[08/05/2018] Opération Archéo – Scénario n°1 Facile Flash, Ilôs

Oh oh oh, quelle belle après-midi ludique avec la découverte de deux jeux très récents : Opération Archéo et Ilôs.
Le premier nommé est sorti pour Cannes 2018 et présente la particularité d’avoir été conçu non pas par un auteur de jeu moderne mais par un archéologue, un vrai ! Ça en promet des choses, non ? imaginez un jeu où vous allez tenter d’identifier ce qui se cache sous vos pieds, un jeu où vous allez tantôt y aller à la pelle mécanique, tantôt à la truelle voire à la brosse à dents, un jeu où  vous allez pouvoir vivre une grosse vingtaine de scénarios à plusieurs niveaux de difficulté possibles… Merci Mathieu Baiget, auteur du jeu, pour ta grande disponibilité et ta passion autour de ton jeu…
Ensuite, l’autre jeu est édité par La Boîte de Jeu et on a affaire, là, à un classique des jeux actuels : court, limpide, efficace…

OPÉRATION ARCHÉO

Installation du jeu, magnifique, et premières fouilles à venir, avec le scénario n°1 niveau facile...
Installation du jeu, magnifique, et premières fouilles à venir, avec le scénario n°1 niveau facile…
Nous sommes des archéologues et nous allons essayer de découvrir quels vestiges se cachent sous nos pieds ! Excitant, non ? Ci-dessus les 5 premières possibilités, avec les types de restes qu'on peut y trouver et leur géométrie.
Nous sommes des archéologues et nous allons essayer de découvrir quels vestiges se cachent sous nos pieds ! Excitant, non ? Ci-dessus les 5 premières possibilités, avec les types de restes qu’on peut y trouver et leur géométrie.
Et voilà les 7 autres possibilités. Vu les différences géométriques (forme et taille), historiques (carré coloré en-dessous des figures) et de terrain (poteau, mur, ...), on voit qu'on va devoir faire preuve d'une sacrée déduction pour savoir sur quoi on marche !!!
Et voilà les 7 autres possibilités. Vu les différences géométriques (forme et taille), historiques (carré coloré en-dessous des figures) et de terrain (poteau, mur, …), on voit qu’on va devoir faire preuve d’une sacrée déduction pour savoir sur quoi on marche !!!
Dans la version familiale de la règle à laquelle nous nous adonnons ce jour, nous ne pouvons utiliser que deux outils : le gros bestial (comprendre la pelle mécanique) et le finaux (à savoir la truelle). L'idée est qu'au début de son tour on annonce quel outil on utilise avant de jeter le D6 qui va déterminer le nombre de cases qu'on va pouvoir examiner.
Dans la version familiale de la règle à laquelle nous nous adonnons ce jour, nous ne pouvons utiliser que deux outils : le gros bestial (comprendre la pelle mécanique) et le finaux (à savoir la truelle). L’idée est qu’au début de son tour on annonce quel outil on utilise avant de jeter le D6 qui va déterminer le nombre de cases qu’on va pouvoir examiner.
Lorsque la pelle mécanique aura fait son office et révélé autre chose que le "rien", on va examiner plus en détails le contenu des tas de cailloux, les petites taches et autres grandes taches à l'aide de notre précieuse et raffinée truelle. C'est alors qu'on saura si on a trouvé un mur, un sol, un trou de poteau ou encore un angle de fossé... Oui, c'est hyper thématique, et tant mieux !!!
Lorsque la pelle mécanique aura fait son office et révélé autre chose que le « rien », on va examiner plus en détails le contenu des tas de cailloux, les petites taches et autres grandes taches à l’aide de notre précieuse et raffinée truelle. C’est alors qu’on saura si on a trouvé un mur, un sol, un trou de poteau ou encore un angle de fossé… Oui, c’est hyper thématique, et tant mieux !!!
Nous jouons à deux à ce jeu assez prometteur, disons le clairement, sachant qu'il est coopératif et qu'on va essayer de déterminer, au mieux, ce qui se trouve sous nos pieds. Dans la version familiale, à laquelle nous jouons, nous devons résoudre 4 étapes : quel site ? quelle période ? quelle géométrie (4 angles de la zone) ? et avoir obtenu au moins deux séries de 3 cartes de l'époque en question (bijoux, armes, ...).
