[08/09/2002] El Grande

Participants

– Gaël, qui à défaut de réviser se prend pour Grande espagnol !
– Julie, ai-je encore besoin de dire qui c’est ?
– Ludo le gars, votre serviteur.


Déroulement de la partie
Puisque la journée tire à sa fin et que Gaël semble encore motivé pour une petite partie, je propose ce jeu léger et court qu’est El grande… 😉
Nous pensions en avoir pour 1h30 et une grosse heure de plus s’avérera nécessaire pour mener la partie à son terme. mais bon, quand on aime on ne compte pas, et nous aimons tous El Grande.
Julie choisit une fois de plus les pions de couleur rouge, Gaël prend les marron et je ne déroge pas non plus à mon habitude en choisissant les pions verts. Nous mettons en place le plateau et c’est parti !

Le début de partie est équilibré et permet simplement
de se remémorer les enchaînements de mécanismes.Julie défend bec et ongle sa Nouvelle Castille devant les tentatives
de son frère (et oui !), tandis que ce petit malin place le roi
dans sa province de départ juste avant le décompte de fin
de première phase, prenant au passage moult bonus.

De mon côté, je gère cette première phase
de manière peu satisfaisante, sans trop savoir pourquoi. L’une
de mes cartes action me permet cependant de placer un marqueur de points
de faible valeur dans une région où je ne suis pas représenté
(Grenade) et je pense alors que le coup est excellent. Il est, au mieux,
correct.

 

 


La fin de la phase 1 après le décompte,
particulièrement bénéfique à Julie, même
si rien n’est encore inéluctable

 

La seconde phase est
nettement plus mouvementée, avec une réaction immédiate
de ma part : je joue ma carte 13 d’entrée, afin de pouvoir récupérer
la carte du roi et le placer dans la province la plus inutile qui soit :
Grenade justement. Bien entendu, j’ai disposé mes 5 caballeros avant
ce déplacement du roi, à la fois dans ma région d’origine
(en haut à droite) et dans le Castillo.
Dans la foulée, je parviens à me placer de manière
très forte dans la région d’origine de Gaël et à
lancer un décompte intermédiaire dans toutes les régions
de valeur 4. Ainsi, je rattrape Gaël qui s’était échappé
au score…
Cette seconde phase s’achève sur un resserrement des scores de Gaël
et moi et un retard important de Julie.


La fin de la phase 2, après le décompte
: Julie est à présent distancée, tandis que Gaël
et moi sommes à égalité parfaite !

La trosiième et dernière phase sera épique avec
des actions de bravoure de part et d’autre. Gaël reprend un peu d’avance,
je picore 2 points par ci et le rattrape de nouveau, il se redétache,
je fais un effort pour le suivre…
En clair, cette dernière phase est superbe et nous nous livrons
un magnifique combat.De son côté, Julie parvient à récupérer
sa région d’origine (n’est-il pas trop tard ?) et elle se débat
de partout : elle use de cartes d’action pour déplacer les caballeros
de Gaël et moi-même dans ma région d’origine ! La petite
filou ! Elle me place ainsi en position très délicate par
rapport à Gaël…

La partie s’achève sur un choix peu judicieux de ma part : je
dois placer 4 caballeros sur le plateau et je n’en mets que 3 dans le
Castillo, afin de placer le dernier sur l’une des régions du plateau
pour assurer une seconde place. Lors du décompte du Castillo, je
ne suis pas bénéficiaire !
Que se serait-il passé si j’avais placé mes 4 pions dedans
? Je n’aurai certainement pas gagné non plus, car je n’aurai pas
fini deuxième dans la région où j’ai placé
mon pion. Mais, c’est passé très, très près…


La fin de la partie, avec une victoire étriquée
de Gaël mais très représentative de la partie qui s’est
déroulée

Décompte final
Gaël gagne cette partie à l’arrachée
avec un total de 117 points, contre 115 pour votre serviteur et 108 pour Julie.

Débriefing
Pour le baptême ludique de la table de jeu, dans notre
nouvelle demeure, Gaël restera à jamais le vainqueur de cette magnifique
partie d’El Grande
!
Il a remporté de très belle manière une partie qui s’est
révélée indécise et sujette à rebondissements.

Sur le plan des rouages
du jeu, nous avons un bémol à souligner : à 4 ou 5 joueurs
aucun problème de jouabilité et d’équité, mais à
3 joueurs il n’en est pas de même puisque l’ordre du tour reste le même
pour les 3 phases. Ainsi, celui qui mise en premier lors du dernier tour de
la première phase sera à nouveau celui qui le fera pour les deuxième
et troisième phases. Or, il a été prouvé l’intérêt
de déplacer le roi à ce moment-là… Une carte de valeur
13 est donc fortement conseillée…
Nous préconisons donc de procéder à une rotation de l’ordre
du tour lorsque la partie se déroule entre 3 joueurs.

Mis à part ce petit
point, je renouvelle mes louanges : ce jeu est un vrai bonheur à pratique,
même si l’on en vient à se demander parfois si une démarche
aléatoire pour le choix des cartes n’aurait pas des effets analogues
(je ne parle pas du choix de placement dans les régions).
A méditer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ neuf = 13