[08/04/2004] Chat Perché

Participants
– Lolive, OK pour un test rapide d’un petit jeu, un peu comme pour Tyrus il y a 15 jours,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Parmi les très nombreux jeux envoyés par Asmodée ces derniers temps (merci, merci, mais quel boulot !), figure cete petite boîte rouge baptisée Chat perché, un jeu concçu par Christophe Boelinger. Comme il se joue à 2 et qu’il ne dure pas très longtemps, à priori, nous nous attablons avec Lolive pour une petite partie de découverte.
Après une explication rapide des règles (que j’ai lues quelques heures avant), nous attaquons la partie, Lolive avec les chats roux et votre serviteur avec les chats noirs.


Lolive déplace l’un de ses chats roux, la carte qu’il a piochée
lui imposant ce mouvement…


Une vue générale de la situation alors que chacun a tendance
à se rendre sur les branches dont il connaît la résistance,
plutôt que de s’aventurer sur une frêle branchette. Cela changera
par la suite, lorsque l’on aura intérêt à lier nos
intérêts…


Lolive déplace l’un de ses chats au pied de l’arbre, alors que
nous sommes rentrés dans la dernière partie du jeu : nous
avons battu nos cartes et le pion chiens n’est qu’à 2 cases du
but (une seule carte peut les propulser à cet emplacement)…


Une vue rapprochée mettant en évidence la carte que je
viens de piocher : faire avancer de 2 cases le pion Chiens (celui qui
indiquera plus tard la fin de partie). D’autre part, on peut voir sur
le plateau deux de mes panneaux rectangulaires indiquant la résistance
des branches : 4 chats pour celle de gauche (indestructible) et 4 pour
l’autre (ne se cassera que si l’ensemble des cases est occupé)…


Une vue rapprochée du plateau au moment où Olivier, bien
inspiré, a placé l’un de mes chats sur ma branche la moins
solide alors qu’il y en avait déjà un. Résultat :
la branche casse et mes chats se retrouvent au sol. Heureusement que j’avais
senti le coup venir et que j’avais placé ce panneau 1 sur la branche
la plus près du sol (minimisation de la hauteur de chute pour mes
chats)…


La configuration finale du jeu, où l’égalité la
plus parfaite est visible : 7 chats chacun et le plus haut exactement
sur la même position (critère de départage rajouté
par nos soins 😉 et donc inutile re;-) …

Décompte final
Durée de la partie : 20 minutes – Mise en place du
jeu : 5 minutes – Explication des règles : 5 minutes
Lolive et moi terminons à égalité parfaite avec 7 chats
chacun dans l’arbre.

Débriefing
Pour un petit jeu, c’est un petit jeu : par la durée d’abord, par le
peu de réflexion requis ensuite, par le peu de possibilités à
chaque tour enfin. Je retourne une carte et j’en applique les effets ; à
toi. Voilà à peu près à quoi se résume ce
jeu, un poil pimenté par les cassures de branches lorsque les capacités
sont dépassées. Et encore… Sur cette partie, nous avons été
victimes de seulement 2 branches cassées, pas assez pour que les écarts
se creusent au score.
D’ailleurs, à ce sujet, il nous a semblé illusoire de pouvoir
se détacher au score, puisque nous disposons exactement des mêmes
cartes de jeu et que, dans la mesure du possible, on utilise les cartes négatives
pour affaiblir son adversaire au maximum, et les cartes positives pour renforcer
ses positions. Comment obtenir des différences si nous jouons à
peu près correctement ? Peut-être en misant sur la chance liée
à la seconde moitié du jeu (dès que les défausses
ont été rebattues) : si la carte Chiens 2 sort alors que l’adversaire
a eu le bonheur de pouvoir faire grimper un chat de plus, ce dernier l’emporte
d’… un chat !

Non vraiment, je n’ai pas été très emballé par
ce jeu, même s’il n’est pas fondamentalement mauvais et qu’on ne peut
pas lui reprocher grand chose. En quelque sorte, on ne peut pas s’extasier non
plus sur grand chose. C’est un jeu qui pourrait plaire aux plus jeunes, notamment
en raison du bluff lié aux panneaux rectangulaires (aspect sympathique
du jeu).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit − = 0