Nous jouons à deux à ce jeu assez prometteur, disons le clairement, sachant qu’il est coopératif et qu’on va essayer de déterminer, au mieux, ce qui se trouve sous nos pieds. Dans la version familiale, à laquelle nous jouons, nous devons résoudre 4 étapes : quel site ? quelle période ? quelle géométrie (4 angles de la zone) ? et avoir obtenu au moins deux séries de 3 cartes de l’époque en question (bijoux, armes, …).
Au premier tour, sur les 3 que comptera notre partie familiale facile, Leila obtient un pitoyable 1 au dé et doit sacrifier une case en y plaçant un carré marron. Dans l'angle M1, ça c'est fait !
Au premier tour, sur les 3 que comptera notre partie familiale facile, Leila obtient un pitoyable 1 au dé et doit sacrifier une case en y plaçant un carré marron. Dans l’angle M1, ça c’est fait !
Pour jouer à ce jeu, il faut une application qui résolve les choix des joueurs. Ci-dessus, par exemple, j'ai indiqué les cases B2, puis C3, puis D4 et enfin D5, avec l'obtention de tas de cailloux sur les deux dernières. Système bien vu et bien stressant. On dirait une bataille navale qui se cache. Intéressant...
Pour jouer à ce jeu, il faut une application qui résolve les choix des joueurs. Ci-dessus, par exemple, j’ai indiqué les cases B2, puis C3, puis D4 et enfin D5, avec l’obtention de tas de cailloux sur les deux dernières. Système bien vu et bien stressant. On dirait une bataille navale qui se cache. Intéressant…
Le jeu plaît bien à Leila, même si elle a du mal avec la notion de pertinence géographique de fouille pour identifier le site sur lequel on se trouve tous les deux...
Le jeu plaît bien à Leila, même si elle a du mal avec la notion de pertinence géographique de fouille pour identifier le site sur lequel on se trouve tous les deux…
Comme on est deux joueurs, on joue deux fois chacun par tour (alternativement) et voici à quoi nous sommes rendus au bout du premier tour...
Comme on est deux joueurs, on joue deux fois chacun par tour (alternativement) et voici à quoi nous sommes rendus au bout du premier tour…
Oh oh oh, pas mécontent d'avoir déniché trois traces du passé du lieu, à savoir une feuille de boucher, une assiette sigillée et un bol en terra nigra.
Oh oh oh, pas mécontent d’avoir déniché trois traces du passé du lieu, à savoir une feuille de boucher, une assiette sigillée et un bol en terra nigra.
Il ne nous reste pas lourd et il va bien falloir qu'on se détermine sur ce qu'on imagine avoir trouvé. A savoir que la fiche, présentée au début de ce reportage, permet d'éliminer des sites soit en fonction de leur géométrie soit en fonction de leur époque...
Il ne nous reste pas lourd et il va bien falloir qu’on se détermine sur ce qu’on imagine avoir trouvé. A savoir que la fiche, présentée au début de ce reportage, permet d’éliminer des sites soit en fonction de leur géométrie soit en fonction de leur époque…
Bon, ben va bientôt falloir choisir...
Bon, ben va bientôt falloir choisir…
On a réussi à amasser au moins deux séries de 3 cartes (en fait trois !!!).
On a réussi à amasser au moins deux séries de 3 cartes (en fait trois !!!).
On a visé juste en indiquant qu'on pensait qu'on était au cœur d'un fanum gallo-romain !
On a visé juste en indiquant qu’on pensait qu’on était au cœur d’un fanum gallo-romain !
Pour le plaisir, une petit photo du certificat d'authenticité de la boîte de jeu que j'ai achetée à Cannes...
Pour le plaisir, une petit photo du certificat d’authenticité de la boîte de jeu que j’ai achetée à Cannes…

Durée de la partie : 45 minutes – Note de cette partie : 15 / 20

Scores de la partie :

Site Période Délimitation Familles Bilan
Leila + Ludo le gars Fanum gallo-romain Antiquité B4 H4 B10 H10 3 fois 3 objets Victoire

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’excellent rendu du thème, avec cette sorte de fièvre au moment de déterminer ce qu’on a vraiment trouvé,
– Les multiples scénarios proposés, en espérant qu’ils continueront à s’étoffer, pour les générations futures… 😉
– La non-obligation d’avoir tout mis à jour pour détermine le type de site.

