
même si mes 3 partenaires ont trouvé que je possédais un
avantage non négligeable en connaissant déjà le jeu. Il
est vrai qu’il a fallu 3 tours à Julie pour comprendre la mécanique
et l’implication des actions un tour sur l’autre, et que Coline et Yvan ne se
sont pas méfiés assez tôt des cartes spéciales que
j’ai amassées.

Au niveau des enseignements de jeu, j’en dénombre 3 fondamentaux :
– Une partie semble se fractionner en 2 étapes : la première jusqu’au
6ème tour où il convient de renforcer ses cartes marchandises
et commencer à collecter des l’argent lorsqu’une opportunité se
présente (prise de cartes spéciales d’acquisition de plus de marchandises,
marchand de revenus) et la deuxième où il faut penser à
la fin de partie (placement de palettes, prise de cartes spéciales du
type déplacement de palettes ou configuration bonus). Une carte d’acquisition
de plus de marchandises se justifie surtout dans les 3 ou 4 premiers tours,
car vous bénéficierez de ses effets plus longtemps (meilleure
rentabilité).
– Une stratégie payante semble être une collecte systématique
des cartes spéciales lorsqu’au marché l’une d’entre elles est
mise en jeu. En effet, même si vous ne voyez pas l’intérêt
tout de suite de telle ou telle carte, vous empêchez un autre joueur d’en
prendre, ce qui peut vous placer en position favorable indirectement.
– Les actions de joueurs tiers sur un tour précis peuvent modifier la
donne de manière spectaculaire et il convient de se méfier des
joueurs à la traîne. Exemple : lors du dernier tour, si Julie avait
placé sa palette bonus dans la jonque violette au lieu de la blanche,
je n’aurais pas marqué les bonus de la configuration de ma carte spéciale
(soit 12 points de moins) et dans le même temps Coline aurait marqué
les points de la sienne (soit 8 points). Au total, le différentiel de
points entre Coline et moi serait monté à 20 points, ce qui ne
l’aurait pas fait gagner, mais seuls 4 petits points nous auraient séparés
au lieu des 24 actuels !

Dschunke est indiscutablement un jeu riche, car il favorise l’expérimentation
de multiples stratégies. C’est un gage de grande durée de vie
pour un jeu.
Je pense qu’il devrait continuer à sortir souvent des étagères…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


six + = 8