[09/06/2020] Robinson Crusoé – Sauvons Jenny !

Tellement frustrés de notre non-partie d’hier, avec ce manque total de lucidité au moment de finaliser pour de bon la découverte du paysage de prairie pas trop tard, nous nous remettons directement à l’ouvrage ce jour avec, donc, Robinson Crusoé – Sauvons Jenny ! en mode « on joue sérieux »…

ROBINSON CRUSOÉ – SAUVONS JENNY !

Arriverons-nous à sauver Jenny, ce soir ? En tout cas mieux qu’hier ?
Voici nos cartes d’invention pour cette douzième partie. Déjà !!!
J’ai pris l’explorateur, pour mieux maîtriser les tuiles explorées et avoir notamment une tuile de prairies au plus tard au 3ème tour (cf hier), tandis que Leila continue de s’impliquer dans la soldate, un personnage quand même très intéressant…
Nos choix de premier tour : chacun de nous deux place un pion sur l’aménagement du camp pour augmenter le moral du groupe et récupérer deux précieux jetons de détermination, Leila complétant son tour en se mettant sur la construction de la pelle, moi-même en explorant une case et Vendredi, notre fidèle compagnon, allant sur l’épave pour glaner une nourriture périssable…
Joli butin, clairement, qui incite très fortement à aller faire la marmite au prochain tour, surtout que l’on a exploré le terrain qui va bien !
Bon, histoire de ne pas ramollir, un coup de rhum chacun en phase de nuit !
Et les premières cartes arrivent… Ainsi, avec cette carte qu’on a déjà eue, je vais piocher des cartes de trésors, en espérant que le piège arrive après (donc pas !)…
Jolie coupe rituelle, trésor donc positive pensez-vous aussi… Que nenni !!! Quelle arnaque !
Et nous dénichons de la prairie lors du deuxième tour, donc assez sereins…
Ce tonneau nous fait bien plaisir, genre de cellier très intéressant si la chasse veut bien nous rapporter de la viande…
Déjà ! Le tigre, rencontré au premier tour mais que j’avais ignoré, décidant de rentrer au camp, vient nous attaquer ! Heureusement qu’on avait fait augmenter rapidement notre niveau d’arme… Et hop, première peau, fondamentale dans ce scénario…
Leila est épuisée, comme elle me le dit…
Et ça ne la fait pas trop rire…
Je découvre des huttes en ruines, à priori très positives, puisque nous obtenons la corde de suite !!! On n’ose pas imaginer le deuxième effet de la carte, celle-ci rejoignant, du coup, le paquet événements…
Ah, enfin ! Alors que je devais systématiquement relancer le dé de réussite, quelle que soit l’action entreprise, enfin, je vais pouvoir le défausser ! Quelle horrible malédiction j’avais alors subie avec ce satané coffre…
Et voici que Leila, aidée de Vendredi, est en train de construire l’obligatoire radeau pour aller sauver Jenny !
Mi-partie, donc fin de tour 4…
Aller chasser des oiseaux quand on commence à vouloir de la peau, comment dire, c’est assez nul !!!
Cette fois, c’est moi, et moi seul, sans Vendredi ni personne, qui vais sauver Jenny !!!
Le « Vite fait » d’un peu plus tôt nous avait bien effrayé. Qu’il se transforme en un « Mal fait » ne nous surprend guère…
Petite vue de nos tuiles explorées alors que la peau se fait rare et que l’on a, urgemment aussi, besoin de bois… Oui, parce que 4 peaux + 6 bois, pour fabriquer le canot de sauvetage, ça ne va pas arriver comme ça… Et Jenny est une bouche de plus à nourrir…
Leila regarde la carte du dessus du paquet chasse. On n’a pas besoin de 1 peau, non, mais de 2, donc elle pourra choisir de la mettre dessus ou dessous. Jolie réflexion mademoiselle. Oui épatante même !
Hop, le renard, trop nul, dessous !
Ah, et lorsque survient la chasse du 7ème tour, on est bien contents de pouvoir tuer un précieux chamois ! Il ne nous manque plus que 2 peaux, anticipées sur le 4ème totem qu’on compte bien avoir lors de mon exploration de ce tour. Quid du bois ???
Ouf, déjà, ça c’est fait, on a les deux peaux manquantes. Est-ce que le jeton de découverte va nous apporter les 2 rondins de bois manquants ??? On commence clairement à flipper…
Arrghhhhh… Certes une machette c’est toujours bien, mais là ??? Ça ne remplacera pas les deux bois qui vont nous faire défaut. 🙁
Quel butin de dingues, avec 4 peaux récupérées dans le même tour, ainsi qu’un bois. Mais nous ne pourrons pas fabriquer le canot de sauvetage sans nos deux bois manquants…
Dernier tour en approche…
Leila couine définitivement parce que, même après moult réflexions, nous avons dû accepter que nous n’aurions jamais les deux bois manquants en temps et en heure. Et pourtant, elle avait eu une idée finale de malade : si je plaçais mes deux pions sur les deux cartes d’événements, et si, ce faisant, je récupérais 3 jetons de détermination, j’aurais pu picoher 2 jetons et en garder 1 (capacité du menuisier) !!!
Wahou ! Je n’en reviens toujours pas !!! Quelle anticipation et envie de gagner !!! 😉
Bon, voilà le -frustrant- butin encore en premier plan…
Dernières planifications pour du beurre… et survivre, au moins !
Cette fois c’en est terminé et nous sommes plutôt bien au niveau PV…
Qu’est-ce qu’on est déçus de finir comme ça… Ce scénario est le plus frustrant joué jusqu’à maintenant car on est si près de la victoire, à chaque fois ou presque…

Durée de cette partie : 2 heures 15 minutes – Note de ces parties : 17 / 20

Scores de la partie :

Bilan
Leila (soldate) + Vendredi + Ludo le gars (explorateur) Défaite au 8ème tour, mais vivants, avec le manque de 2 bois…

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le côté « scénario juste pile hyper frustrant » car on, croit toujours qu’on va le gagner !
– Les nouvelles cartes rencontrées ce jour, apportant de nouveaux stress…
– Le livret de règle qu’on n’ouvre plus du tout !!!

On a moins aimé
– La frustration quand même très forte (trop ?) que ça se joue à si peu, surtout qu’on avait décidé de ne pas prendre le chien pour essayer de montrer qu’on pouvait réussir sans…
– Une sorte de début de partie assez routée, avec l’épave (et au moins 1 nourriture à y récupérer), la corde, le couteau et la marmite quasiment incontournables, etc…

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 + = neuf