[07/05/2004] New England

Participants
– Romain, qui apprécie les jeux un peu costaud et qui sera donc déçu à la sortie (c’est un peu de ma faute…),
– Bruce, joueur de Pierre-Bénite, qui fait partie du gentil comité d’accueil des Ludophiles exilés 😉
– Lionel, idem,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Alors que nous recherchions une boîte de jeu, histoire de bien commencer la soirée lors de notre expatriation à Pierre-Bénite, dans le cadre des soirées délocalisées des Ludophiles (ouf…), je propose une partie de New England, un jeu que je voulais retester, histoire de voir si la partie jouée à Vaugrigneuse en 2003 était représentative de ce que l’on pouvait attendre de ce jeu.
Je me colle donc à la relecture des règles, tandis que mes partenaires de jeu préparent le matériel et compose la mise en place initiale du plateau (nous jouerons avec la prédisposition indiquée dans la règle). Chacun prend une famille de pilgrim : les Winslow pour Romain (W), les Palmer pour Bruce (P), les Howland pour Lionel (H) et les Annakle pour Ludo le gars (A), puis la partie peut débuter avec votre serviteur en premier joueur
.


Ue vue de la configuration initiale du jeu qui me parait, d’ailleurs,
assez inégale : le joueur W possède deux zones portuaires
et un très grand espace potentiel vert, le joueur H n’est pas mal
lôti non plus, alors que les joueurs A et P sont vraiment moins
bien placés (très concentrés, ils auront du mal à
s’étoffer). La prochaine fois, je ne jouerai pas sur cette configuration-là…


Lionel, à droite, est en train de remplir la zone de carte et
tuiles mises à la vente, sous les yeux de Bruce, attentif…


Un exemple douloureux : avec un jeton de valeur 4 et un capital de
4 pièces, je ne pourrai acheter qu’une carte ou tuile. Pas merci
Lionel qui a fait le choix de prendre le jeton 1 juste avant moi (les
jetons 2 et 3 étant déjà pris)…


Comment jouer un dernier tour aussi délicat ? En effet, alors
que tout est possible sur les majorités de pélerins, 2 cartes
sont proposées lors de l’ultime tour et les jetons de mise s’envolent
!


Sur cette vue rapprochée, on peut voir la réalisation
du premier contrat vert, réussi par le joueur H : il a retourné
les tuiles concernées afin de mettre en évidence qu’elles
ont été utilisées pour réussir un contrat
de type « angle » de taille 3 cases…


Une vue générale du plateau de
jeu, mettant en évidence notamment la grande ligne marron du
joueur A dans une zone ardue pour les payasages marrons (3 sur 4 dans
le coin). On pourra aussi noter qu’à ce moment du jeu le joueur
H est seul majoritaire sur les bateaux (à gauche) et que cela
lui octroie le droit de tirer une carte ou une tuile de plus lorsqu’il
choisit ce qu’il achète…


Lionel et Bruce se tirent la bourre pour essayer
de mieux terminer que l’autre, alors que Romain, jusque là bien
placé, verra les derniers tours sceller son destin…


La configuration finale du jeu…

 

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure 15 minutes – Mise en place du jeu : 10 minutes – Explication des règles : 15 minutes
Lionel remporte cette partie avec un total de 34 points, devant Bruce avec 33 points, Ludo le gars avec 30 points et Romain avec 28 points.

Le détail est le suivant :

Contrats
Pélerins
Bateaux
Granges
Argent
Total
Romain (W)
24
3
1
0
17
28
Bruce (P)
25
3
2+2
1
10
33
Lionel (H)
24
4+4
1
1
13
34
Ludo le gars (A)
19
2
2+2
2+3
11
30


Débriefing
Idem. Voici mon court mais bien réel verdict. Le jeu ne m’a pas convaincu
plus que l’année dernière et, même s’il est agréable
à pratiquer, il est bien loin de transcender les foules… En tout cas,
aucun des 4 joueurs attablés ne courra l’acheter à la boutique
du coin…

New England n’est pas un mauvais jeu, que les choses soient claires, mais il
n’apporte pas grand chose de neuf. Il est intéressant par 2 aspects :
– Le système d’ordre du tour, déjà abordé plusieurs
fois dans ces lignes, qui garantit de faire jouer la concurrence et stimule
les énergies : si on mise haut, les joueurs suivants doivent se poser
la question en ces termes : « Ai-je intérêt à miser
plus haut, sachant que je ne pourrai ainsi faire qu’un seul achat ? »
– L’obligation de disposer de tuiles vierges pour agir oblige les joueurs à
ne pas payer trop cher leurs composants, sous peine de ne pas pouvoir en acheter
assez. C’est à mon avis l’une des clés du jeu : savoir acheter
pas cher, quitte à ne pas faire ce que l’on veut…
Au final, on s’amuse, mais de là à savoir pourquoi on perd ou
on gagne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


quatre + 8 =