On a moins aimé
– La place du hasard, surtout dans les autres versions de règles (météo, …) même si cela est thématique,
– Le côté leader qui va s’exprimer, forcément, dans ce jeu coopératif…

————————————————————————————————————
ILÔS

Jeu estampillé à partir de 10 ans, mais, à la lecture de la règle, il me semble que Leila (7 ans et 1/2) devrait pouvoir s'y essayer. Petit détail amusant que Leila nous montre sur la boîte de jeu : durée de partie de 45 minutes. Vraiment ? Regardez ci-dessous...
Jeu estampillé à partir de 10 ans, mais, à la lecture de la règle, il me semble que Leila (7 ans et 1/2) devrait pouvoir s’y essayer. Petit détail amusant que Leila nous montre sur la boîte de jeu : durée de partie de 45 minutes. Vraiment ? Regardez ci-dessous…
Non, c'est 35 minutes, si on se réfère au dessous de la boîte !
Non, c’est 35 minutes, si on se réfère au dessous de la boîte !
Mais, mais, mais... On ne sait plus à quel saint se vouer car, sur la tranche, on retrouve une durée prévue de 45 minutes !!!
Mais, mais, mais… On ne sait plus à quel saint se vouer car, sur la tranche, on retrouve une durée prévue de 45 minutes !!!
Nous jouons à Ilôs à 4 joueurs, Julie avec les pions rouges, Tristan les jaunes, Leila les bleus et moi-même les verts. Au départ, chacun va placer une tuile de paysage et un bateau à sa couleur contre une des côtes de la tuile posée.
Nous jouons à Ilôs à 4 joueurs, Julie avec les pions rouges, Tristan les jaunes, Leila les bleus et moi-même les verts. Au départ, chacun va placer une tuile de paysage et un bateau à sa couleur contre une des côtes de la tuile posée.
Voici donc notre configuration de départ, avec les 4 premières tuiles posées et les bateaux de chaque joueur. La vraie partie peut démarrer. A son tour, le joueur actif utilise des cartes de sa main (6 différentes) en payant leur coût avec ses cartes (un peu comme dans San Juan). Puis, il produit avec ses pionniers placés sur des zones de production (ébène, épices, teinture, or) et, enfin, il pioche autant de cartes que 3 + nombre de bateaux à sa couleur + nombre de forts construits.
Voici donc notre configuration de départ, avec les 4 premières tuiles posées et les bateaux de chaque joueur. La vraie partie peut démarrer. A son tour, le joueur actif utilise des cartes de sa main (6 différentes) en payant leur coût avec ses cartes (un peu comme dans San Juan). Puis, il produit avec ses pionniers placés sur des zones de production (ébène, épices, teinture, or) et, enfin, il pioche autant de cartes que 3 + nombre de bateaux à sa couleur + nombre de forts construits.
Petit exemple à mon premier tour : je joue cette carte et défausse deux autres carets pour placer un pionnier vert sur une forêt produisant de l'ébène, sur une île où j'ai au moins un bateau. Je place aussi un jeton d'ébène devant mon paravent pour me souvenir que je produirai un ébène par tour. Très simple.
Petit exemple à mon premier tour : je joue cette carte et défausse deux autres carets pour placer un pionnier vert sur une forêt produisant de l’ébène, sur une île où j’ai au moins un bateau. Je place aussi un jeton d’ébène devant mon paravent pour me souvenir que je produirai un ébène par tour. Très simple.
Fin du premier grand tour de jeu, avec l'ajout de certaines tuiles de paysages par Julie (une avec un bateau rouge) et Tristan (deux avec deux bateaux jaunes). Pour ce faire, ils ont utilisé des cartes de bateaux qui ne coûtent qu'une carte et qui permettent de rajouter un bateau en jeu. Utile pour le développement et pour piocher plus de cartes par la suite...
