[07/05/2002] Montgolfière

Participants
– Julie, très à l’aise dans son ballon, à force de pratiquer le ballon… de rouge,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Cette partie de Montgolfière est une découverte de ce jeu pour Julie comme pour moi. En revanche, le principe général du jeu ne nous est pas étranger, nous qui apprécions des jeux du type Tapis volant, Ave Cesar ou encore le Tour du Monde en 80 jours.

Une fois lu les très courtes règles, nous choisissons chacun une couleur : rouge pour Julie et vert pour moi, le Baron noir (le joueur fictif entièrement manipulé par le hasard) prenant le orange. Et c’est parti !

Je tente de mettre en place dès le tout début de la partie une stratégie basée sur une avance confortable en quelques tours, ce qui place mon pion vert 2 cases au dessus de mes concurrents en 2 tours. Ce que je n’ai pas prévu, en revanche, c’est la notion d’escadrille qui fait les affaires de Julie, puisqu’à chaque tour, elle peut consulter la carte que va jouer le Baron noir… Cela va être difficile pour moi, d’autant plus qu’un grappin bien ajusté par mes 2 concurrents les fait progresser grâce à l’une de mes cartes de lest.

La suite de la partie me voit commettre une erreur de jugement, puisque je joue beaucoup trop tôt ma carte de Super Moteur. En effet, une fois que je l’ai jouée, je ne dispose plus de moyen d’aller plus vite que Julie. Et ainsi, comme mon avance n’est pas très marquée, elle a tôt fait de me rejoindre, puis de me dépasser, pour enfin accélérer avec son Super Moteur et atteindre la case 12.

Décompte final
Julie remporte la partie (atteinte de la case 12), tandis que le Baron Noir achève son déplacement sur la case 9 et que j’atteins péniblement la case 8.

Débriefing
Sympa ce jeu. Tranquille à pratiquer, simple d’accès, et finalement agréable et reposant.
Certes, il est possible d’émettre des considérations tactiques, comme par exemple  l’importance de conserver sa carte Super Moteur le plus longtemps possible pour la jouer en haute altitude, mais je pense que ce jeu se doit d’être pratiqué avec légèreté et sans trop réfléchir.

Le Baron Noir est déconcertant et n’apporte pas vraiment un plus au jeu : comme il est régi par le hasard, qu’il ne peut jamais bluffer, et que lors d’une escadrille il ne voit pas vos cartes, il peut déséquilibrer une partie et favoriser des joueurs par le simple fait du hasard.
Je pense donc que ce jeu doit être joué avec uniquement des êtres humains et en nombre assez important (4 au minimum pour les interactions).

Juste une dernière remarque pour signaler qu’avec 4 cartes grappin en main et en position de joueur le mieux placé, il est difficile de poursuivre sa route sans être rejoint.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


neuf − = 5