Fin du premier grand tour de jeu, avec l’ajout de certaines tuiles de paysages par Julie (une avec un bateau rouge) et Tristan (deux avec deux bateaux jaunes). Pour ce faire, ils ont utilisé des cartes de bateaux qui ne coûtent qu’une carte et qui permettent de rajouter un bateau en jeu. Utile pour le développement et pour piocher plus de cartes par la suite…
Le jeu donne à penser car il semble qu'on peut se développer de manière assez différente : placer plein de bateaux assez vite, placer des pionniers pour collecter des ressources, investir sur l'or (coût de 5 cartes !), tenter de piller des temples (coût de 7 cartes !), amasser plein de cartes en main, jouer sur les cours du marché, ...
Le jeu donne à penser car il semble qu’on peut se développer de manière assez différente : placer plein de bateaux assez vite, placer des pionniers pour collecter des ressources, investir sur l’or (coût de 5 cartes !), tenter de piller des temples (coût de 7 cartes !), amasser plein de cartes en main, jouer sur les cours du marché, …
Leila s'en sort assez bien et elle a bien intégré que les cartes ont deux fonctions : les jouer pour leur effet ou les dépenser pour payer le coût d'autres cartes. Pas mal...
Leila s’en sort assez bien et elle a bien intégré que les cartes ont deux fonctions : les jouer pour leur effet ou les dépenser pour payer le coût d’autres cartes. Pas mal…
Tristan est le premier à réussir à placer un pionnier sur une mine d'or. Il va, dorénavant, récupérer un or par tour, ce qui va lui permettre de prendre probablement de l'avance en vue de la fin de partie, puisque l'or est vendu plus cher au marché et que c'est quand même le but du jeu d'être le plus riche à la fin...
Tristan est le premier à réussir à placer un pionnier sur une mine d’or. Il va, dorénavant, récupérer un or par tour, ce qui va lui permettre de prendre probablement de l’avance en vue de la fin de partie, puisque l’or est vendu plus cher au marché et que c’est quand même le but du jeu d’être le plus riche à la fin…
Je suis le premier à modifier le cours d'une ressource au marché, en l'occurrence celui de l'ébène. Le petit jeton jaune recouvrant la case 1 indique que chaque jeton d'ébène, en fin de partie, rapportera 2 sous au lieu d'un. A noter qu'il m'a fallu défausser un jeton d'ébène pour ce faire... D'où le dilemme !
Je suis le premier à modifier le cours d’une ressource au marché, en l’occurrence celui de l’ébène. Le petit jeton jaune recouvrant la case 1 indique que chaque jeton d’ébène, en fin de partie, rapportera 2 sous au lieu d’un. A noter qu’il m’a fallu défausser un jeton d’ébène pour ce faire… D’où le dilemme !
Sous les huées de Tristan qui ne comprend pas que je vienne investir "son" île, je m'empare d'un temple que je pille en défaussant 7 cartes. Cela me rapporte 3 lingots d'or (one shot). Il jure alors de me rendre la pareille et tente de manipuler sa sœur pour qu'elle fasse monter le cours de l'or, plus à son profit à lui qu'à elle (elle en produit 1 par tour et lui 2)... Vilain garnement... :-( On en vient presque à se disputer !
Sous les huées de Tristan qui ne comprend pas que je vienne investir « son » île, je m’empare d’un temple que je pille en défaussant 7 cartes. Cela me rapporte 3 lingots d’or (one shot). Il jure alors de me rendre la pareille et tente de manipuler sa sœur pour qu’elle fasse monter le cours de l’or, plus à son profit à lui qu’à elle (elle en produit 1 par tour et lui 2)… Vilain garnement… 🙁 On en vient presque à se disputer !
Bon, et bien les choses sont claires, l'or va rapporter gros à la fin : déjà 6 par jeton mais ce n'est sûrement pas fini, Tristan essayant encore d'inciter Leila à défausser un or pour en faire monter le cours...
Bon, et bien les choses sont claires, l’or va rapporter gros à la fin : déjà 6 par jeton mais ce n’est sûrement pas fini, Tristan essayant encore d’inciter Leila à défausser un or pour en faire monter le cours…
Tristan, par dépit de ne pouvoir aller piller un temple, se rabat sur la pose très rapide de nombreux pionniers sur des zones de production, ce qui, au final, booste son développement et accélère le jeu. On n'avait pas vu venir cette option mais je la retiens car elle lui permet de se couvrir (jetons d'ébène par exemple, sur lesquels j'avais misés) et d'accélérer considérablement la partie (la fin survient quand l'un des joueurs a placé tous ses pionniers)...
Tristan, par dépit de ne pouvoir aller piller un temple, se rabat sur la pose très rapide de nombreux pionniers sur des zones de production, ce qui, au final, booste son développement et accélère le jeu. On n’avait pas vu venir cette option mais je la retiens car elle lui permet de se couvrir (jetons d’ébène par exemple, sur lesquels j’avais misés) et d’accélérer considérablement la partie (la fin survient quand l’un des joueurs a placé tous ses pionniers)…
Les cours du marché ne bougeront plus et on voit que posséder de l'or va s'avérer essentiel pour espérer remporter la partie...
Les cours du marché ne bougeront plus et on voit que posséder de l’or va s’avérer essentiel pour espérer remporter la partie…
La configuration finale...
La configuration finale…
Le butin de Julie, sachant que les jetons sur la tablette avant ne sont pas comptés : ce sont ceux indiquant ce qu'elle produisait par tour.
Le butin de Julie, sachant que les jetons sur la tablette avant ne sont pas comptés : ce sont ceux indiquant ce qu’elle produisait par tour.
Le butin de Tristan, gavé d'or ! Et d'ébène aussi... :-(
Le butin de Tristan, gavé d’or ! Et d’ébène aussi… 🙁
Le butin de Leila, dans lequel on voit bien qu'elle a eu tort de faire monter l'or au profit son frère...
Le butin de Leila, dans lequel on voit bien qu’elle a eu tort de faire monter l’or au profit son frère…
Et mon butin, boosté par deux fois de l'or acquis dans les temples et des épices nombreuses que Julie a fait monter sans se douter que j'en avais autant (un jeton par tour, c'est discret...).
Et mon butin, boosté par deux fois de l’or acquis dans les temples et des épices nombreuses que Julie a fait monter sans se douter que j’en avais autant (un jeton par tour, c’est discret…).

Durée de la partie : 1 heure 15 minutes – Note de cette partie : 13 / 20

Scores de la partie :

Teinture Épices Ébène Or Total
Julie (rouge) 4 28 10 60 102
Tristan (jaune) 6 8 20 90 124
Leila (bleu) 2 12 14 60 88
Ludo le gars (vert) 0 24 24 60 108

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le look du jeu en cours de partie, superbe et donnant envie de jouer !
– Le fait qu’il n’y ait que peu de cartes différentes : système d’actions élégants et assez simple,
– L’impression qu’on peut jouer de multiples manières, et même avec des axes non essayés aujourd’hui (les pirates !),
– Le marché sur lequel on influe, avec toujours cette envie que ce soit les autres qui le fassent pour soi, sans qu’on défausse soi-même de jeton (mais sans les manipuler, hein !),
– Le paiement des coûts en cartes, toujours efficace.

On a moins aimé
– Une certaine répétitivité des tours, voire même un côté gros bill sur la fin quand un joueur place plein de pionniers pour accélérer le jeu : assez frustrant,
– Le côté confrontation assez directe finalement (prise de zones visées par un autre joueur, temples, …) sans compter qu’on peut manipuler assez facilement les autres…

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 + neuf =